L'ODJ Média




Je suis un cuisinier maudit


Je suis un mauvais cuisinier, sans talent ni destin,
Perdu dans les saveurs de ma nostalgie, sans fin.
Les plats de ma mère, souvenirs d'un autre temps,
Me laissent en quête d'un goût que je cherche en vain.

Je suis un mauvais cuisinier, c'est ma triste chanson,
Chaque recette est un échec, une désillusion.
Les souvenirs de mon enfance hantent mes plats,
Une saveur perdue que je ne retrouverai pas.



Par Adnane Benchakroun

J'adore bien manger, c'est un fait avéré,
Mais mon ventre gourmand reste insatisfait.
Trop vite je dévore, en hâte à l'affût,
Les vieux restaurants m'ont ce vice infusé.

Je n'ai point l'art sacré de dresser une table,
L'étiquette m'échappe, elle est impitoyable.
Nostalgie me ronge, des saveurs du passé,
La soupe de ma mère, oh Harira adorée !

Le couscous de mamie, joyau de mes festins,
Et le tajine de poulet, souvenir enfantin.
Je parcours les bistrots, qu'ils soient vieux ou récents,
Mais nulle part je ne trouve ces plats si réconfortants.

Les salades marocaines, délices en entrée,
Deviennent sous les traiteurs un vrai massacre à pleurer.
J'ai tenté d'apprendre, de devenir maître en cuisine,
Mais mes efforts sont vains, et mon ardeur s'échine.

Des cours j'ai suivi, avec grande attention,
Du Thermomix au robot multifonction,
J'ai tout acquis, tout essayé, tout acheté,
Mais en cuisine, hélas, je reste désemparé.

Les tutos sur YouTube, je les suis avec zèle,
Mais mes plats sont toujours un échec, une querelle.
Chaque recette tentée se solde par un fiasco,
Je dois l'admettre, je suis un cuisinier maudit.

Je voudrais faire une sauce, une salade exquise,
Ou cuire un bon steak, mais rien n'est à ma guise.
Mes résultats sont nuls, il faut le reconnaître,
Cuisiner n'est pas pour moi, c'est une dure vérité.

Hélas, pour mon malheur, je n'apprendrai jamais,
À manier les saveurs, à enchanter un palais.
Peut-être est-ce le destin, une farce bien cruelle,
De me voir condamné à une cuisine si rebelle.

Oh, comment me consoler, où trouver le remède ?
À ces plats ratés, à ces saveurs de misère ?
Peut-être dans un rêve, un jour viendra la chance,
De savourer enfin, un festin en abondance.

Ce poéme parle de cuisine, nostalgie, Harira, couscous, tajine, modernité, échec, tradition, souvenirs, frustration




Jeudi 30 Mai 2024


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2024 - 11:43 Je suis un menteur bienveillant

Samedi 13 Juillet 2024 - 14:21 Adieu, mon cher croissant

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor | Chronique : À charge et à décharge



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse