L'ODJ Média




Ils ne savent dire que "le bus ne m'a pas attendu"


Dans le tumulte de la vie, je cherche ma voie,
Entre les ombres de la nuit, je garde ma foi.
Face à l'injustice, mon cœur ne se tait pas,
Je danse avec mes mots, un combat à chaque pas.

Je rêve d'un monde où l'amour serait roi,
Où chaque être trouverait sa place, sa loi.
Dans ce slam, je lance mon cri, ma voix,
Un appel à l'humanité, écoute-moi.



La bêtise m'indispose, lourde chaîne,
Devant la mauvaise foi, je me perds,
Les accusations, injustes, étrangères,
Blessent mon cœur d'une douleur soudaine.

Ne pas assumer, source de mes peines,
Cherchant excuses, en vain sur cette terre,
Ils ne savent dire que "le bus ne m'a pas attendu"
Mon esprit, en cage, où ma raison se démène.

Ces faiblesses me font quitter mes rangs,
M'éloignent du temps, précieux et filant,
Temps que je voudrais aux joies simples offrir.

Mon sage cardiologue, en vain, conseille
De respirer, de marcher sous le soleil,
Ou d'ignorer ceux qui cherchent à m'affliger.

Méditerranéen, je monte sur mes grands chevaux,
Emporté par le flot de mes émotions,
Regrettant, le soir venu, mes explosions,
"Trop tard, camarade", le regret est mon fardeau.

Dans le tumulte, je cherche la sagesse,
Un havre paisible, loin de la détresse,
Où la vérité, pure, sans déguisement,
Brille, étoile guidant mes pas, doucement.

Les simples plaisirs, comme un plat délicat,
Ou le chant des oiseaux à l'aube, éclat,
Sont des trésors que je convoite, en silence,
Fuyant le bruit, cherchant la douce essence.

Mais la nature, en moi, reste indomptée,
Face à l'injustice, je suis révolté,
Mon cœur, navire dans la tempête, oscille,
Cherchant le calme, mais la passion vacille.

"Apprends à pardonner", me dit la lune,
"Et à oublier", chante la dune,
Mais dans le feu de l'action, je m'égare,
Perdant le nord, dans ce désert, sans phare.

Je rêve d'un monde où règne l'harmonie,
Où chaque parole serait garantie,
De sincérité, de respect, sans malice,
Un paradis perdu, ma seule délice.

Ainsi, chaque jour est un nouveau combat,
Entre mon idéal et ce monde, là,
Où la bêtise souvent prend le dessus,
Me laissant, au crépuscule, éperdu.

Mais l'espoir, tel un phénix, renaît de ses cendres,
M'invitant à ne jamais me méprendre,
À chercher la lumière, malgré l'obscurité,
Et à aimer, malgré l'adversité.



Mardi 13 Février 2024


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Avril 2024 - 09:27 J'ai le silence musical en solitude

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page