L'ODJ Média




Jackpot royal aux Emirats Arabes Unis


On se demandait comment tous ces projets lancés ces derniers mois au Maroc allaient être financés, dans un pays où le déficit budgétaire est encore élevé et où les ressources fiscales ne sont pas garanties, eu égard aux conséquences de la crise Covid et aux répercussions de la guerre en Ukraine… On s’interrogeait, oui, jusqu’à cette visite du roi Mohammed VI aux Emirats Arabes Unis.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Aziz Boucetta

Reconstruction et mise à niveau générale des régions sinistrées par le séisme d’Al Haouz, 120 milliards de DH, généralisation de la protection sociale, 51 milliards de DH, mise à niveau des infrastructures pour les CAN 25 et le Mondial 30, Dans les 5 milliards de dollars, extension de la ligne à grande vitesse de Kenitra à Marrakech, port de Dakhla-Atlantique, port de Nador West Med, gazoduc Nigéria Maroc, interconnexions hydriques, hydrogène vert … liste non exhaustive de grands projets structurants. Structurants certes mais budgétivores. Il fallait trouver l’argent et les investisseurs qui vont avec.

C’est aujourd’hui chose faite avec les Emiratis, dont le fonds souverain principal gère près de 900 milliards de dollars et qui projette de devenir plus actif et bien plus présent en Afrique, « terrain de chasse » des grands investisseurs dans le monde, dans plusieurs secteurs et domaines. Or, l’un des atouts de la diplomatie marocaine demeure ses bonnes relations avec une Afrique en crise mais aussi en devenir.

Dans la Déclaration conjointe entre Rabat et Abu Dhabi, il est dit que « les deux chefs d’Etat ont insisté sur l’ambition (…) à mettre en place des partenariats économiques stratégiques communs et pionniers au niveau des marchés régionaux et internationaux, notamment dans l’espace africain ».

Cela ressemble à un début de mise en pratique du discours du roi Mohammed VI, le 6 novembre dernier, sur sa stratégie afro-atlantiste, passant par la réalisation du fameux gazoduc qui parcourra la façade ouest atlantique, du Nigéria au Maroc, et aussi par la connexion des Etats enclavés du Sahel avec les pays atlantiques, à travers notamment le projet Dakhla Gateway to Africa.

Jusque-là, la lente et résolue intégration du Maroc dans sa profondeur africaine était bien plus géopolitique qu’économique, en dépit des investissements consentis par le royaume, Etat et entreprises. Et même si on considère que les investissements marocains en Afrique demeurent importants, que le royaume est – selon les avis – premier ou second investisseur sur son continent, dans tous les cas, son poids reste peu significatif par rapport à des mastodontes comme...la Chine, l’Inde, le Japon, l’UE et les Etats de la péninsule arabique.

 

Les Emirats Arabes Unis sont, quant à eux, présents en Afrique, mais manquent de relais en Afrique de l’ouest, francophone et en pleine mutation ; ils avaient besoin, dans leur stratégie planétaire, d’avoir une fenêtre sur l’Atlantique, et avec leur forte implication dans ces projets de développement marocains, ils l’ont désormais.

Pour sa part, le Maroc investit également sur son continent, mais il manque de ressources financières suffisantes pour affronter les autres. A deux, les deux pays peuvent faire plus et mieux, et c’est tout l’avantage de cette « triangulaire » avec l’Afrique, où l’un apporte son entregent et sa connaissance de l’économie ouest-africaine et l’autre son argent et sa maîtrise des arcanes financières.

A deux, l’attelage devient intéressant, efficace et pertinent.

La Déclaration, très complète, prévoit également les modalités des financements, par prêts, apports en capitaux, financements innovants et dons, et tout cela, les projets, leurs études, les montages financiers et le reste devra être évalué et conclu dans un délai maximal de trois mois. Autant dire, connaissant Mohammed VI et Mohamed Ben Zayed, que les partenariats verront le jour et leur mise en œuvre démarrera dans les tous premiers mois de 2024.

Avec ce partenariat très large et au vu des secteurs concernés, le Maroc aura trouvé le moyen de réaliser ses ambitions, tant nationales qu’africaines, dans un monde en changement où les alliances se font et se défont, dans une Afrique en proie aux diverses convoitises de puissances par ailleurs bousculées par leurs propres défis géopolitiques (l’Occident empêtré par ses problèmes économiques et bousculé par la brutalité israélienne, la Chine et la question de Taiwan, la Russie et la guerre en Ukraine…).

Un exemple édifiant de coopération du Nouveau Sud qui pourra s’imposer face à ces puissances qui ne parviennent pas à trouver un langage commun à l’égard des pays du Sud, aux ambitions nouvelles, de plus en plus décomplexés, et qui auront désormais une alternative aux financements contraignants, conditionnels et intrusifs de ces mêmes puissances « globales ».

Il restera seulement, pour le Maroc, de pouvoir mettre son administration au niveau requis pour recevoir ces investissements et pouvoir les implémenter dans les temps requis, face à des Emiratis qui, en matière d’organisation et d’efficience, ont déjà fait leurs preuves. Le roi a fait son travail en trouvant les financements, au gouvernement de faire le sien en mettant la gouvernance au niveau adéquat.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Paorapost



Vendredi 8 Décembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 4 Mars 2024 - 14:52 A quoi sert le chef du gouvernement ?

Mercredi 28 Février 2024 - 14:44 France/Maroc, un atterrissage par vents contraires

Chroniqueurs invités | Experts invités | Coup de cœur




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Publicité




















Revue de presse










Menu collant à droite de la page