L'ODJ Média




Le genou d’Aziz Akhannouch


Ils étaient des centaines de milliers, voire des millions, à suivre cet instant spécial du mois de ramadan, en l’occurrence la prière de la Nuit du Destin. Traditionnellement, le 26ème jour de ce mois, le roi, en sa qualité de commandeur des croyants, accomplit sa prière, tantôt à Casablanca, tantôt à Rabat, ou ailleurs, dans la plus grande solennité.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Cette année, l’événement qui aura retenu les regards et marqué les esprits est la posture inhabituelle et l’état de santé du chef du gouvernement Aziz Akhannouch, peinant à accomplir les gestes rituels, à proximité du roi. Cela a donné lieu à divers commentaires.

Et le plus gênant furent ces commentaires acerbes, parfois même venimeux, moqueurs, sarcastiques ou imprécatoires qui ont aussitôt empli les réseaux sociaux. Les uns, se pensant sachants ou, mieux, détenteurs d’une vérité suprême, divine, ont vu dans la situation de santé de M. Akhannouch une « punition céleste » contre cet homme qui préside le gouvernement et qui « paie » pour sa politique, certes quasi unanimement contestée, rejetée.

D’autres se sont délecté de la vue de cet homme qui souffrait visiblement le martyre mais qui a tenu à faire le job et à assurer sa présence jusqu’au bout, avant de rentrer chez lui et non à l’hôpital comme il a été rapporté ici et là. Il aurait pu se faire porter pâle, pour l’excellente raison d’un genou malade et donc d’un problème de structure et de mobilité, mais il était là.

Il était là, soufrant, tanguant, cherchant désespérément la meilleure posture, se contorsionnant, ajustant fébrilement son selham, transpirant, tremblant, mais il était là, tenant son rôle de chef du gouvernement placé à la gauche du chef de l’Etat. Il faut lui en savoir gré.

Et précisément, et c’est rassurant, après une montée des sarcasmes, des imprécations et autres anathèmes, les internautes se sont repris et, très vite, les messages de compassion ont afflué, puis inondé les réseaux. Et c’est ainsi qu’est cette âme marocaine, fondée et bâtie sur le respect de l’Autre, d’abord et avant tout.

C’est pour cela que dès notre plus jeune âge, nous avons appris à ne pas nous moquer de plus faible que soit, de ne pas railler les malheurs des autres. Un peu de fatalité, un zeste de foi, beaucoup d’éducation. C’est pour cette raison aussi que la caricature... n’est pas, ou alors très peu, tolérée dans ce pays.

Les dessins sarcastiques ne sont pas des caricatures, mais de simples illustrations drolatiques, mais nullement injurieuses. Amplifier le défaut physique d’un personnage public n’est pas inscrit dans nos mœurs, pas plus dans les médias que sur la Toile.

 

Néanmoins, le respect dû aux personnes ne doit pas pour autant n’être tributaire que des postures ou croyances religieuses. Il doit également concerner les condamnations faciles contre les personnages politiques.

Notre opinion publique et, plus grave, nombre de commentateurs ou d’internautes versent avec facilité dans l’insulte ou l’accusation, non étayée et encore moins prouvée, fondée sur le on-dit ou les non-dits.

Il faut dire que la longue histoire de l’impunité (qui se prolonge encore et bien malheureusement aujourd’hui) trace le chemin à ces attaques du type « cheffar » (voleur) ou tout simplement « hmar » (âne, imbécile), contre tel responsable politique dont on ne connaît par ailleurs pas grand-chose. Et cela est bien regrettable.

Alors oui, l’inflation a été mal gérée et les soupçons de connivences et/ou de mal gouvernance peuvent être fondés. Oui, les prix ont explosé pour des raisons qui pouvaient être, qui auraient pu être anticipées.

Oui, la communication est le parent très pauvre de ce gouvernement et la condescendance la marque de fabrique de certains de ses membres. Mais insulter tout ce monde ne sert pas plus l’avancée de ce pays que le respect que nous avons pour nous-mêmes.

Si on observe ce qui se produit dans des pays de notre entourage (plutôt vers le nord), on relève une adhésion et un respect des institutions et des traditions, chaque nation ayant les siennes propres.

Au Maroc, insulter M. Benkirane, railler M. Elotmani, accabler d’injures M. Akhannouch, comme le font tant d’internautes et, plus grave, de gens des médias, revient à nous insulter, à nous railler et à nous accabler d’injures nous-mêmes car ces personnes ont occupé des fonctions éminentes dans la pyramide de pouvoir de ce Maroc qui nous unit, nous réunit et nous rassemble car il nous ressemble…

Alors prompt et total rétablissement aux personnes malades, civilité pour nos responsables politiques et adhésion à nos institutions, en souhaitant que ces mêmes institutions se montrent, quant à elles, à la hauteur de leurs responsabilités, engagements et missions. Mais cela est une autre affaire...

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panrapost 



Mercredi 19 Avril 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page