Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le Maroc dans le conflit Occident-Russie : Construire un équilibre entre les principes et les intérêts


"La vérité est la première victime de la guerre", a déclaré l'ancien président américain Jimmy Carter. Ce qui se passe dans la guerre en Ukraine n'est pas lié à la défense de la démocratie et des droits de l'homme, mais plutôt à une lutte d'intérêts et d'influence, dont les plus grandes victimes sont le peuple ukrainien et son intégrité territoriale, et bien sûr le vérité.

Adil Benhamza



Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le système international repose sur deux logiques contradictoires : la première repose sur la valeur absolue des intérêts des grands pays dans le cadre de la répartition des influences dans l'ombre de la guerre froide.

 

Ici, le droit international est absent et seuls les intérêts sont bel et bien présents. Peut-être le modèle du Conseil de sécurité et l'adoption du veto pour les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, est à lui seul la preuve que la matière est loin des principes qui dépendent du droit. Même lorsque l'Union soviétique s'est effondrée et que Washington s'est imposé comme le seul leader du monde, l'assujettissement du système international au profit des grands est resté en place, bien qu'à des degrés divers, cela s'est produit en Irak et en Afghanistan, en Libye et bien avant en Yougoslavie, au Kosovo et au Panama. La liste est longue concernant les États-Unis.

 

La deuxième logique repose sur l'adaptation du droit international au service des alliés des grandes puissances et l'utilisation des conflits régionaux pour contrôler, faire chanter les membres. L'ONU dans son ensemble n'a-t-elle pas adopté ces deux logiques ? Bien sûr, cela a réussi dans une certaine mesure, mais cela a également échoué.

La guerre contre l'Ukraine représente un point de contact entre les grands acteurs de la scène internationale, une guerre attendue depuis l'intervention russe en Géorgie en 2008, et le tableau s'est éclairci après l'annexion par Moscou de la Crimée en 2014 après une longue série de « danses » entre Moscou et Washington.

 

Ce qui étonne dans les événements, est que l'Occident s’est basé sur un récit qui ne résiste pas aux faits et n'est pas soutenu par la réalité. Celle-ci dit que l'Occident est revenu sur ses engagements envers la Russie, en particulier en ce qui concerne le expansion de l'alliance « OTAN » à l'Est, et a aidé l'Ukraine à abandonner sa « neutralité » implicite encadrée par l'accord de Budapest de 1994, selon lequel Kiev a renoncé à son arsenal nucléaire avec des garanties de soutien économique de Washington et de Moscou, alors que Kiev devait se transformer en un pont entre l'Occident et Moscou au lieu de se transformer en une ligne de front...

Le siège de la Russie dans sa profondeur stratégique, en particulier en Géorgie et en Ukraine, a commencé depuis le début du deuxième millénaire, avec des projets pacifiques visant à renverser les régimes au pouvoir dans les pays qui ont formé l'Union soviétique, tout en amenant au pouvoir de nouvelles élites qui isoleraient ces pays de Moscou et de les rendre fidèles à l'Occident. Ces « révolutions » qui ont précédé le printemps arabe.

 

En novembre 2003, la soi-disant «révolution des roses» a éclaté en République de Géorgie, qui a été nommée en mémoire du fait que le chef de l'opposition Mikhail Saakashvili est entré dans la salle du parlement , interrompant le discours du président Edouard Chevardnadze, le dernier ministre des Affaires étrangères de l'Union soviétique dissoute, avec une rose rouge et lui demandant de quitter le pouvoir.

 

En novembre 2004, des manifestations à grande échelle ont éclaté en Ukraine contre le président Viktor Ianoukovitch, et la révolution ukrainienne était connue sous le nom de "Révolution orange" en relation avec la couleur orange adoptée par l'opposition dans ses manifestations géantes menées par Viktor Iouchtchenko et Ioulia Timochenko. Cependant, Washington n'a pas réussi à atteindre ses objectifs. En Géorgie, la popularité de Saakachvili est tombée à un niveau sans précédent, et le pays connut de nombreuses crises durant son règne sur le plan économique et social, et même le président emblématique, s’est rétracté sur bon nombre des slogans qu'il portait pendant la révolution.

 

En Ukraine, la révolution orange s'est soldée, comme chacun le sait, par des scandales majeurs, notamment des questions de corruption financière et d'abus d'influence. En effet, l'icône de la révolution, Ioulia Timochenko, qui occupait le poste de Premier ministre, a fini par être emprisonnée à Kiev, et les élections présidentielles de 2010 ont restauré le président renversé Viktor Ianoukovitch dans ce qui est devenu un précédent du genre pour les révolutions dans le monde.

 

L'opposition orange a subi une lourde défaite, pour être de nouveau renversée Biankovich en 2014 dans un scénario identique à la révolution orange, avec des manifestations et la désobéissance civile a commencé par un sit-in dans le centre de Kiev en novembre 2013. C'est ce que Moscou a trouvé pour justifier l’annexion de la Crimée et le soutien au mouvement séparatiste dans le Donbass, mais surtout que l'Occident n'est pas intervenu et s'est contenté de déclarations de condamnation, tout comme il l'a fait avec l'intervention russe pour protéger le régime d'Assad en Syrie, ainsi que l'intervention en Libye et enfin la présence russe au Mali et en Centrafrique après le retrait français, et c'est ce qui a fait que les sphères d'influence russes se sont élargies de manière remarquée et ont imposé des règles et du sens nouveau sur le plan géostratégique.

Le Maroc a distingué dans sa position sur ce qui se passe en Ukraine entre le cadre du droit international, qui constitue le système de valeurs qui encadrent ses relations internationales et sa vision des relations entre États, et la réalité du conflit entre les grandes puissances et les créations consécutives d'un nouvel ordre international.

 

Dans une brève déclaration, le ministère marocain des Affaires étrangères a affirmé que le Royaume du Maroc renouvelle son soutien à l'unité territoriale et nationale de tous les États membres des Nations Unies, notant l'adhésion du Royaume au principe de ne pas recourir à la force pour régler les différends entre États, et encourage toutes les initiatives et mesures qui contribuent à promouvoir le règlement pacifique des différends. Aussi claire soit cette position marocaine, l’absence au vote de l’assemblée générale de l’ONU n’a pas manqué de susciter des questionnements. Cette absence ne peut s’expliquer que par les quatre éléments suivants :

Le premier élément : ce qui se passe en Ukraine est un conflit d'intérêts et d'influence, et c'est un conflit entre grandes puissances, de sorte que les aspects juridiques ne l'affectent pas, même s'ils ne sont pas contraignants, et donc le moment n'est pas pour enregistrer des victoires politiques dans le filet de Moscou, d'autant que c'est un moment qui appelle à discuter des moyens d'action militaire. Fondamentalement, faire attention à la souffrance humaine du peuple ukrainien, de sorte qu'une résolution de l'Assemblée générale n'avancerait ni ne retarderait le statu quo.

Le deuxième élément : Il fait référence à l'expansion de l'influence russe en Afrique, notamment en Libye, au Mali, et dans la région sahélo-saharienne, sans oublier l'alliance classique entre Moscou et l'Algérie. Par conséquent, le Maroc ne veut pas mettre sa cause nationale au milieu d’un nouveau jeu d'axes entre l'Occident et Moscou, et ne veut pas faire de cadeau au régime algérien qui a investi dans une prétendue inimitié entre le Maroc et la Russie. Notons que le Maroc, dans sa position, n’adopte pas une neutralité négative, mais plutôt une neutralité positive qui ne renie pas les principes auxquels le Maroc est resté fidèle, notamment l'intégrité territoriale des États, qu'il a clairement soulignée à propos de la guerre en Ukraine.

Troisième élément : le Maroc est un allié hors OTAN des États-Unis d'Amérique depuis 1994, mais cette situation n'a pas évolué depuis cette date. Au contraire, les pays de l'OTAN et l'Union Européenne, malgré les relations traditionnelles qu'ils entretiennent avec le Maroc depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, continuent à se dérober pour trancher sa position sur l'intégrité territoriale du Maroc. Dans certains cas, le dossier fut employé à des fins de marchandage et de chantage.

Quatrième élément : que le Maroc, ces dernières années, a choisi de diversifier ses partenaires aux niveaux politique, stratégique et économique, comme l'a souligné le Roi Mohammed VI dans son discours en 2016 devant le sommet Maroc-Golfe à Riyad. le Roi avait visité la Russie, la Chine et l'Inde, visites qui ont abouti à des accords pertinents à dimension stratégique. Ces accords se reflétaient dans les relations bilatérales entre Rabat et ces pays, et cela était évident dans la question des vaccins contre le Covid-19, le Maroc étant parmi les premiers pays à avoir obtenu les doses du vaccin chinois ou britannique fabriqué en Inde.

 

Dans le même contexte, la position de la Russie était connue, une grande compréhension de la position marocaine, notamment à travers l'abstention de Moscou lors du vote sur la récente résolution du Conseil de sécurité relative au Sahara marocain , qui a facilité l'adoption de la résolution considérée comme l'une des plus importantes résolutions du Conseil de sécurité relatives au conflit. Ceci sans oublier qu'en avril prochain, le Conseil de sécurité est appelé à prendre des décisions très importantes concernant le conflit factice au Sahara.

Ce sont les références à l'interprétation de la position marocaine équilibrée et à l'évolution des événements qui éclaireront l'étendue de sa solidité et de sa cohésion.




Vendredi 4 Mars 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Mai 2022 - 19:18 Ukraine : L’aveu

Samedi 21 Mai 2022 - 19:09 Le triangle Russie-Kazakhstan-Chine

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.