Menu

La France face aux Black blocks


Alors que les restaurateurs français manifestaient ce lundi , les protestations contre la Loi "Sécurité Globale " ont provoqué de nouveaux affrontements entre des casseurs , les Black blocks et les forces de l'ordre dans une confusion générale qui plonge la France dans " l'insécurité globale " !



La France face aux Black blocks
 " Insécurité Globale "  et"  fanatisme anti-religieux " !
 
Cette confusion est née au terme d’une manifestation sévèrement réprimée, quand le ministre de l’intérieur a annoncé l’interpellation de 142 « individus ultra-violents ».  Des éléments réunis par Mediapart montrent que c'est faux et que les policiers auraient procédé à des arrestations arbitraires dans un cortège pacifique.

Gérald Darmanin est ainsi accusé d'avoir maquillé les chiffres des interpellations suite à la manifestation de Paris . Une semaine plus tôt , des casseurs s'étaient infiltrés au milieu des manifestants et causé de très nombreux dégâts devant l'impuissance des forces de l'ordre . Ce qui a poussé le ministère de l'intérieur à mobiliser des milliers d'éléments des brigades d'intervention dans une ambiance , rappelons-le , de fronde et de colère des syndicats de Police suite aux propos du président français qui n'avait pas hésité à stigmatiser des contrôles d'identité où le délit de faciès est omniprésent.
 
" Il y a de la discrimination en France, mais il ne faut pas stigmatiser les forces de police.. Il doit y avoir un moyen de neutraliser les casseurs "  s'insurgeait Michel  Blanquer , ministre de l'éducation nationale .
 
On ne sait pas si Gérald Darmanin a vraiment réussi à neutraliser les casseurs , puisque Mediapart affirme que seuls des manifestants pacifiques et non violents auraient été interpellés , mais en attendant de gros moyens ont été mobilisés du moins en ce qui concerne les gros effectifs de policiers.
 
D'où viennent-ils ces casseurs !? C'est quand même bizarre car lorsqu'il s'agit de présumés attentats terroristes , le GIGN fait le nécessaire presque avec autant de temps qu'il ne faut pour le dire , devant les caméras et en direct bien entendu , sur toutes les chaînes d'informations en continu ! 
 
Il y a trois hypothèses :  Soit ces casseurs font partie des Gilets jaunes les plus radicalisés.
Soit ce sont des éléments infiltrés des forces de l'ordre pour décrédibiliser les manifestants tout en effaçant d'un trait les violences policières et détourner les regards loin des bavures policières..
La pratique est courante chez les services de polices du monde entier qui recourent aux services de voyous trop heureux de faire le sale boulot..
Soit , troisième hypothèse, il s'agirait de groupuscules d'extrême- droite ou de gauche qui auraient choisi la manière forte pour se faire entendre.
 
La liberté d'expression et de conscience étant une valeur sacrée chez la cinquième République , il faut croire que les Blacks blocks ne font qu'exprimer leurs opinions face à la violence du gouvernement .
 
Face à cette situation de colère , de violences, de ras le bol et d'insécurité , Emmanuel  Macron a promis un"  beauveau " de la sécurité en janvier prochain,  sans donner toutefois plus de détails.
 
 

" On va mourir lentement mais sûrement, en Mai ou en juin ! " 
 
" On va mourir lentement mais sûrement , en Mai ou en Juin. Rouvrez- nous . Laissez-nous vivre en travaillant !" , ont hurlé des milliers de restaurateurs venus des cinq coins de la France  lors des manifestations tenues place des Invalides à Paris ce lundi 14 décembre.
Il faut bien comprendre que la colère qui gronde en France a pris une nouvelle dimension car si au début il y avait les Gilets jaunes dont les revendications ont été méprisées , et dont la lutte a été forcément occultée par la crise sanitaire , il y a les manifestations contre les opposants à la loi Sécurité Globale et l'article 24 , à quoi vient s'ajouter le mécontentement dû au reconfinememt et au couvre-feu , et puis les restaurateurs  , bars , discothèques qui n'en peuvent plus de ne pas pouvoir travailler en attendant la date butoir du 20 janvier prochain. Tout cela constitue un faisceau de mécontentement contre le gouvernement français avec des manifestations qui viennent en même temps.
 
Stratégie sécuritaire totalisante et totalitaire ..
 
La loi contre les Séparatismes religieux n'est pas en reste et durant les derniers mois , des mosquées ont été fermées , des Islamistes expulsés et la croisade contre le voile a repris de plus belle comme s'il ne s'agissait pas d'une liberté de conscience . 
En effet , la laïcité de la République permet d'insulter la religion et de caricaturer les Prophètes , car il s'agit de liberté d'expression mais pas lorsqu'il s'agit de jeunes femmes françaises et musulmanes qui ont choisi de porter le voile en toute liberté de conscience.
Une liberté que la République ne veut plus reconnaître , contrairement à l'esprit de la loi de 1905 concernant la laïcité de  l'Etat et la séparation avec l'église. Pendant ce temps, le fanatisme anti-religieux de la laïcité est d'un ridicule insoupçonnable car sinon , comment expliquer la nomination de la première femme-Imam de France !?
Mais , il y a pire car en France, les parents d’élèves qui  " oseraient contester " les caricatures à l’école dont celles du prophète Mohammad seront désormais condamnés voire expulsés s’ils sont des étrangers. C’est du moins ce qu’affirme le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.
« Si des parents vont voir un enseignant pour lui dire d’arrêter d’enseigner les caricatures lors du cours sur la liberté d’expression, demain ça sera une incrimination pénale. Et un juge pourra dire, si vous êtes étrangers et vous êtes condamnés à ce délit, vous pouvez quitter le territoire national », déclarait le ministre sur Europe 1.

Lors des obsèques de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures du prophète Mohammad à ses élèves, le président français Emmanuel Macron avait défendu le droit de publier des caricatures, notamment celles du prophète au nom de la liberté d’expression. Des propos qui avaient été ouvertement critiqués par des pays musulmans ainsi que des personnalités politiques françaises dont Ségolène Royal.

La dictature de la laïcité qui ne se fera pas sans la stigmatisation de l'islam , deuxième religion de France, et sans remettre en cause la liberté de conscience des musulmans,  est franchement une question brûlante dont la République aurait pû se passer car normalement, le président français et son gouvernement auraient dû réserver leurs efforts et leur mobilisation pour lutter contre la pandémie du Covid 19 vu l'ampleur des dégâts sociaux et économiques .

Se mettre au chevet des préoccupations des français , dont le désarroi et le désespoir face à l'absence de visibilité sont flagrants,  est-ce trop demander !?

 










Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté