Menu

L’accès aux soins via l’intelligence artificielle, une opportunité à saisir


Les ministères et les entreprises marocaines ont encore à apprendre dans le domaine du digital et du numérique. Si le simple fait de faire du télétravail, d’organiser des webinaires et des réunions à distance, ou de faire de l’enseignement en distanciel suffit pour appeler ces techniques digital, numérique ou intelligence artificielle, on se trompe



Ces ministères, organismes et sociétés ne sont qu’aux prémices de ces innovations et technologies. Quoique déjà, certaines entreprises ont atteint un certain niveau, surtout celles qui sont en contact direct avec des multinationales ou sont connectées avec l’étranger H 24.

Les nouvelles technologies d’avenir sont d’un grand apport et constituent des enjeux économiques majeurs à tous les niveaux. Sans parler de l’intelligence artificielle qui commence à peine à faire connaitre ses avantages dans notre pays, un créneau pourtant important et qui rend service au quotidien à tous les niveaux social, économique, culturel et environnemental. Ne serait-ce que son usage dans tout ce qui est télémédecine ou médicalisation à distance, au niveau des régions enclavées. Elle leur est d’un grand secours.

L’intelligence artificielle offre la possibilité de rendre les soins accessibles de Tanger à Lagouira. Face aux routes délabrées,  aux infrastructures hospitalières de plus en plus en manque en milieu rural surtout (matériel, examens, médicaments, analyses), et à la pénurie des moyens de transport, des prestataires et du personnel soignant, il est temps d’élargir certaines expériences et bonnes pratiques liées au numérique aux régions enclavées qui sont dans le besoin.

Certes, le projet du ministère de la santé dans le cadre de la loi n° 131-13 relative à l’exercice de la médecine (dont la télémédecine) a été approuvé par le gouvernement en 2018, mais n’a jusqu’à présent pas été « interprété » dûment sur le terrain. Téléconsultation, télésurveillance, téléchirurgie, téléréunion, téléenseignement et téléexpertise sont autant de moyens devenus usuels dans d’autres pays et qui commencent à peine à se faire valoir dans notre pays.

Surtout pour ce qui est de la télemédecine. Outre les caravanes  médicales saisonnières qui sont d’un grand secours, on n’attend chez nous que des bailleurs de fonds qui s’amènent au Maroc, dans un coin appauvri par la distance et l’aridité du climat, avec leurs matériels et ressources humaines pour faire le nécessaire, suivis de nos médias qui figent les scènes et l’on s’approprie parfois  le projet des autres.

Et encore, c’est tout un protocole à suivre pour les désireux de pratiquer la télémédecine par les nationaux, des procédures législatives, techniques et autres qui, par leur lenteur et difficulté font fuir plus d’un.

Edito sur le i-Mag 10 du mois de septembre 2021

Magazine créé avec Madmagz.

Samedi 2 Octobre 2021


Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur


Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

L'ODJ WEB MAG