L'ODJ Média




Joyeuse fête de l’informel !


Alors que les moutons ont été sacrifiés, que les brochettes ont été plus ou moins digérées et que les crédits à la consommation contractés spécialement pour l’occasion dépensés, quel est le Marocain heureux qui peut justifier ne serait-ce que d’une seule facture de ses dépenses de l’Aïd ?



Écouter le podcast de cet article :


Par Saâd JAFRI

Joyeuse fête de l’informel !
Mis à part les moutons et les accessoires achetés dans les grandes surfaces, la quasi-totalité des quelque 18 milliards de dirhams qui ont circulé à l’occasion de la fête du mouton, l’ont été de manière complètement informelle, restreignant ainsi leurs bienfaits et bénéfices aux seuls vendeurs concernés et non pas à l’ensemble de la communauté nationale qui se retrouve ainsi injustement privée de conséquentes recettes fiscales.

Certes, ce ruissellement spontané et périodique de l’argent parmi des strates désargentées et enclavées de la population comporte de nombreux bienfaits.

De la vente de charbon aux services de bouchers, en passant par le commerce des accessoires ou encore l’aiguisage des couteaux… tout une microéconomie gravite autour de cette fête, permettant une importante circulation de monnaie.

Mais le tableau serait plus reluisant, plus durable et surtout plus équitable, si ces bienfaits étaient partagés.

 

Car, souvent, le manque à gagner pour l’Etat est compensé, d’une manière ou d’une autre, par la classe laborieuse des secteurs privé et public, sur fond d’une crise économique obligeant le gouvernement à augmenter les recettes fiscales.

Il y a donc moyen de serrer davantage la ceinture dans ce genre d’activités commerciales, qui vont au-delà des périodes de festivités, en instaurant des mécanismes bien ficelés qui garantissent les mêmes droits et imposent les mêmes obligations à tous.

C’est ainsi qu’on pourrait soigner la plaie des contribuables, surtout ceux issus de la classe moyenne, qui, aujourd’hui, crient haut et fort leur « ras-le-bol » d’être la principale vache à traire de l’Etat. 


Rédigé par Saâd JAFRI sur L'Opinion



Mercredi 5 Juillet 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page