L'ODJ Média




La résilience marocaine face aux épreuves sismiques : D’Agadir à Al Haouz, une nation debout


Les nations, tout au long de leur histoire, sont souvent confrontées à des épreuves qui testent la résistance de leur tissu social et la solidité de leur identité, des moments qui les définissent, qui façonnent leur caractère et qui gravent leur destinée.



Par Souad Mekkaoui

Pour le Maroc, face à la cruauté impitoyable de la nature, ces moments ont souvent pris la forme de séismes dévastateurs. Des épreuves qui, loin de briser le pays, ont révélé sa remarquable capacité de résilience et de renaissance.

Les tremblements de terre qui ont secoué ses fondations en sont un exemple poignant. Bien que chaque séisme apporte son lot de tragédie et de douleur, il révèle également la profonde résilience du peuple marocain, sa capacité à transformer la désolation en espoir, les ruines en renaissance.

Rappelez-vous, en 1960, au petit matin du 29 février, la terre a tremblé sous Agadir, une vibrante cité du sud-ouest du Maroc, faisant taire le murmure de ses rues et emportant des milliers de vies. La nature avait frappé avec une magnitude dévastatrice de 5,7 sur l’échelle de Richter.

Au-delà des chiffres, c’est la perte humaine, avec plus de 12 000 victimes, qui a marqué les esprits. La vision d’Agadir en ruines aurait pu être le récit final d’une ville jadis prospère. Mais ce n’était pas la fin. C’était un nouveau départ.

La renaissance d’Agadir, sortie de ses cendres, est devenue une source d’inspiration pour le pays tout entier. Elle symbolise la capacité du Maroc à se relever après une tragédie. Aujourd’hui, cette ville est un phare du tourisme marocain, montrant au monde entier sa résilience. Ses plages dorées, son port animé et sa modernité reflètent l’esprit indomptable de ses habitants.

En 2004, Al Hoceima, perle de la côte nord marocaine, a été ébranlée par un tremblement de terre d’une magnitude de 6,3, le 24 février. Si les pertes humaines n’ont pas atteint le tragique bilan d’Agadir, l’impact émotionnel et structurel fut profond. Cependant, ce qui pourrait être retenu comme une période sombre de désolation s’est transformé en une brillante démonstration de solidarité nationale et internationale.

En effet, les habitants d’Al Hoceima, soutenus par l’ensemble du royaume et de la communauté internationale, ont uni leurs forces pour refaire de leur ville ce qu’elle était : une merveille méditerranéenne. Tout comme Agadir, Al Hoceima s’est relevée.

Aujourd’hui, alors que les séquelles du séisme d’Al Haouz sont encore fraîches, nous sommes témoins de cette même force indomptable qui anime le peuple marocain. Même si chaque séisme a ses propres nuances, une constante demeure : la capacité intrinsèque du Maroc à se remettre en selle, à se solidariser, à panser ses plaies, et à envisager l’avenir avec espoir et détermination.


 

Des séismes comme celui d’Al Hoceima et le plus récent à Al Haouz, tout en réveillant de douloureux souvenirs, rappellent aussi la force collective du Maroc. C’est cette force qui, à chaque fois, permet à la nation de transformer les épreuves en opportunités, les pertes en leçons et les ruines en nouvelles fondations.

Au fil des ans, ces événements ont renforcé la détermination des Marocains à avancer, malgré les adversités, et à bâtir un avenir encore plus lumineux. Le Maroc, avec son histoire riche et ses citoyens résilients, continue d’inspirer et de montrer la voie de la renaissance à d’autres nations confrontées à des défis similaires.

Ces épreuves sismiques, aussi bouleversantes soient-elles, ont mis en lumière l’âme profonde du Maroc : un peuple qui, malgré la douleur, trouve toujours le moyen de canaliser son énergie vers la reconstruction, l’innovation et la préservation de son riche patrimoine.

Le récit de la nation marocaine, face aux tremblements de terre, n’est pas seulement celui de la survie, mais celui de la revitalisation. Chaque séisme devient alors, non pas un rappel de la vulnérabilité, mais un symbole de la résilience et de la force collective.

Enfin, si l’histoire nous enseigne une chose, c’est que le tremblement de terre d’Al Haouz, tout comme ceux d’Agadir et d’Al Hoceima, sera inscrit dans les annales comme un témoignage de la résilience marocaine face à l’adversité.

Ils deviennent des chapitres d’une épopée qui parle d’une nation qui, bien que secouée dans ses fondations et amputée d’une partie de ses enfants, se tient fièrement debout, tournée vers l’avenir. Le Maroc, dans toute sa splendeur et sa ténacité, nous rappelle qu’après chaque nuit noire, vient toujours l’aurore.

Ainsi, face à cette nouvelle épreuve, nous pouvons dire avec certitude que le Maroc se relèvera, comme il l’a toujours fait.

Rédigé par Souad Mekaoui sur Maroc Diplomatique 



Mercredi 13 Septembre 2023

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse