Menu



La « neutralité » coupable de l’Algérie dans la question du Sahara et le Maroc.


L’évolution récente des relations algéro-espagnoles démasque les revendications de neutralité de longue date de l’Algérie concernant le différend qu’elle a créé contre la souveraineté du Maroc sur le Sahara et son état de « neutralité » dans celui-ci, que la diplomatie algérienne a tenté de promouvoir au cours des décennies précédentes, mais cela n’a pas affecté les grandes puissances internationales et les influents du Conseil de sécurité, de sorte que les résolutions du Conseil ont considéré l’Algérie comme une partie clé à ce conflit régional et ont imposé sa présence aux tables rondes dirigées par l’ancien envoyé personnel du Secrétaire général.

Adil Ben Hamza



Les Nations Unies ont imposé sa présence dans les tables rondes conduites par l'ancien Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies, l'ancien Président allemand Koehler, ainsi que ce que l'actuel Envoyé personnel Dmistura entend faire.. Malgré les tentatives du régime algérien de revendiquer la neutralité, la pratique diplomatique et économique algérienne révèle le contraire.
Il y a un mois, l’Espagne, en tant qu’État souverain, et ancien colonisateur du Sahara marocain, a décidé de procéder à une révision radicale de sa position sur la question du Sahara. l’État espagnol a clairement exprimé son soutien à la proposition d’autonomie du Maroc depuis 2007 en tant que solution crédible et sérieuse à un différend régional artificiel de longue date, qui est devenu une menace pour la sécurité et la paix en Afrique du Nord et dans la région du Sahel et du Sahara, en tant qu’extension stratégique de la sécurité en Europe et dans le bassin méditerranéen, à la lumière des transformations géostratégiques produit par la guerre russe contre l’Ukraine.

 

La position espagnole, bien qu’elle ne soit pas isolée des positions européennes similaires, y compris les positions allemande, néerlandaise et Française, se fait avec une particularité rare qui perturbe le régime au pouvoir en Algérie, car l’Espagne est l’ancien colonisateur du Sahara, membre du groupe des Amis du Sahara au Conseil de sécurité, ce qui est essentiellement ce que le régime algérien lui-même considérait comme l’autorité administrative dans la région, de sorte que ce qui est observé aujourd’hui est une crispation dans la position algérienne, qui trouve son explication dans cette particularité, qui n’est pas donnée à un autre pays européen.
 
La réaction algérienne à la position espagnole par la convocation de l’ambassadeur de Madrid ou à la décision de suspendre l’accord d’amitié et de coopération, qui inclut le commerce avec l’Espagne, a révélé la fausseté de la revendication de neutralité dans la question du Sahara marocain, car l’Espagne a exercé un droit en tant qu’État souverain dans la forme et le fond n’affecte pas les intérêts de l’État et du peuple algériens, de sorte que la réaction algérienne, en particulier la décision d’arrêter le commerce avec l’Espagne. Il révèle la nature militaire du régime algérien et l’image d’autres institutions, dont le cabinet dirigé par Abdelmajid Tebboune.
 
Connu pour sa gestion sélective du principe d’autodétermination, le régime algérien prétend depuis longtemps soutenir le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. Comment est-ce possible quand ils ont confisqué le droit du peuple algérien alors qu’il choisissait qui devait le représenter au début des années 1990 ? L’Algérie, qui est encore pratiquement sous le seul système de partis, ne peut pas donner de leçons sur la liberté des peuples et leur droit à l’autodétermination, surtout après le hirak qui a été confronté à la dualité du bâton et de la carotte comme politique d’État...
 
Le régime algérien a longtemps défendu l’épouvantail des frontières hérité du colonialisme, car il en a été le premier bénéficiaire, encapsulé dans le slogan du droit à l’autodétermination, qui, à sa connaissance, ne signifie rien d’autre que la sécession. Sur cette base, des centaines de pays auraient dû être établis rien qu’en Afrique, la même situation à l’échelle mondiale, avec plus de 5 000 ethnies dans le monde, dont 300 groupes ethniques rien qu’en Afrique, peut-on envisager l’autodétermination dans le même sens que la sécession et l’établissement de nouveaux États pour toutes ces ethnies ?
 
Le régime algérien, qui a tenté de se présenter comme un « lion » contre l’Espagne, n’était qu’une « brebis docile » face à la même position en soutien à la marocanité du Sahara lorsqu’elle a été exprimée par Washington...

 




Vendredi 17 Juin 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.