L'ODJ Média




Le projet du tunnel ferroviaire sous-marin prend forme


Après être tombé en désuétude pendant des années, le projet du fameux tunnel ferroviaire sous-marin entre le Maroc et l’Espagne resurgit encore une fois. Le gouvernement espagnol l’a revitalisé et quelques détails restent à ficeler pour lancer les travaux.



Écouter le podcast en entier :


Par Mohamed Elkorri

Le projet du tunnel ferroviaire sous-marin prend forme
Selon le média espagnol El Diario, l’entreprise publique qui promeut le projet dit qu’elle recevra une nouvelle dotation dans les budgets 2023 du pays ibérique, pour franchir «le pas définitif» vers le début des travaux, et ce, selon ce que le gouvernement espagnol indique dans les comptes publics qu’il vient de présenter.

L’entreprise espagnole en charge d’effectuer les études préliminaires serait la Société espagnole d’études pour les communications fixes à travers le détroit de Gibraltar (SEGECSA). Cette entreprise publique a récemment révélé qu’elle était, en 2021, parmi les bénéficiaires des fonds européens du plan de relance de l’Espagne, pour entreprendre de nouvelles études sur cette infrastructure, alors que les relations entre les deux pays, à l’époque, étaient tendues. 

Le média espagnol indique que le Budget pour 2023 établi par le gouvernement espagnol prévoit un transfert en capital de 750.000 euros pour SEGECSA à la charge du budget du ministère des Transports. Une dotation jugée modeste pour un tel projet «Réseau transeuropéen de transport», mais qui rassure sur le projet du gouvernement. Ainsi, la société publique SEGECSA sera en mesure de lancer les processus de construction de l’ouvrage. Les fonds serviront à mettre à jour un avant-projet réalisé il y a trois décennies, intégrant les avancées techniques accumulées ces dernières années.


La modernisation d’autres infrastructures espagnoles

La modernisation de cet avant-projet, indique El Diario, se traduit par le fait que « les avancées techniques et technologiques enregistrées ces 15 dernières années dans les domaines de la construction, de la gestion, de l’exploitation et de la maintenance des ouvrages souterrains et sous-marins représentent un bond spectaculaire ». 

A cela s’ajoute une modification du tracé précédemment prévu, «avec la décision d’intégrer le tunnel de la liaison fixe dans le détroit avec l’infrastructure de transport ferroviaire du Campo de Gibraltar et ses éléments stratégiques, tels que le port d’Algésiras».

Pour ce faire, d’autres travaux doivent avoir lieu. Il faut déplacer le terminal Nord vers la zone de San Roque-Los Barrios (Cadix) «pour l’intégrer au corridor ferroviaire correspondant du réseau de transport européen», ce qui «implique d’étendre le tunnel à plusieurs kilomètres de l’emplacement non connecté actuellement» prévu à Tarifa, entre les parcs naturels Estrecho et Los Alcornocales.

Une coopération hispano-allemande

D’après la même source, après l’approbation par Bruxelles du plan de relance espagnol, SEGECSA a signé en août 2021 un contrat d’assistance technique avec l’entreprise publique d’ingénierie Ineco contre un montant d’environ 800.000 euros.

Le patron de SEGECSA s’est rendu, il y a un an, à Scwhanau (Allemagne), pour rencontrer des représentants de la société allemande Herrenknecht, leader mondial sur le marché des tunneliers, afin de mettre à jour la conception de base de la technologie qui pourrait répondre à l’excavation de la galerie d’exploration pour commencer les travaux.

Selon la société d’Etat, « des perspectives très favorables s’ouvrent compte tenu de l’évolution des capacités techniques de ce type de systèmes de forage et d’excavation, et des expériences les plus récentes de construction de tunnels profonds dans le sous-sol marin ».

9,6 millions passagers à l’horizon 2030

La dernière version publiée du projet de liaison maroco-espagnol est un document édité il y a une dizaine d’années. Il envisageait un itinéraire de 42 kilomètres entre les terminaux Nord et Sud pour unir les deux continents en un peu plus d’une demi-heure, souligne El Diario.

Il prévoyait un service de transport de passagers et de marchandises au moyen de trains-navettes pour voitures, autobus et camions. La prévision était d’environ 9,6 millions passagers à l’horizon 2030 et le transit de 7,4 millions de tonnes de marchandises.

Rédigé par Mohamed Elkorri sur L'Opinion 



Mardi 18 Octobre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse