L'ODJ Média




Le coût du travail au Maroc : une analyse nuancée et des propositions plus radicales

Repenser le modèle économique marocain : vers un transfert des charges du travail vers la consommation ?


Au cœur des débats économiques au Maroc, la question du coût du travail soulève de nombreuses interrogations. Est-il trop élevé, au point de freiner l'investissement et la compétitivité des entreprises marocaines ? Ou bien est-il ajusté à la réalité économique et sociale du pays ?



A lire ou à écouter en podcast :


Une analyse de cette problématique complexe, en prenant en compte différents facteurs économiques, sociaux et internationaux.

D'abord, il est essentiel de comprendre ce que recouvre le coût du travail. Il s'agit de l'ensemble des dépenses supportées par l'employeur pour l'emploi d'un salarié, incluant non seulement les salaires nets mais aussi les charges sociales et fiscales. Au Maroc, comme dans de nombreux pays, ce coût est souvent pointé du doigt par le secteur privé comme un frein à l'embauche et à la compétitivité.

Cependant, une analyse détaillée révèle une réalité plus nuancée. D'une part, les comparaisons internationales montrent que le coût du travail au Maroc reste compétitif, notamment par rapport à ses voisins méditerranéens et aux pays européens. Cette compétitivité est d'ailleurs l'un des atouts du Maroc pour attirer les investisseurs étrangers, en particulier dans des secteurs comme l'automobile, l'aéronautique ou le textile.

D'autre part, il ne faut pas ignorer que le niveau de vie au Maroc est également plus bas qu'en Europe ou en Amérique du Nord. Le salaire moyen doit donc être analysé en tenant compte du pouvoir d'achat local. Les revendications pour une augmentation des salaires sont légitimes dans un contexte où les coûts de la vie continuent de croître, mettant sous pression les ménages, en particulier les plus modestes.

Par ailleurs, le coût du travail ne doit pas être le seul facteur pris en compte pour juger de l'attractivité économique d'un pays.

D'autres éléments, tels que la stabilité politique, la qualité des infrastructures, l'accès aux marchés ou encore le niveau de formation de la main-d'œuvre, jouent un rôle tout aussi crucial. À cet égard, le Maroc a réalisé d'importants efforts pour améliorer son environnement d'affaires et attirer les investissements étrangers.

Cette question du coût du travail au Maroc ne peut être tranchée de manière simpliste. Si certains acteurs économiques le considèrent comme un obstacle, il convient de le mettre en perspective avec d'autres facteurs de compétitivité et les besoins sociaux du pays. Une approche équilibrée, favorisant à la fois la compétitivité des entreprises et le bien-être des travailleurs, semble être la voie la plus prometteuse pour l'économie marocaine.

Repenser le modèle économique marocain : vers un transfert des charges du travail vers la consommation ?

Dans un contexte de mondialisation accrue et de compétition économique internationale, le Maroc se trouve à la croisée des chemins pour soutenir sa croissance et améliorer la compétitivité de ses entreprises. Parmi les leviers d'action envisagés par certains économistes marocains figure une proposition audacieuse : réduire le coût du travail en transférant une partie des charges sociales, fiscales et des impôts qui pèsent sur les employeurs vers la consommation des ménages, via une augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Quels seraient les enjeux, les avantages et les risques associés à une telle réforme.


Le Maroc, avec sa position géostratégique avantageuse, attire de nombreux investisseurs étrangers. Cependant, le coût du travail, incluant les salaires et diverses charges, est souvent perçu comme un frein à l'emploi et à l'investissement. Selon certains économistes , ce coût élevé réduit la marge de manœuvre des entreprises, particulièrement des PME, qui constituent l'épine dorsale de l'économie marocaine.

La proposition de déplacer le fardeau financier du coût du travail vers la consommation se veut une solution pour alléger les charges des entreprises, stimuler l'emploi, et par extension, dynamiser l'économie. En théorie, une telle mesure pourrait rendre le marché du travail plus flexible, encourager les embauches, et améliorer la compétitivité des entreprises marocaines sur le marché international.

Les avantages envisagés selon ces économistes :

En réduisant les charges liées au travail, les entreprises pourraient être encouragées à embaucher davantage, contribuant ainsi à réduire le taux de chômage.
Moins grevées par les charges, les entreprises pourraient investir davantage en recherche et développement, en formation des salariés, ou encore baisser les prix de leurs produits et services, gagnant ainsi en compétitivité.
Les entreprises bénéficieraient d'une plus grande marge de manœuvre pour gérer leurs ressources humaines et financières, s'adapter aux fluctuations du marché et innover.

Ils sont conscients des risques et des inquiétudes que provoquerait une telle politique économique :

Une augmentation de la TVA pourrait réduire le pouvoir d'achat des ménages, surtout ceux à revenus modestes, et par conséquent, affecter la consommation intérieure, moteur important de la croissance économique.
Le transfert des charges sur la consommation risque d'exacerber les inégalités sociales. La TVA est une taxe proportionnelle qui affecte davantage les ménages à faibles revenus, proportionnellement à leurs dépenses.
La baisse du pouvoir d'achat pourrait entraîner une réduction de la demande intérieure, ce qui serait préjudiciable à l'économie dans son ensemble.

Vers un modèle économique équilibré

La proposition de transférer les charges du travail vers la consommation pose la question de l'équilibre entre compétitivité économique et justice sociale. Pour que de telles mesures soient viables à long terme, elles doivent être accompagnées de politiques visant à protéger les ménages les plus vulnérables, par exemple, par des exemptions de TVA sur les produits de première nécessité ou par des aides directes aux familles à faible revenu.

La proposition de modifier la structure fiscale pour alléger le coût du travail au Maroc soulève un débat nécessaire sur l'avenir économique du pays. Si l'objectif de stimuler l'emploi et la compétitivité est louable, il est essentiel d'aborder cette question avec prudence, en tenant compte des impacts sociaux et économiques à court et long termes. Une approche globale et inclusive, associant tous les acteurs économiques et sociaux, semble indispensable pour élaborer un modèle économique résilient, compétitif, et juste.

Par Adnane Benchakroun




Samedi 30 Mars 2024

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse









Menu collant à droite de la page