Joe Biden veut "réévaluer" la relation des États-Unis avec l'Arabie saoudite


Au vu des récents événements et des décisions de l'OPEP+, le président américain juge qu'il faut réévaluer la relation bilatérale des Etats-Unis avec l'Arabie saoudite.



Des changements à venir

Le président américain Biden change rapidement son discours sur les relations avec l'Arabie saoudite, indiquant une volonté de "réévaluer" le partenariat stratégique avec la nation du Golfe. Un changement qui survient suite à la décision de l'OPEP+, le groupe de nations productrices de pétrole, de réduire l'offre, faisant ainsi grimper les prix.
 
"Certainement, à la lumière des récents développements et des décisions de l'OPEP+ sur la production de pétrole, le président pense que nous devrions revoir la relation bilatérale avec l'Arabie saoudite et voir si cette relation est là où elle doit être et si elle sert nos intérêts de sécurité nationale", a déclaré mardi à la presse John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité.
 
John Kirby n'a pas donné plus de détails, disant qu'il n'est pas en mesure de prévoir à quoi pourrait ressembler une réévaluation. Il a également déclaré que le président était disposé à discuter de la décision avec les membres du Congrès, mais que ces discussions n'avaient pas encore eu lieu.
 
Interrogé sur les raisons pour lesquelles l'administration s'est focalisée sur l'Arabie saoudite alors qu'elle n'est qu'un membre de la coalition OPEP+ qui a opté pour une réduction de l'offre de pétrole, Kirby a répondu que le Royaume "est clairement ... le leader de ce cartel".
 
La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que le président consulterait les membres du Congrès et les alliés internationaux dans les semaines et les mois à venir, mais elle n'a pas voulu fixer de calendrier définitif pour la révision de la relation. Elle n'a pas non plus voulu dire qui dirigerait l'examen, mais a précisé qu'il s'agirait d'un effort de toute la Maison Blanche.
 
Joe Biden ne s'est pas prononcé personnellement sur son soutien à une modification fondamentale ou à une rupture des liens avec l'Arabie saoudite, mais le président sera interviewé mardi sur la chaîne américaine CNN et pourrait être interrogé sur la situation à ce moment-là.

Prendre au sérieux l’analyse des relations bilatérales

La plupart des retombées découlent de l'annonce par l'OPEP+ d'une réduction de la production de pétrole de 2 millions de barils par jour, à un moment où la hausse des prix du gaz est une préoccupation majeure pour de nombreux électeurs à l'approche des élections de mi-mandat.
 
Les responsables de la Maison Blanche ont également considéré que cette décision renforçait la position de la Russie, alors que les États-Unis et leurs alliés tentent d'isoler Moscou pour son invasion de l'Ukraine.
 
L'annonce de l'OPEP+ la semaine dernière a relancé les appels des démocrates du Congrès pour que les États-Unis repensent leur relation avec l'Arabie saoudite, notamment en ce qui concerne les ventes d'armes et de technologies de défense.
 
Le sénateur Bob Menendez, président de la commission des affaires étrangères du Sénat, a appelé lundi à geler la coopération des États-Unis avec l'Arabie saoudite.
 
John Kirby a déclaré qu'il n'avait pas connaissance d'un quelconque avertissement de la part de M. Menendez à la Maison-Blanche au sujet de sa décision, mais il a ajouté que Joe Biden parlerait aux législateurs des prochaines mesures à prendre à l'égard des Saoudiens.
 
"Il va prendre au sérieux le fait d'examiner cette relation et de prendre au sérieux les préoccupations des membres du Congrès", a déclaré John Kirby.

Un voyage controversé

Rappelons que Joe Biden s'est rendu en juillet en Arabie saoudite, où il a rencontré le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Le voyage a été une source de controverse vu que Biden avait juré de faire de l'Arabie saoudite un "paria" lors de l'élection présidentielle de 2020 suite au meurtre en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, qui survenu à un moment où les prix de l'essence aux États-Unis avaient bondi.
 
Biden avait défendu le voyage après l'annonce de l'OPEP+, affirmant que la visite n'était "pas juste pour le pétrole. Le voyage portait aussi sur le Moyen-Orient et sur Israël."
 
Mais l’image d’un salut familier poing contre poing échangé avec Mohammed ben Salmane n’en a pas fini de se retourner contre Joe Biden. Depuis la décision de l’OPEP+ “, la presse américaine regorge d’éditoriaux assassins sur l’échec de sa « diplomatie du fist bump ».





Vendredi 14 Octobre 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Mercredi 30 Novembre 2022 - 03:38 Maroc - Canada : Rendez-vous avec l'Histoire Inchallah

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.