L'ODJ Média




Gaza : Une tragédie en direct, au-delà du cauchemar


En ces jours sombres de notre époque contemporaine, les images qui nous parviennent de Gaza ne sont pas le fruit d’un scénario d’horreur hollywoodien, mais la cruelle réalité d’une tragédie humaine. C’est une descente aux enfers qui laisse sans voix. C’est la déchéance humaine dans toute son horreur, atteignant des proportions inimaginables.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Souad Mekkaoui

L’attaque dévastatrice qui a secoué l’hôpital Al-Ahli al-Arab de Gaza s’inscrira dans l’histoire comme l’un des chapitres les plus sombres et poignants que l’humanité ait jamais connus. Cet acte atroce a plongé une région déjà accablée dans un abîme de douleur, faisant basculer le décompte macabre à plusieurs centaines de vies palestiniennes en une seule journée.

C’était le jour le plus meurtrier depuis le début des dévastateurs raids aériens incessants perpétrés par l’armée israélienne contre une population civile innocente qui se trouve prise au piège de cette violence aveugle, en réponse à un conflit meurtrier avec le Hamas. Les chiffres sont glaçants, implacables.

Cependant, au-delà des statistiques effrayantes, il est impératif de rappeler que le droit international humanitaire protège les hôpitaux et le personnel médical. Malgré cela, du côté israélien, ces protections sont foulées aux pieds. Les appels émouvants diffusés sur les réseaux sociaux, plaidant pour un cessez-le-feu humanitaire immédiat au Moyen-Orient afin d’atténuer l’immense souffrance qui sévit dans la région, semblent tomber dans l’oreille d’un sourd.

Gaza sous les bombes : L’humanité se meurt

Dans l’obscurité étouffante des salles d’hôpitaux surchargées, des équipes médicales épuisées livrent une bataille incessante pour sauver des vies, tandis que les cris de douleur résonnent à travers les couloirs. Les frappes aériennes implacables ne se contentent pas de réduire en cendres des bâtiments, elles détruisent également les précieuses infrastructures médicales. Des milliers de Palestiniens se retrouvent ainsi sans espoir, désespérément en quête de soins.

Les récits des événements qui ont conduit à cette tragédie sont à la fois complexes et contradictoires. Le Hamas accuse avec véhémence l’armée de l’air israélienne d’avoir délibérément ciblé l’hôpital, tandis qu’Israël réfute ces allégations et pointe du doigt le Jihad islamique palestinien. Pendant ce temps, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, évoque un « axe maléfique » composé du Hamas, du Hezbollah et de l’Iran responsables des attaques du 7 octobre contre son pays.

Cependant, au-delà des jeux de pouvoir et des intérêts géopolitiques, il est essentiel de rappeler que rien ne saurait justifier une attaque contre un établissement hospitalier, et encore moins le ciblage délibéré de civils innocents. Parmi les victimes, des femmes et des enfants portent désormais les stigmates physiques et émotionnels d’une violence insensée quand ils n’ont pas payé le prix le plus lourd.

Une tragédie humanitaire inexcusable

La situation qui prévaut à Gaza est déchirante, complexe et désespérée. Les hôpitaux sont submergés, les médicaments font cruellement défaut, et chaque jour apporte son lot de blessés hurlant de douleur et de morts s’entassant. Le paysage de Gaza est marqué par des quartiers entiers réduits en cendres, et une population palestinienne plongée dans une douleur indicible.

En plus, Israël a imposé un siège total sur la bande de Gaza, privant délibérément la population d’électricité, d’eau et de gaz. Ce blocus, qualifié à juste titre de plus cruel et inhumain de l’histoire, aggrave encore davantage la souffrance des Palestiniens, déjà durement éprouvés par la violence incessante.

Le sommet de cette tragédie est atteint lorsque des Palestiniens, cherchant désespérément à fuir les bombardements, se retrouvent malheureusement sous les feux de l’artillerie israélienne. Les cris d’indignation et de désespoir résonnent à Gaza, alors que la population endure une situation inhumaine et insoutenable.

Pourtant, reculons de quelques jours, au 7 octobre 2023, une journée sombre dans l’histoire de la région, alors que les tensions entre Israël et le Hamas ont atteint un niveau critique. Les attaques du Hamas en Israël ont entraîné des enlèvements de civils, plongeant de nombreuses familles dans l’incertitude et la détresse. En parallèle, la bande de Gaza a été soumise à des bombardements incessants, causant des pertes civiles tragiques et inacceptables.

Néanmoins, il est crucial de rappeler que c’est une guerre asymétrique, où la puissance et le soutien penchent d’un côté sans égards à l’autre. Les pertes civiles sont intolérables, et il est impératif de rechercher une solution pacifique pour mettre fin à cette spirale de violence qui cause tant de souffrances à toutes les parties impliquées.

Oui, la situation à Gaza est au bord de l’effondrement, s’aggravant à une vitesse alarmante. Les hôpitaux sont submergés, les médicaments se font rares, des blessés hurlent de douleur, des morts s’entassent, et des malades ne peuvent même pas accéder aux soins. La terreur règne en maître, et les habitants de Gaza vivent dans la constante appréhension des frappes aériennes. Il est donc impératif que la communauté internationale intensifie ses efforts pour parvenir à une solution pacifique et durable à ce conflit, mettant ainsi fin à la souffrance de la population civile prise au piège de cette violence aveugle.

Il devient de plus en plus évident que Gaza tombe sous un contrôle de plus en plus étroit de l’État israélien, soulevant des préoccupations sérieuses quant à l’avenir de la population palestinienne dans cette région. Cette tentative de pousser les civils à quitter la région pour émigrer ailleurs semble être une stratégie visant à forcer les habitants à abandonner leur terre natale. Cependant, il est essentiel de souligner que cette approche ne constitue en aucun cas une résolution durable du problème palestinien. Ce qui se passe à Gaza ne peut être réduit à une simple lutte contre le Hamas, mais plutôt, il semble s’agir d’une stratégie qui équivaut à une expulsion forcée, une tactique inhumaine et politiquement risquée.

 

La communauté internationale face à un massacre en cours

Dans ce sombre tableau de violence qui se déroule sous nos yeux, la communauté internationale se tient à un carrefour décisif. Les condamnations verbales et les appels à la paix ne suffisent plus. Il est impératif de passer à l’action de manière urgente pour mettre un terme à cette spirale de violence insensée. Chaque vie perdue à Gaza est une tragédie inacceptable que le monde ne peut plus ignorer.

Dans un acte de solidarité poignante, des manifestations en faveur des Palestiniens éclatent dans de nombreuses villes européennes, bravant parfois les interdictions des autorités. Ironiquement, ces rassemblements spontanés semblent transcender en puissance les réunions politiques officielles, soulignant l’ampleur de la détresse mondiale face à cette situation.

Aussi la communauté internationale fait-elle face à un défi monumental, et de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer ce massacre en cours. Cependant, de sérieuses préoccupations émergent, craignant que les réactions émotionnelles ne suffisent pas à mettre fin à l’occupation israélienne et à apporter une paix durable à la région. Alors que la situation à Gaza continue de se détériorer, il est impératif que la communauté internationale agisse avec détermination pour mettre un terme à cette tragédie humaine qui perdure.

En effet, aux États-Unis, la communauté juive organise des manifestations appelant à un cessez-le-feu. La position inflexible de Benyamin Netanyahu ne fait pas l’unanimité. Au-delà du sort des civils palestiniens, c’est tout l’équilibre régional précaire qui est à nouveau perturbé. À deux mois d’une élection présidentielle complexe pour le président Al-Sissi, l’Égypte, traditionnel médiateur entre Israël et le Hamas, refuse d’accueillir des réfugiés palestiniens sur son territoire. Au nord, Israël craint l’ouverture d’un second front avec le Hezbollah, soutenu par l’Iran, et s’inquiète d’un effet domino en Cisjordanie.

Depuis mardi soir, des manifestations ont éclaté dans de nombreuses villes du monde musulman, et les condamnations de la communauté internationale se multiplient. Pour la presse étrangère, cela pourrait compromettre des années d’efforts diplomatiques entre Israël et certains pays arabes. Surtout, cela risque de faire basculer l’opinion publique. En parallèle, Israéliens et Palestiniens paient des décennies d’expérimentations ratées.

En cet instant critique, au cœur de cette tragédie où des vies innocentes sont réduites en décombres des deux côtés, l’impératif de travailler en faveur de la paix et de l’établissement de deux États indépendants, la Palestine et Israël, se présente avec une urgence incontestable. Les circonstances actuelles tracent une voie incontournable vers cette aspiration. Il n’est pas de moment plus opportun que celui-ci pour avancer résolument vers un avenir meilleur. C’est dans ces heures les plus sombres que nous pouvons bâtir les lendemains les plus lumineux.

Dans ce sens, les appels à la paix et à la protection des civils doivent être au cœur de nos actions pour mettre un terme à cette tragédie. La recherche de la paix et la protection des civils doivent rester au cœur de ces efforts.

Les conséquences de cette tragédie qui perdure sont insoutenables, et le monde entier ne peut rester indifférent devant une telle horreur. Malgré les efforts déployés par divers acteurs internationaux pour négocier un cessez-le-feu durable et une solution politique au conflit, les hostilités entre Israël et le Hamas ont continué à éclater à intervalles réguliers, entraînant des pertes en vies humaines et des souffrances considérables pour les populations civiles des deux côtés.

La communauté internationale ne peut plus tergiverser. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à un tel carnage en cours. Il est de notre devoir d’agir avec détermination pour mettre fin à cette violence insensée et œuvrer de manière résolue en faveur d’une solution pacifique. Chaque vie perdue à Gaza est une tragédie que le monde ne peut se permettre d’ignorer.

Au cœur de cette tragédie qui se déroule sous nos yeux à Gaza, il est essentiel de reconnaître la complexité du contexte au Moyen-Orient, où de nombreuses parties prenantes contribuent à la situation actuelle. Il est difficile d’attribuer la responsabilité exclusive des échecs diplomatiques à une seule entité. Cependant, il est indéniable que les actions du Hamas ont eu un impact négatif et significatif, exacerbant les défis pour parvenir à une résolution durable du conflit israélo-palestinien.

Face à cette crise humanitaire qui perdure, la voie vers une solution durable repose sur la recherche de la paix et la création de deux États voisins, la Palestine et Israël, chacun souverain et indépendant. Cette solution demeure le seul chemin viable pour mettre fin à la souffrance et à la violence qui déchirent la région. Les hostilités récurrentes entre Israël et le Hamas ne font qu’aggraver la situation. Il est impératif de briser ce cycle destructeur.

Le moment est venu de faire résonner nos voix, de prendre des mesures tangibles, d’exercer une pression sur toutes les parties impliquées, et de rappeler avec insistance que la paix et la justice doivent l’emporter. L’humanité ne peut plus demeurer indifférente face à ce bain de sang qui se perpétue. La seule voie acceptable est celle qui conduit à la paix, à la justice, à la stabilité et à la coexistence harmonieuse entre les peuples de la région. La communauté internationale a le devoir moral et la responsabilité de mettre un terme à cette tragédie à Gaza. L’heure de l’action est venue.

Nous sommes témoins d’une tragédie humaine qui se déroule sous nos yeux à Gaza. Le monde est contraint de regarder, impuissant, alors qu’un massacre persiste, plongeant cette région déjà meurtrie dans un abîme de douleur et de désespoir. Il est temps de mettre de côté les intérêts politiques à court terme et de se concentrer sur l’humanité, la justice et la dignité. Gaza est à un point de rupture, et notre action collective est cruciale pour prévenir une catastrophe encore plus grande. Le processus de paix semble désormais enterré pour de bon, à moins que des forces extérieures n’interviennent pour désamorcer la guerre.

La population est écrasée par des crimes de guerre, et cette spirale de violence nous conduit inexorablement vers le chaos total. Il n’y a qu’une boussole à suivre, celle de la paix et de la justice.

Rédigé par Souad Mekkaoui sur Maroc Diplomatique



Lundi 23 Octobre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse