L'ODJ Média




La RTBF, ou la grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf


Il arrive que parfois on ne comprenne pas les signaux envoyés par les Etats, mais il y a toujours une certaine cohérence dans les actions, ou du moins elle est supposée exister. Tel n’est de toute évidence pas le cas pour nos amis belges dont l’Etat, reprenant à son compte le pourtant très discutable « en même temps » d’Emmanuel Macron, demande l’assistance sécuritaire marocaine mais « lâche » (ou laisse faire) sa télé publique, la plus ou moins connue RTBF, sur… la sécurité marocaine. Une petite attaque médiatique qui mérite une tout aussi petite réponse.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Aziz Boucetta

Un film documentaire de la chaîne publique belge, la RTBF, sur le « Sahara occidental ». Une heure et 25 minutes d’ « enquêtes » et d’ « investigations » où on apprend par exemple des choses intéressantes comme « en 1975, 350.000 personnes sont mobilisées au Maroc pour la Marche verte, et s’installent au Sahara occidental », ou encore « les Marocains exploitent les extraordinaires ressources en phosphate… », c’est-à-dire le 1,6% des réserves OCP dans le nord du royaume.

Le jeune « enquêteur » essaie à tout prix de vendre son idée d’un Maroc envahisseur et corrupteur, violent et malfaisant, répressif et agressif, et pour cela, il fait intervenir des contributeurs. Tous à charge ou ayant acquis une expertise du dossier sur Wikipédia, comme cette « spécialiste » de la question, que personne ne connaît et dont le nom importe peu.

Il ressort donc de cette enquête que le Maroc joue de l’intimidation, manipule la désinformation et bascule dans l’ingérence, rien que cela ! Les arguments ? L’ambassadeur rencontre des gens pour les sensibiliser et les convaincre du bien-fondé de la position marocaine sur le Sahara, des élus belges soutiennent cette position, l’ambassade du Maroc a payé 620 euros pour la réservation d’une salle de conférences, l’ambassadeur refuse de répondre aux questions des journalistes… rien d'extraordinaire, que de l'ordinaire dans le foncionnement d'une ambassade et d'une classe politique. Et qui sont ces journalistes si fins limiers ?

Un jeune homme certainement talentueux et peut-être même prometteur, mais qui n’a manifestement pas eu le temps de s’imprégner de la question à laquelle il consacré un magazine de 1h25 mn, et une dame spécialisée dans les affaires judiciaires, le fait divers et le terrorisme. Que des professionnels, quoi…

L’enquête de huit mois – quand même !... –  a été diffusée le 5 décembre, exactement un mois après que les responsables de la sécurité belge, en l’occurrence le vice-premier ministre et ministre belge de la Justice et la directrice générale de l'Agence de la Sûreté de l'État belge soient venus au Maroc pour « faire le point sur la coopération entre les deux pays dans les différents domaines sécuritaires d'intérêt commun et d'examiner les moyens de la renforcer et de l’élargir, de manière à faire face aux défis et menaces croissants liés au terrorisme et à la criminalité transnationale organisée ». En gros pour solliciter l’aide de la sécurité marocaine. Koul lghella et sebb lmella, comme on dit dans notre belle darija !

Il...ne semblerait pourtant pas que, à l’instar de la France, la télé publique belge soit sous le contrôle éditorial (même discret) de l’Etat ; l’indépendance du média paraît acquise. Le problème est dans le professionnalisme des journalistes de la RTBF qui mènent la charge d’une manière déséquilibrée et partiale contre le Maroc, dont les diplomates font de l’aveu même des journalistes leur travail d’explication et de sensibilisation ; ces mêmes journalistes n’apportent aucune autre preuve de leurs affirmations que de lourdes allusions sur une supposée corruption des soutiens belges du Maroc.

 

Alors comment expliquer cette distorsion entre un média public belge qui attaque avec virulence un pays dont l’appui est sollicité par des responsables publics belges ? Une histoire belge ? Faut-il lier cela à cette fameuse enquête QatarGate, devenue MarocGate, et qui ne donne pas de résultats probants un an après son ouverture ? La Belgique agit-elle comme proxy d’autres puissances, des vraies puissances, en Europe, peut-être française, comme cela avait été le cas pour l’imam Hassan Iquioussen, arrêté en Belgique puis relâché avant d’être re-arrêté et expulsé vers le Maroc sans que rien de concluant n’ait été identifié à son encontre ?

Ou, plus simplement, la Belgique est-elle « sous influence », comme l’indique le titre du magazine RTBF, mais sous influence de l’Algérie et de cette partie de certains Etats profonds européens inquiets des positions nouvelles du Maroc en Afrique, dans le Golfe et dans le pourtour méditerranéen ?

Ce que le téléspectateur non averti peut retenir de ce magazine est que l’histoire du territoire appelé Sahara commence avec la colonisation espagnole et qu’avant, c’était terra nullius, ce que la Cour internationale de justice récuse en 1975, détail non retenu par les journalistes belges et, plus généralement, occidentaux. Pour quelle raison ? Sans doute maintenir à l’infini un conflit qui se prolonge indéfiniment, et inutilement.

On peut par ailleurs s’interroger sur l’absence de magazine des deux limiers belges sur les activités des autres ambassades en Belgique, qui défendent le plus naturellement du monde les intérêts de leurs pays… on peut également s’interroger sur le rôle des ambassades belges dans le monde si ce n’est pas pour porter les intérêts de leur pays ; au Maroc, par exemple, l’ambassade s’active comme un beau diable (rouge) pour promouvoir le petit royaume d’Europe.

Durant ces deux dernières années, bien des productions médiatiques de tous formats et de tous calibres ont été réalisées contre le Maroc, en tir groupé comme en France, dans des périodiques prestigieux comme au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, un peu moins en Allemagne et en Espagne… 

De gros et grands supports médiatiquement puissants, et notre RTBF qui veut leur ressembler… Cela rappelle la fable de La Fontaine qui finit ainsi : « Le monde est plein de gens qui ne sont pas sages, tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs, tout petit Prince a des Ambassadeurs, tout Marquis veut avoir des Pages », et cette fable a pour titre « la grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf », comme la RTBF.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Lundi 11 Décembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page