Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search







La Fenêtre en bois est-elle une menuiserie « durable » ?


La fenêtre bois peut-elle être considérée comme une menuiserie durable ? Pas facile à répondre, au regard de son analyse de cycle de vie. Mais les pratiques évoluent en termes de recyclage.



La Fenêtre en  bois est-elle une menuiserie « durable » ?

Comment définir le terme « durable » pour un produit de la construction et notamment une menuiserie bois ?
Un webinaire organisé par la profession (CNDB, Codifab, UMF, Capeb et UMB FFB) a fait le point.

 
La méthode consiste à étudier l’Analyse de cycle (ACV) de vie des produits, en l’occurrence des menuiseries. L’ACV considère en effet l’impact du produit en question tout au long de son cycle de vie, de sa production en passant par sa mise en oeuvre, sa vie en oeuvre et sa fin de vie (recyclage, valorisation)
 

En France, les résultats de l’ACV se retrouvent dans les fiches FDES (Fiches de déclaration environnementale et sanitaire), que l’on peut consulter sur la base Inies. Précisons que ces fiches FDES sont établies sous la responsabilité du fabricant ou d’un syndicat professionnel et sont validées par un vérificateur indépendant.


En cas de d’absence de FDES, le ministère de la Transition Ecologique peut produire des fiches collectives par défaut. Mais dans ce cas, elles s’avèrent pénalisantes.



Bien regarder le module D portant sur la recyclabilité des fenêtres
 

Sur 62 FDES relatives aux fenêtres et porte-fenêtres* consultables à ce jour sur le site Inies, 11 concernent le bois, et 16 le bois aluminium. Parmi celles-ci, la profession (Codifab), en a produit 4 pour le bois et 4 pour le bois-alu.

 
Les industriels eux-mêmes en ont réalisé respectivement 3 pour le bois et 8 pour le bois -alu et le ministère de la Transition écologique, le restant, soit 4 pour le bois et 4 pour le bois-alu. La FDES composée de 26 indicateurs permet notamment d’apprécier l’impact environnemental d’un produit (exprimé en kg équivalent de CO2). A noter que la RE2020 s’intéresse essentiellement à cet indice carbone.

 

Ainsi, les 16 étapes de la vie du produit, sont agrégées en 4 modules (extraction-production, mise en oeuvre, vie en oeuvre et fin de vie du produit). « Ce qui permet de regarder le bilan total du cycle de vie, sans oublier le module D, relatif à la recyclabilité des produits » souligne Damien Dufour, ingénieur CNAM chez Esteana.

 
Entre 50 et 150 Kg eqCO2 pour la menuiserie

 

Evaluées entre 50 et 150 kg eq CO2, selon l’expérience E+C- (initiée avant la mise en oeuvre de la RE2020), les façades et menuiseries extérieures, comptent pour 2 à 10 % de l’impact environnemental d’un bâtiment complet.

 
A ce titre, les menuiseries présentent de grandes différences selon leurs types (bois, acier, aluminium, PVC). « Et le bois et le bois-alu tirent plutôt leur épingle du jeu » reprend Damien Dufour.

 
Selon l’ingénieur, et concernant ces menuiseries bois et bois-alu, on estime que 60 à 70 % de l’impact environnemental est dû à l’extraction des matières premières et à sa fabrication, contre 80 % pour les menuiseries alu et PVC. Dans le détail, le vitrage contribue à hauteur de 60 % de cet impact et le bois, seulement 10 %.

« En réalité, 5 facteurs essentiels jouent un rôle sur l’impact environnemental d’une menuiserie, reprend Damien Dufour : la dimension de la menuiserie (plus de masse engendre plus d’impact), le type de vitrage (double ou triple, en sachant que le verre n’est pas encore recyclé), l’origine du bois (exotique ou pas car le transport est pénalisant, certification indispensable), et l’entretien de la menuiserie (protection du bois nécessaire en phase de vie).
 

La Fenêtre en  bois est-elle une menuiserie « durable » ?
Quant à la fin de vie de la menuiserie bois, le scénario actuel montre que 50 % va en incinération et 50 % en enfouissement. « Il n’y a pas de généralisation de démantèlement des menuiseries sauf si la REP (Responsabilité élargie du producteur) amène de nouvelles procédures qui changeront les choses » insiste l’ingénieur.

  
Une nouvelle possibilité de vie pour les menuiseries bois

 

Rachel Jozefowicz, codirectrice de l’atelier R-are, a présenté une solution de valorisation des fenêtres bois en fin de vie, dans le cadre d’une mission d’insertion.

 C’est avec l’association Emmaüs que le projet a pu naître après quelques années d’études, en Seine Saint-Denis (93). Constat de départ : 5 à 6 millions de fenêtres bois sont enfouies ou incinérées chaque année en France. Or, il existe peu de filières de recyclage alors que paradoxalement, la fenêtre est composée de matériaux recyclables (bois, vitrage).

Batirama.com 
Mardi 21 Décembre 2021


Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.