L'ODJ Média




L’ingérence de Khaled Mechaal : Une attaque à la souveraineté nationale du Maroc


Peut-on rester silencieux face à l’ingérence effrontée dans les affaires internes du Maroc par Khaled Mechaal, le leader du mouvement palestinien Hamas ? Il est tout simplement inimaginable qu’un individu étranger ose s’adresser aux Marocains et tente de les influencer, en ignorant totalement que le Maroc est une nation souveraine dirigée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Souad Mekkaoui

L’intervention récente de Khaled Mechaal, lors d’un récent rassemblement organisé par le Mouvement Unicité et Réforme (MUR), l’aile idéologique du Parti de la Justice et du Développement (PJD), soutenue par des factions de la mouvance islamiste, a suscité des inquiétudes légitimes et soulevé des questions quant à son ingérence dans la politique marocaine.

La rencontre avait pour thème, bien entendu, le conflit entre Israël et la Palestine. Cependant, la situation a pris une tournure inquiétante lorsque Khaled Mechaal, en faiseur de discorde, s’est arrogé le droit de prodiguer des leçons de « résistance » aux Marocains. Il a même audacieusement tenté de susciter une désobéissance civile en encourageant les Marocains à s’opposer aux autorités marocaines. Il est même allé jusqu’à suggérer une rupture entre l’État et ses citoyens.

En s’adressant directement à eux et en les incitant à rompre leurs relations avec Israël, Mechaal a non seulement outrepassé les limites du respect de la souveraineté marocaine, mais il a également tenté de manipuler les populations à des fins politiques. Cette démarche est tout à fait inacceptable et témoigne d’un profond manque de respect envers le peuple marocain et son Roi.

La Souveraineté nationale avant tout

Il est particulièrement troublant de constater que le MUR et le PJD aient offert une tribune à Mechaal, depuis le confort que Doha lui procure, pour diffuser ses idées, ce qui soulève des questions sur leurs motivations et leurs intentions. Ces partis politiques doivent se rappeler que le Maroc est un pays souverain avec des institutions solides, et doivent respecter la souveraineté nationale.


Son appel à l’insurrection au Maroc et son discours autoritaire et provocateur en invitant les citoyens marocains à s’adresser à la direction du pays pour demander la rupture des relations, la fin de la normalisation, l’expulsion de l’ambassadeur israélien, et la fermeture d’une page qu’il qualifie d’indigne pour un État respecté comme le Maroc, montre qu’il ignore complètement les réalités complexes de la politique internationale.

D’autant plus que le choix de ses mots est d’autant plus inapproprié qu’il déclare être « jaloux du Maroc« , une déclaration à la fois impertinente et offensante. Elle suggère une ingérence flagrante dans les affaires internes du pays et une tentative de manipulation de l’opinion publique en exploitant les émotions fortes liées à la situation en Palestine.

C’est à se poser des questions sur ses véritables motivations. Il est donc important de noter que cet événement a coïncidé avec une réunion politique tenue par Abdelilah Benkirane, où le conflit entre Israël et la Palestine était également au centre des débats.

Cependant, l’attention s’est rapidement portée sur le meeting organisé par le MUR, où Khaled Mechaal a été la principale attraction. Cette situation a soulevé des questions sur les motivations de la mouvance islamiste, notamment du MUR, qui semble chercher à capitaliser sur le conflit israélo-palestinien pour retrouver sa visibilité politique.

Sur un autre volet, il est profondément préoccupant de constater que Khaled Mechaal estime que la rupture des relations entre le Maroc et Israël serait un levier pour contraindre les dirigeants occidentaux à réexaminer leur soutien à Israël. Toutefois, cette approche ignore délibérément les actions d’autres pays, tels que le Qatar et la Turquie, qui maintiennent des relations avec Israël malgré leur affiliation aux Frères musulmans, auquel le Hamas est lié.

Pourquoi alors cibler spécifiquement le Maroc? Serait-ce lié au Mouvement Unicité et Réforme (MUR) ainsi qu’au Parti de la Justice et du Développement (PJD), qui semblent soutenir ses revendications ?


 

Une politique étrangère équilibrée

Or en cette période de turbulences et de tensions exacerbées par le conflit israélo-palestinien, il est impérieux de rappeler que le Maroc, en tant que nation souveraine, défend avant tout ses intérêts suprêmes. Le peuple marocain, guidé par la sage conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a toujours exprimé son soutien indéfectible à la cause palestinienne et a toujours plaidé en faveur d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza en soutenant, sans faille, la juste et noble cause de la résistance du peuple palestinien.

En plus, le Royaume a toujours joué un rôle clé en faveur de la paix et de la stabilité dans la région. En maintenant des relations diplomatiques avec Israël tout en soutenant la cause palestinienne, il a adopté une approche équilibrée qui lui a permis de contribuer de manière constructive à la recherche de solutions pacifiques au conflit israélo-palestinien. Cependant, ce soutien ne saurait jamais primer sur les intérêts nationaux du Maroc.

Mais Mechaal semble également avoir oublié les gestes de solidarité du Maroc envers Gaza. Le pays a été parmi les premiers à fournir une aide humanitaire aux Gazaouis, lors de la récente crise sanglante avec Israël. Il a toujours maintenu son engagement en faveur de la paix et de la stabilité dans la région, tout en soutenant la cause palestinienne. Tenter de détourner ces actions louables à des fins politiques est juste regrettable.

Par ailleurs, il convient de rappeler que le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël s’est inscrit dans un contexte bien défini, à savoir les accords d’Abraham, signés par Saâd-Eddine El Othmani, ancien Premier ministre marocain issu du Parti de la Justice et du Développement (PJD). Ces accords visaient, d’emblée, à promouvoir la stabilité régionale et à soutenir les efforts de paix au Moyen-Orient.


Mais faut-il rappeler que les alliances internationales du Maroc, notamment avec les nations occidentales, sont motivées par des impératifs de sécurité et de défense de son intégrité territoriale ? D’ailleurs, le Maroc est depuis longtemps, un artisan de la paix et du dialogue au Moyen-Orient, en témoignent les nombreuses rencontres entre les acteurs arabes et israéliens qui se sont déroulées sur son territoire pour promouvoir la stabilité régionale. Cependant, il est essentiel que le mouvement Hamas, auquel Khaled Mechaal est associé, réexamine ses propres relations internationales, notamment avec le Polisario, avant de donner des leçons de diplomatie.

Dans ce sens, il est essentiel de ne pas céder à la manipulation et de prendre des décisions en fonction des intérêts nationaux du Maroc. La politique étrangère du Royaume doit être guidée par une évaluation minutieuse des intérêts nationaux ainsi que des réalités régionales et internationales, plutôt que d’être dictée par des pressions extérieures ou des agendas étrangers. Aussi est-il impératif de préserver la souveraineté du Maroc.

Le peuple marocain, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, continuera à soutenir la cause palestinienne tout en veillant à protéger ses intérêts nationaux et sa souveraineté. Mais fidèle à sa politique étrangère, il ne marchande pas ses alliances, et il est inacceptable que quiconque tente de dicter sa politique internationale.

Par conséquent, les partis politiques marocains, en particulier le Mouvement de l’Unité et la Réforme (MUR) et le Parti de la Justice et du Développement (PJD), doivent agir de manière responsable et ne pas permettre à des individus étrangers de semer la discorde et la confusion au sein de notre pays parce que le Maroc a toujours été un modèle de stabilité dans la région, et il est essentiel de préserver cette stabilité en évitant toute tentative de déstabilisation.

En fin de compte, l’intervention de Khaled Mechaal ne fait qu’attiser la division et la discorde. Au lieu de chercher des solutions constructives et pacifiques au conflit israélo-palestinien. Elle alimente la polarisation et l’instabilité. l’ingérence flagrante de Khaled Mechaal dans les affaires internes du Maroc est une attaque directe à la souveraineté nationale de notre pays.

Le peuple marocain, sous la direction sage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, connaît mieux que quiconque les intérêts de la nation, et il n’acceptera pas de telles interférences.

En conclusion, le Maroc et les Marocains continueront à soutenir la cause palestinienne, car elle est ancrée dans nos valeurs et notre Histoire. Cependant, nous le ferons dans le respect absolu de notre souveraineté nationale et de nos intérêts suprêmes. Aucune ingérence extérieure ne saurait altérer notre détermination à agir dans le meilleur intérêt de notre nation.

Rédigé par Souad Mekkaoui sur Maroc Diplomatique 



Mercredi 22 Novembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page