L'ODJ Média




La mystérieuse absence du Maroc à l’Assemblée générale de l'ONU


L’Assemblée générale des Nations Unies est le rendez-vous annuel de la « communauté internationale », dans le sens premier de l’expression. Si cette grand-messe ne sert véritablement pas à grand-chose, elle est le lieu de rencontres bi ou multilatérales, et aussi le moment de discours dont certains peuvent faire sens. Dans les deux cas, l’Assemblée générale est importante et cette année, le Maroc n’y était étrangement pas représenté au niveau habituel, c’est-à-dire ministériel.



Par Aziz Boucetta

Le royaume aurait pu être attendu à New York pour au moins deux raisons, le dossier du Sahara et le récent séisme qui a frappé le centre-nord du royaume, à al Haouz, avec toute l’empathie mondiale qu’il a suscitée. Mais il y a aussi ce nouveau positionnement du Maroc sur l’échiquier géopolitique mondial, dont le Maroc aurait pu développer la philosophie et les grandes lignes devant les délégations conduites par les chefs d’Etat, de gouvernement ou de diplomatie.


En effet, la position du Maroc est assez large car, un mois après avoir coorganisé en juin avec les Américains l’exercice African Lion (le plus grand exercice militaire en Afrique), en sa qualité d’allié majeur non-membre de l’OTAN, le Maroc s’en va à Moscou en juillet et signe un contrat portant sur le dessalement nucléaire avec le Russe Rosatom. Et le Maroc a reçu, pour son affaire du Sahara, le secrétaire d’Etat adjoint américain Joshua Harris, en provenance de Tindouf., où il a pu voir…


Le Maroc a aussi accueilli l’Envoyé spécial Stefan da Mistura à Laâyoune, contrairement à l’habitude, quelques semaines avant le rapport que fera ce haut-fonctionnaire au Conseil de sécurité de l’ONU et qui fondera l’autre rapport, celui du secrétaire général, avant le vote, ou pas, de la résolution de renouvellement du mandat de la Minurso.


Ce sont là autant de facteurs qui ont présidé à la forte présence internationale du Maroc ces dernières années, facteurs dont la persistance questionne l’absence du royaume cette année à l’Assemblée générale.


Il est certes vrai que le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, étant dans son rôle de secrétaire général, a discuté avec le chef des séparatistes Brahim Ghali mais le même Guterres avait dit, quelques semaines plus tôt, à Science Po Paris, que l’affaire du Sahara...concernait initialement le Maroc et la Mauritanie, et que personne ne parlait alors d’un quelconque référendum sur une quelconque autodétermination concernant un quelconque « peuple sahraoui » et a fortiori d’un très quelconque Front Polisario.


Et, bien évidemment, à New York, le président algérien était de la fête, et il y même allé d’une de ses tebbounisteries. L’homme qui avait dit de Poutine, le faisant même sourire, qu’il était « un ami de l’humanité », a assuré à la face du monde que son pays dessalerait dans 15 mois 1,3 milliard de m3 d’eau par jour ! Heureusement que le Maroc a l’Algérie comme voisin, et le président algérien comme meilleur ennemi.

 

Et toute cette agitation onusienne où le Maroc est absent intervient dans le cadre d’un bras de fer même plus dissimulé entre Rabat et Paris et dû à un amas d’incompréhensions et à une lourde et sourde fermeté de part et d’autre, une sorte de jeu de la barbichette, interminable et viril… sachant que la France est un permanent du Conseil de sécurité, que son soutien est ancien, et que des discussions se seraient même récemment tenues entre les deux pays.

Tout ce grouillement diplomatique survient quelques semaines après le séisme meurtrier d’al Haouz, qui a placé le Maroc sous les projecteurs du monde entier.

Pourquoi donc le Maroc n’a-t-il pas dépêché, comme d’habitude, son chef du gouvernement ou son chef de la diplomatie ? Il y avait tant de choses à dire et tant de monde à rencontrer… Ce Maroc qui est partout, dans tous les conflits africains, dans la question palestinienne, dans la crise migratoire, dans la problématique climatique, dans la menace terroriste…


Ce Maroc qui vient d’être à l’initiative d’un projet de résolution onusien contre le discours de haine et de discrimination religieuse… Ce Maroc dont la voix porte désormais dans le concert des nations... Ce Maroc qui sera concerné par les travaux du Conseil de sécurité tout au long de ces prochaines semaines…


La diplomatie marocaine a sans nul doute de bonnes raisons de ne pas s’être fait représenter à New York au niveau ministériel, mais en absence de déclaration, d’explications, d’indications, la question de la mystérieuse absence du Maroc demeure posée.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 26 Septembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page