Le FMI et ses prêts « toxiques »


La direction du FMI ne trouve rien de mal à imposer de nouvelles restrictions sévères à de nombreux pays qui se sont trouvés confrontés à des circonstances délicates et difficiles en raison de la crise sanitaire, qui a secoué le monde entier pendant plus de deux ans. On s'attend à ce que ses répercussions directes et indirectes se poursuivent pour augurer les années de vaches maigres à venir, et à cause de la guerre qui a soudainement éclaté entre les grandes puissances du monde sur le territoire de l'Ukraine, qu'aucun des experts de guerre, ni des politiciens qui en sont
responsables, a une réponse précise sur sa durée.

Abdallah Bekkali



Dans ces conditions difficiles qui sont presque sans précédent dans l'histoire humaine moderne, les dirigeants du Fonds monétaire international hésitent à imposer de nouvelles conditions injustes à un groupe de pays dont les circonstances difficiles, vécues ces dernières années, l'ont forcé à tendre la main au FMI pour demander des prêts urgents représentait, pour lui à l'époque, les doses nécessaires d’Oxygène pour pouvoir sortir des crises dans lesquelles leurs économies sont entrées.
 
Ainsi, en guise de garantie, pour les responsables du FMI afin de récupérer ce qui a été prêté à un certain nombre de pays faibles qui se sont trouvés incapables de payer les échéances de la dette à temps, et même les pays qui ont ensuite demandé de nouveaux prêts, des mesures d’austérité supplémentaires ont été imposées aux gouvernements concernés pas bien sûr dans l’octroie de ces prêts, ni en termes de leur dépense, ni même en ce qui concerne les conditions de transparence et d'intégrité qui doivent entourer ces prêts, mais plutôt les dirigeants du FMI ont vu une alternative à cela avec différentes mesures d'austérité qui affectent la structure, la stabilité et la sécurité interne de l'État, comme l'imposition de nouvelles taxes sur de nombreux types de denrées alimentaires et
sur le carburant, ainsi que la réduction des dépenses publiques dans les secteurs sociaux, notamment la santé, l’éducation, la couverture sociale etc.
 
L’ONG internationale Oxfam a averti dans un récent rapport que l’imposition de ces conditions par le FMI sur 13 des 15 programmes de prêts négociés durant la deuxième année de la pandémie, risque de menacer les services publics essentiels.

De l'avis de nombreux experts, les nouvelles conditions choquantes du FMI et ses diktats
dangereux exposeront les conditions économiques dans le monde à ce qu'ils appellent (la puissance extraordinaire de l'austérité).Ainsi, le FMI entravera la légère reprise de l'économie mondiale, que les économistes avaient anticipée après que la gravité de l'épidémie se soit atténuée et que de nombreux secteurs économiques ont commencé à se redresser.

La question peut être abordée sous un aspect purement éthique, avant de l'aborder sous un aspect juridique. Dans ce contexte, se pose la question de la finalité réelle de l'imposition de ces conditions
dans ces circonstances délicates de part et d'autre, les dirigeants du FMI savent qu'elles auront des répercussions dangereuses et violentes sur les conditions sociales des citoyens, et sur la stabilité politique dans un certain nombre de ces pays, l'observateur a le droit de pousser cette question jusqu'au bout et dire si le FMI impose ces mesures d'austérité dans les secteurs sociaux comme une stratégie de pression visant à réduire les dépenses publiques, mais aussi à augmenter les prix de nombreuses denrées alimentaires de base, et des carburants en leur imposant de nouvelles taxes pour servir des objectifs d’une politique spécifique liée à la situation interne ou aux calculs géostratégiques de chaque région du monde.
 
À cet égard, nous nous en tenons à ce qui a été mentionné par l'un des conseillers politiques d'Oxfam dans la région MENA lorsqu'il a déclaré : "Cela illustre pleinement la politique des deux poids deux mesures. Pour cela, le FMI met en garde les pays riches contre l'austérité, tout en obligeant les pays les plus pauvres à l’appliquer ". Dans un tel témoignage, il y a une plus forte indication que les diktats et les conditions auxquels le FMI astreint les pays faibles ne sont pas innocents et ne sont pas seulement liés à assurer le paiement régulier des échéances des prêts, et elle cache ce qu'elle cache en termes de buts et objectifs.
 
L'observateur peut-il douter un seul instant que les dirigeants du FMI, propriété des pays, avec des taux de cotisation et des versements variables, a été créé en premier lieu au service de la coopération et de l'intégration entre les peuples du monde ? Ils sont bien conscients que les pays pauvres qui traversent des circonstances difficiles ont commencé à vivre de graves répercussions sortant au grand jour, et dont la catastrophe de la famine n’est pas la moindre, qui a atteint des dizaines de millions de personnes qui ont été conduites sous son couperet. Ces pays ont besoin aujourd'hui et plus que tout autre temps d'une assistance réelle pour assurer les services de base et de la protection sociale, et non des mesures, décisions, conditions et diktats qui aggravent encore plus ses crises et exacerbent les souffrances de ses peuples.

S'ils étaient au courant de ces faits horribles de bonne foi, ils n'ont d'autre choix que de se dépêcher de suspendre les conditions injustes qu'ils dictent aux pays pauvres, et prennent même l'initiative d'annuler ces dettes qui ne font qu’affaiblir les économies des pays faibles, ou du moins reporter le paiement avec la suppression des intérêts. Ils ont le droit de compenser ces conditions en imposant des impôts aux riches et aux couches aisées, et les entreprises. Mais si leur conviction est différente, il n'y a pas de place à la suggestion ou au conseil, car la virulence des facteurs politiques excède, contrôle et domine la conviction des décisions fatidiques dans de tels cas.
 Source : AL Alam



Lundi 2 Mai 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2022 - 14:08 La guerre en Ukraine, coté cour ...

Lundi 5 Décembre 2022 - 00:42 Y'a d la joie !!

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.