Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








L’Algérie, un état failli…


Depuis une vingtaine d'années, la littérature internationale fait référence à la notion d'Etats défaillants (failed states). Empiriquement, l’on voit bien ce dont il s’agit : un appareil d'Etat ne peut plus remplir ses fonctions essentielles. Il en résulte non seulement des troubles et une crise interne mais aussi des prolongements extérieurs - intervention, contagion de l'instabilité... La paix et la sécurité régionales ou internationales sont à leur tour peu ou prou menacées. Cela peut évidemment correspondre à des situations très diverses.



Par Mustapha Sehimi

l_algerie_un_etat_failli__br1627341534.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (958.88 Ko)

Cette défaillance étatique couvre une large gamme. Le phénomène des Etats "faillis" couvre ceux qui n'ont jamais réellement pu s'imposer, ou encore effondrés réussissent à exister mais dans un naufrage sans perspective de viabilité conséquente - dans le monde anglo-saxon, l'on parle de "collapsed States". Depuis les années 2000, une autre notion évoque la prolifération d'un autre phénomène : celui d’Etats abattus.  Abattus par des interventions militaires extérieures sans qu'aucun traitement ou transition politique ne parvienne ensuite à les substituer. Pourquoi ces Etats ont-ils failli ?  Pour des raisons extérieures ?  Par suite de leur exploitation par un système international dominé par des puissances prédatrices ? Ou bien du fait du dysfonctionnement de ses institutions de gouvernance lié à des raisons internes comme la corruption ou la mauvaise gestion ?
 

Algérie : un tango au bord du gouffre

 

L'état économique de l'Algérie en 2021 témoigne bien du sinistre d'une politique mise en œuvre depuis des décennies. La métaphore est celle d'un tango au bord du gouffre. Les hydrocarbures auront été décidément un malédiction - c'est d'ailleurs propre aussi à des matières premières, une thèse validée par toute une théorie économique du développement ou plutôt du mal développement. Le système rentier en Algérie tient à ces données : les hydrocarbures constituent 20 % du PIB, 40 % des recettes fiscales et 95% des recettes d’exportation. Tous les indicateurs sont en rouge: un taux de croissance en fort recul de 6 % en 2020, un chômage en aggravation autour de 5 % et plus encore chez les jeunes et les femmes, un déficit budgétaire de 16 % et des réserves de changes en chute de 24 % avec 46 milliards de dollars en 2020 et des prévisions encore plus pessimistes en 2021 avec 32 milliards de dollars.
 

Ce système rentier est-il réformable ? Le discours officiel du président Tebboune le dit mais qui peut lui accorder quelque crédit ?  En l'état, ce système est malsain ; il n'assure pas la distribution équitable du revenu national ; il décourage le travail et l'esprit d'entreprise sauf à être branché sur des réseaux d'intérêts liant les généraux et des opérateurs ; il empêche au final toute diversification de l'économie. Droit dans le mur, donc !
 

Un système rigidifié également à l'international

 

La politique algérienne de voisinage est ce qu'elle est : hostilité permanente à l'endroit du Maroc, mobilisation de l'appareil diplomatique dans ce sens dans toutes les instances internationales - une forme de glaciation qui ne permet d'espérer aucun infléchissement dans ce domaine. L'Algérie n'a pas construit un Etat inspiré de ce que les libéraux appellent le "State- building" ; elle n'a pas veillé à créer de nouvelles institutions gouvernementales et étatiques renforçant et transformant celles qui étaient en place. Elle ne s'est mobilisée que pour une gestion sécuritaire intérieure.
 

C'est un appareil mais dans un Etat fragile qui ne peut à terme qu'entrer en crise de par sa vulnérabilité aux chocs internes et peut-être même externes. Le principe démocratique pouvant fonder et conforter une stabilisation sur une base d'adhésion participative est évacué. L'on en a eu,  si besoin était, une dernière illustration, voici deux mois à peine avec des élections législatives où le taux de participation n'a pas dépassé 23 %, résistant dans le système des acteurs partisans "Conservateurs" (FLN, RND) composantes astructurelles du système. L'Algérie Etat failli ? Etat effondré ?  Etat abattu ? Etat fragile ?  Un "mix" de tout cela !

Rédigé par Mustapha Sehimi sur https://quid.ma




Mardi 27 Juillet 2021

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.