L'ODJ Média




Le gouvernement a mi-mandat : encore un effort…


Le gouvernement est donc à la tâche: i1 le déclare, i1 explique... Aziz Akhannouch dit et répète qu'il va poursuivre son action: pouvait-il en être autrement? Pas vraiment. Il a annoncé les axes de sa politique en 2024. Une reprise de ce qu'il avait déjà précisé au début d’octobre dernier à propos des priorités du projet de loi 2024.



Par Mustapha Sehimi

Il faut les rappeler : consolidation des piliers de l'État social, mise en œuvre des réformes structurelles, mobilisation des finances publiques, renforcement de la souveraineté hydrique et alimentaire, promotion des investissements et de l'emploi, "offre Maroc" dans le domaine de l'hydrogène vert. Il faut y ajouter des mesures sociales: programme des allocations sociales à la fin de l'année (allocations familiales et ciblage des aides sur la base du registre social unifié).


MI-MANDAT

De la continuité donc avec une inflexion sociale. Ce cabinet a été investi, voici plus de deux ans, en octobre 2021, avec une mandature de cinq ans, correspondant à la présente législature de la Chambre des représentants (2021-2026). A mi-mandat, ne lui reste de fait que deux autres années pleines, "utiles", dira-t-on. Il ne faudra pas attendre grand-chose en effet de 2026, par suite de l'agenda électoral contraignant avec un processus imprimant sa marque dès le premier trimestre de cette année-là.

Les "chantiers", les "réformes structurantes" et tant d'autres annonces : oui sans doute. Mais pour les citoyens de base, la majorité de la population, la difficulté est celle-ci: la contrainte au quotidien du pouvoir d'achat. Ainsi le moral des ménages se dégrade, selon le HCP: il poursuit sa tendance baissière avec un taux de 46,5 points au troisième trimestre 2023 contre 50,1 points à la même période en 2022- c'est le chiffre le plus bas depuis le début de cette enquête en 2008.

Préoccupant. Dans cette même ligne, il vaut de noter la hausse de la circulation de la monnaie fiduciaire (le "cash") en 2022 selon le rapport annuel de Bank Al-Maghrib: 10% pour atteindre 372 milliards de DH (MMDH). Les dépôts bancaires en pâtissent mais aussi les liquidités des institutions financières. Celles-ci accuseront ainsi, selon les prévisions de la banque centrale, un déficit de l'ordre de 107 MMDH à la fin 2023 et même de 118 MDH à la fin 2024. 

Que faire pour y remédier ? La lutte contre l'économie informelle relève toujours du discours sans de réelles mesures; il en est de même de celle contre l'évasion fiscale - 1e gouvernement en parle sans s’y atteler de manière conséquente. Frilosité, réseaux d'intérêts, clientèles électorales: autant de facteurs cumulatifs, parmi d'autres, qui expliquent une telle situation. Or, l'État social" mis en avant par le gouvernement commande que les exigences d'équité et de solidarité soient fortement sollicitées et mises en œuvre pour que ce système inégalitaire soit revu et corrigé.

Chaque loi de finances (2022, 2023 et 2024) décide bien de certaines mesures (baisse de 1'IS,...) mais sans veiller à appréhender le "système" fiscal actuel : l’on ne fait alors qu'accentuer les inégalités sociales, notamment entre les classes moyennes et les autres...

Autres grands dossiers : ceux de la réforme des régimes de retraite et de la caisse de compensation. Le wali de Bank Al-Maghrib ne cesse la mise en alerte: il y a urgence! Les régimes de retraite accusent un creusement de leur déficit (premier déficit global de la CNSS en 2027 et en 2028 pour la CMR).

Qui s'en soucie ? Le dossier de la caisse de compensation n'est pas moins problématique: sera-t-il finalisé en vue de la suppression de cette institution? Tout dépendra de la mise sur pied de la caisse relative au ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social ainsi que de la création de l'Agence nationale des RSU. 

 

Des atouts, mais…

Ce gouvernement a pourtant tous les atouts pour réussir: une majorité bien confortable de seulement trois partis (RNI, PAM, PI); le soutien institutionnel - et non politique- du Roi, lequel n'est pas comptable du bilan de ce cabinet et le bénéfice d'une économie résiliente avec la maîtrise des grands équilibres. Jouit-il d'une grande confiance aux yeux des citoyens ? Sa communication ?

Elle reste sujette à caution souvent à coups d'annonces telles celles entourant des textes en instance (code pénal et code de procédure pénale, réforme fiscale, lutte contre la corruption, régionalisation...) Si certains secteurs sont pleinement engagés dans de profondes réformes (éducation, industrie, énergie, eau et hydraulique,...) d'autres ne sont pas dans ce même registre. Il manque au total une crédibilisation de la parole publique par le gouvernement et certains. Porter les réformes et arriver à les incarner : tel est le challenge ! 


Rédigé par Mustapha Seimi sur Quid 



Vendredi 29 Décembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page