L'ODJ Média




Le régime algérien donne migraine et urticaire à l’administration américaine

Washington serre les vis à Alger !


La propagande officielle a beau enjoliver la visite du ministre algérien des affaires étrangères à Washington, tentant de la présenter comme une rencontre au sommet diplomatique entre les ministres des deux pays, elle ne parvient pas à effacer ce halo de convocation lancée par le secrétaire d’Etat, Antony Blinken à Ahmed Attaf, sommé de venir s’expliquer sur les différentes postures de son pays à l’égard de nombreuses crises régionales.



Écouter le podcast de cet article :


Par Mustapha Tossa

Et pour cause, le régime algérien donne migraine et urticaire à l’administration américaine. Sans aucun doute, la récente visite du président algérien, Abdelamjid Tebboune en Russie et en Chine place son pays ouvertement dans le spectre des pays antagonistes aux intérêts américains.

Non satisfait de continuer à financer la machine de guerre russe en Ukraine à travers de gigantesques contrats d’armement, le président algérien propose de quitter le système économique mondial géré par le dollar et l’euro pour rejoindre les forces économiques concurrentes à la puissance américaine et européenne.

Même s’il était difficile de faire la part des choses dans cette attitude entre la maladresse des ignorants et le sérieux d’une conviction politique, Abdelmajid Tebboune avait choqué l’opinion internationale par une telle légèreté. L’Algérie dont les intérêts économiques et le volume d’échanges commerciaux sont majoritairement avec l’Union européenne, ne propose ni plus ni moins qu’un gigantesque hara-kiri politique.

Faut-il rappeler que cette rencontre entre Blinken et Attaf fut précédée par de nombreuses démarches de la part d’influents députés américains qui demandent ouvertement à l’administration Biden d’imposer des sanctions économiques à Alger à cause de son soutien financier et militaire au régime russe.

En plus de la problématique question russe, Washington a dû serrer les vis du régime algérien sur au moins trois sujets que l’administration américaine estime importants dans sa relation avec Alger.

Le premier est le comportement suspect de certains milieux militaires algériens avec les organisations terroristes dans la région du Sahel. Dans un contexte où il y a un risque d’intervention militaire internationale au Niger pour y rétablir l’ordre institutionnel, les relations suspectes de l’Algérie avec la mouvance terroriste régionale est à scruter avec beaucoup d’attention.

La deuxième problématique qui intéresse au plus haut point l’agenda américain dans la région est la promotion des accords d’Abraham que Washington considère comme une précieuse rampe de lancement pour l’instauration de la paix et de la stabilité. Le régime algérien se devait d’expliquer son double discours, celui qu’il sert à la diplomatie américaine en étant favorable à la paix et à la solution de deux Etats et celui extrémiste et de propagande qu’il sert à son opinion publique sur la non reconnaissance de « l’entité sioniste », sans aucun doute le fruit de son alliance maléfique avec le régime iranien, toujours honni par les Américains.

La troisième préoccupation américaine discutée avec le ministre algérien a été l’agressivité militaire de son régime et ses multiples menaces de déclarer une guerre contre son voisin marocain, soit directement, soit en la sous-traitant aux milices séparatistes du Polisario. D’ailleurs, le positionnement américain sur l’affaire du Sahara a fait l’objet d’une tentation de manipulation propagandiste de la part du régime algérien vite dissipée par Anthony Blinken en personne. Le message US est limpide: L’administration américaine reconnaît la souveraineté du Maroc sur son Sahara et fait confiance aux Nations unies pour incarner et inscrire dans le marbre institutionnel international cette reconnaissance.

Contrairement à ce que propagent pompeusement les médias officiels algériens, la rencontre Blinken/Attaf n’avait pas pour objectif de discuter des valeurs communes entre l’Algérie et l’Amérique. Il s’agissait plutôt d’une interpellation à multiples segments de la part des Américains pour savoir si le régime algérien n’a pas rejoint la liste des « rogue States » ouvertement ennemis de Washington comme la Corée du Nord, la Russie, l’Iran ou la Syrie.

Toute la question est de savoir si les réponses, les promesses et les justifications fournies par le ministre Ahmed Attaf au nom du régime algérien ont convaincu l’administration américaine de ne pas passer à l’étape supplémentaire de la sanction et de la punition.

Il serait intéressant de surveiller les prochaines prises de position du régime algérien et tenter d’y détecter l’influence de la menace américaine. Ce qui est certain c’est que la virée américaine du ministre Attaf n’a pas été une promenade de santé mais plutôt un douloureux passage sur le grill des choix politiques de Washington.

Article repris du site fr.hespress.com/ avec autorisation de l'auteur 



Lundi 14 Août 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page