Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





Le médecin de commune : Quelles prérogatives sanitaires ?


Quels rôles ont joué les médecins travaillant dans les communes durant la pandémie du Covid-19?
Quelles sont les utilités des bureaux municipaux d’hygiène relevant des collectivités territoriales? Quelles sont les missions dont doit s’acquitter le médecin relevant d’une commune? Pourquoi le nombre des médecins œuvrant dans les communes a été réduit de façon catastrophique ces dix dernières années? Comment doivent être les relations entre un président des communes et le médecin qui veille sur la salubrité et l’hygiène du milieu garant de la non transmission des maladies ?
Se sont autant de questions qui se justifient à la veille du scrutin électoral de demain 8 septembre 2021?



Par Dr Anwar CHERKAOUI

le_medecin_de_commune__quelle1631006015.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (1.43 Mo)

Il faut indiquer en premier lieu qu’en cette période de pandémie de Covid 19, les médecins des communes ont étaient au front mais peu de personnes et rares sont les médias qui en ont parlé. Ils avaient comme grandes tâches : la mise en bière des corps et la désinfection des lieux de décès.
 
Histoire de la médecine communautaire au Maroc
 
Entre 2010 et aujourd’hui, le nombre de médecins œuvrant au sein des bureaux municipaux d'hygiène (BMH) est passé de 300 à 120. Le Ministère de l'Intérieur et les présidents des communes sont censés renforcer le rang de ces professionnels de la santé. Des concours ont été annoncés, mais souvent reportés. Et c'est le départ en retraite des médecins de communes et leur non remplacement qui expliquent cette situation.

Il faut rappeler que La notion du bureau d’hygiène a vu le jour au Maroc depuis l’année 1941. En 1976 puis en 2006 la charte communale a mis à la charge du président du conseil communal la gestion de la salubrité et la propreté de l’environnement des citoyens, dont le bureau d’hygiène est l’un des services responsables.

En Janvier 2001 une circulaire interministérielle avait fixé les attributions du médecin du bureau d’hygiène.

La direction administrative et technique du bureau communal d’hygiène (BCH) était attribuée au médecin directeur du bureau d’hygiène (MDH), qui est soit médecin généraliste ou spécialiste en médecine du travail, médecine légale ou médecine de sport.
Mais il faut préciser que la loi organique 113.14 de 2015 relative aux communes, a complètement chamboulé l’organigramme des communes. On ne parle plus de commune urbaine et rurale, mais de collectivité territoriale.

Le service d'hygiène prend sa dimension au sein de l’ organigramme en fonction de l'effectif de la population. Si moins de 15 000 habitants, il est intégré avec les services social, d’urbanisme et culturel.

Si entre 15 000 et 50 000 habitants, c’est un service d'hygiène et d'environnement. Pour une collectivité territoriale de plus de 50 000 habitants, la commune dispose dans son organigramme de toute une division d’hygiène.
 
Cela étant, est ce que ces modifications d’organisation ont été accompagnées par un renforcement des moyens humains et matériels, s’interroge Dr Najat Oulchgar?

Ce n’est pas le cas. Si ce n’est épisodiquement, pandémie de la Covid 19 oblige.
 
Les  départs en retraite sans recrutement a amputé beaucoup de communes du seul médecin communal dont elle disposait. Dr Oulchgar donne l’exemple des communes de Ain Aouda El Menzah et Mers Elkheir à la préfecture de Skhirat Temara.
 
Depuis le 2 mars 2020, date d’apparition du premier cas du coronavirus au Maroc et la déclaration du confinement à 18h du jour même, les bureaux communaux d’hygiène étaient au front.
 
La Covid 19 et le médecin des communes
 
Désinfection des espaces publics, des administrations, des établissements scolaires, des rues et des avenues et cela de  façon continue.

Nettoyage des moyens de transport et des ambulances.

La mise en bière des morts dus au Covid. La désinfection des lieux de décès soit à domicile ou dans une structure de soins publiques ou privées.

 La préparation au déconfinement par la désinfection des mosquées et des msids (Écoles coraniques).
 
Toutes ces activités sont sous la responsabilité des services d’hygiène relevant des communes plutôt que du Ministère de la santé.
 
Tout cela tout en maintenant les autres activités quotidiennes du bureau communal d’hygiène (BCH), notamment la lutte contre les chiens errants, la vaccination contre la rage, la délivrance des certificats de décès ou d’inhumer. Et pour certains communes, la réalisation d’autopsie, à la demande de la justice
 
Dans certaines collectivités territoriales, aussi bien en ville qu’en campagne, les constat de décès, par manque de personnels qualifiés, sont faits par des infirmiers ou des agents d’autorités qui portent alors le qualificatif de « constateurs de décès ».
 
Il est indispensable de rappeler que les principales missions du médecin affecté dans le bureau communal d’hygiène (BCH) sont le contrôle de l'hygiène alimentaire et de la restauration collective, l'hygiène de l'habitat, des installations industrielles et scolaires, ainsi que l'hygiène de l'environnement.
 
Place du médecin des communes dans le Nouveau modèle de développement
 
Par ailleurs, Il serait plus qu’opportun que le programme d’appui à l’amélioration de la performance des communes au Maroc (PAPC), cofinancé par la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD), puisse s’intéresser à l’évaluation et surtout à la réorganisation des bureaux communaux d’hygiène (BCH).
 
Ainsi, Dans le contexte actuel de la pandémie de la Covid 19, ce programme doit s’ouvrir davantage aux questions de santé, d’hygiène et d’environnement, afin d’améliorer la qualité des services publics locaux.
 
Ce programme, qui se déroule sur une période de 5 ans (2019-2024), peut proposer une assistance technique et de formation adaptées qui seront mises à la disposition des communes en matière de santé locale, d’hygiène et d’environnement.
 
De même, dans la perspective d’une nouvelle organisation régionale de la santé publique, par la création de 12 directions Régionales de la santé (DRS), relevant du Ministère de la santé, il faut veiller impérativement à une véritable collaboration avec les structures d'hygiène et de santé des collectivités territoriales, afin d’être prêt à tout moment, pour faire face à toute nouvelle épidémie.

Le nouveau modèle de développement (NMD) doit intégrer dans sa stratégie d’amélioration de la santé dans notre pays cet acteur de proximité, à savoir, le médecin des communes territoriales
 
 Par Dr Anwar CHERKAOUI 
 





Mardi 7 Septembre 2021

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.