Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








La crédibilité des principes de solidarité mondiale mise à l'épreuve


Peut-être n'avons-nous pas eu besoin de cette crise sanitaire mondiale inattendue causée par le virus Covid-19 pour réaliser l'impact de la dette extérieure sur l'ensemble des économies du monde, car ce qui est toujours une constante et soulignant que les dettes extérieures représentent la bride que tiennent les grands pays et les milieux du système financier dominant pour tenir sous contrôle les pays pauvres et émergents, et à travers lui contrôle le gouvernail du système économique mondial, mais les répercussions de la propagation de cette maudite épidémie ont exacerbé l'impact de la dette extérieure sur les économies des pays sous perfusion par le « pompage » continu de liquidités financières dans les poumons de leurs économies.



la_credibilite_des_principes_d1635249076.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (1.17 Mo)

En effet, l'horrible ralentissement que l'activité économique mondiale a subi en raison des conditions difficiles que le monde connaît depuis le début de la propagation de cette pandémie, qui a imposé des mesures strictes de prévention, a été la fermeture des différentes unités et centres de production, l'étranglement des artères de mobilité, le transport des marchandises, et la perturbation des chaînes de production, ce qui a entraîné des conséquences désastreuses qui ont non seulement, la garantie du financement, mais aussi la capacité même des pays endéttés à continuer à porter le fardeau des dettes extérieures.

Des sources spécialisées confirment que ce déficit ne se limite pas aux pays faibles ou à faible revenu, mais inclut également les pays à revenu intermédiaire, qui représentent 75 % de la population mondiale et 62 % de ses pauvres, ce qui, dans les circonstances actuelles, et en raison des conséquences catastrophiques qui en découlent, sont à leur tour très vulnérables à la faiblesse, sa capacité à supporter la dette extérieure, ainsi que la perte de ses opportunités d'entrer sur les marchés.
À cet égard, l'Organisation internationale du travail (OIT) indique que les données économiques émergentes à la lumière de la propagation continue de l'épidémie pourraient entraîner la suppression de près de 195 professions dans le monde dans un avenir très proche.

De son côté, la Banque mondiale est entrée sur la ligne de ce dossier brûlant en avertissant il y a quelques jours par son président David Malpass, des dangers des grands problèmes qui entoure cette question sur les pays pauvres, car il a été révélé que le fardeau de l'endettement des pays à faible revenu a augmenté de 12%, pour atteindre un niveau record de 860 milliards de dollars en 2020, notant que « le vrai danger est maintenant qu'un très grand nombre de pays sortiront de la crise du Covid-19, criblés de dettes qu'il faudra peut-être de nombreuses années pour régler, »

Bien entendu, l'opinion publique mondiale n'est pas convaincue qu'il existe une réelle volonté des grandes puissances de trouver un règlement rapide et équitable de cette problématique extrêmement complexe, dans la mesure où les grandes puissances auront à cœur d'en tirer les conséquences d'une manière qui renforce leurs chances de continuer contrôler le système économique mondial, et leur permettre d'assurer la pérennité de la subordination des victimes de cet emploi suspect aux niveaux politique et stratégique, car le règlement réel ne tolère pas de déviation du contexte de libération de ces pays de cette corde qui l'enveloppait.

Dans ce contexte, une suspension immédiate et inconditionnelle des dettes de tous les pays à revenus faibles et limités, qui ne peuvent accéder aux marchés financiers et ne peuvent payer les conséquences du service de leurs dettes, est inévitable. Dans les cas les plus graves, les conditions humanitaires dangereuses qui prévalent actuellement, qui sont presque sans précédent, nécessitent une évaluation objective de la situation actuelle et une recherche des voies et possibilités d'aide pour les pays touchés afin d'augmenter leur capacité à supporter les conséquences de ces dettes , au moins avec une longue prolongation du délai de grâce et un report, et un rééchelonnement pour l'intégralité de ces dettes avec une exonération globale et complète des bénéfices résultant du service de ces dettes jusqu'à la reprise de l'économie mondiale, s'il s'agit bien d'une reprise, ou convertir ces dettes en investissements dans les pays créanciers, ce qui contribuera inévitablement à relancer les économies faibles et à accélérer le rythme de leur redressement des vestiges de la situation difficile qui prévaut actuellement.

Les principes de solidarité mondiale que les grandes puissances n'hésitent pas à répéter à chaque occasion et sans elles, et qui abondent dans la littérature des Nations Unies, sont confrontés à une véritable épreuve, dans ces circonstances difficiles, qui reflète la plupart des principes et des meilleures pratiques sur lesquels repose le règlement de la dette au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale. Il est actuellement confronté à un test de crédibilité et de légitimité, et il sera clair s'il ne s'agit que d'une titillation de émotions ou rien de plus que de prier pour faire le devoir, et c'est probable ? Ou s'agit-il cette fois d'une volonté réelle de parvenir à un règlement global et juste d'un problème qui ne peut être séparé des manifestations et manifestations de la domination coloniale dans sa forme contemporaine, qui exploite le besoin des pauvres parmi les peuples du monde en s'efforçant d'assurer des normes minimales dans une vie moins digne afin de subjuguer et de se soumettre à des relations politiques et stratégiques internationales injustes.

Entre nous, le temps nous le fera découvrir, avec ses détails, où habite le diable.
 
Abdellah Bakkali



Lundi 25 Octobre 2021

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.