lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other






Le sommet arabe et la question de l’utilité


La situation arabe est caractérisée par de graves divisions et divergences d'opinions et de positions sur un certain nombre de questions litigieuses. Le sommet arabe a été reporté plus d'une fois et la pandémie a joué un rôle dans la justification de ces reports, mais elle ne continuera pas à expliquer le report répété.



Écouter le podcast en entier :


Par Adil Ben Hamza

L'Algérie est l'hôte du sommet partie prenante essentielle. La première question est liée à l'évocation de la présence de la Syrie et de son retour à la Ligue arabe. Cette question est toujours un sujet de litige entre les pays arabes, mais l'Algérie est l'hôte du sommet. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune, en fera pratiquement un sommet qui ravive les alignements et les différences arabo-arabes.
 
Il est vrai que l'Algérie a acquiescé au rejet arabe du retour du régime de Bachar el-Assad et, accompagnée du régime de Damas, a présenté l'affaire comme une volonté du régime syrien de ne pas faire de l'enjeu du retour de la Syrie un sujet de discorde, tenant à un pari diplomatique et politique pour le régime algérien.
 
Le deuxième dossier est lié au différend maroco-algérien et à la décision algérienne de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc et les décisions qui ont suivi, notamment la fermeture de l'espace aérien face à l'aviation civile, l'arrêt de l’activité sur le gazoduc maghrébin qui assurait l'approvisionnement en gaz à l'Espagne via le Maroc, en plus de la persistance d'attitudes hostiles envers le Maroc dans diverses instances de la communauté internationale, et plus dangereux que cela, est l'adhésion continue de l'Algérie à la thèse des milices séparatistes du "Polisario", qui ont annoncé l'année dernière la reprise des opérations militaires contre le Maroc et l'abandon du cessez-le-feu adopté depuis le début des années 90 du siècle dernier, avec le plein soutien de l'Algérie contre la résolution 2602 du Conseil de sécurité.
 
Cette situation soulève des questions. La gravité sur la nature de la participation du Maroc à un sommet arabe accueillie par l'Algérie, qui ne trouve pas gênant de combiner la revendication de sa volonté de réunification arabe tout en continuant à soutenir l'agression armée contre le Maroc dans un cas unique au niveau arabe, car il n'y a pas de cas similaire, cette affaire remet en cause la Charte de la Ligue arabe et la faisabilité de son existence en premier lieu si elle n'était pas en mesure d'imposer à ses membres, au mieux des circonstances, le respect de l'intégrité territoriale de leurs États, et au moins au pire, la criminalisation du fait d'embrasser et de soutenir toute action armée par l'un de ses membres contre un autre membre…
 
La troisième question est liée au conflit arabo-israélien et à la distance qui s'élargit chaque jour entre les pays arabes pour y voir une solution. J'évoque ici les accords d'Abraham en échange de ce qu'on appelle l'axe de résistance, et là aussi il y a l'Algérie comme partie qui veut jouer un rôle au niveau de cet axe, et dans ce contexte, l'insistance de l'Algérie peut être expliquée précédemment sur la présence de la Syrie et ce qu'elle cherche à construire un consensus entre les factions palestiniennes avec leurs contradictions et leurs différences, en pariant sur le dollar, que ce soit avec le soutien de l'Autorité palestinienne ou du reste des factions, et il est certain que cette question est également un sujet de litige entre les pays arabes.
 
La quatrième question est liée au voisinage arabe, plus précisément à la relation avec l'Iran et l'Éthiopie. A ce niveau, l'Algérie est une fois de plus au centre des divergences existantes. Dans la relation avec l'Iran, il apparaît que le rapprochement algéro-syrien va au-delà la dimension bilatérale à quelque chose comme une alliance non déclarée qui rassemble l'axe Téhéran-Damas avec l'Algérie.
 
Ici se pose la question, qui sont les opposants à cet axe ? La réponse conduit naturellement à placer l'Algérie face à un grand nombre de pays arabes, notamment les pays du Conseil de Coopération du Golfe, compte tenu de la menace sérieuse que fait peser l'Iran sur sa sécurité stratégique.
 
Quant à la relation avec l'Éthiopie, l'Algérie, qui a revendiqué la médiation dans la crise du barrage de la Renaissance, a rapidement montré sa pleine adhésion au point de vue éthiopien contre les intérêts du Soudan et de l'Égypte. Et ce n'est pas un hasard si les deux pays ont été des acteurs incontournables dans le jeu des nouveaux axes au niveau de l'Union Africaine, en plus du Nigeria et de l'Afrique du Sud.
 
En plus de toutes ces questions, il ne faut pas oublier la situation au Yémen, au Liban, en Libye et dans la région du Sahel et du Sahara, qui sont des zones de conflit dans lesquelles les pays arabes n'ont pas une position unifiée, que ce soit dans le diagnostic ou dans les propositions de solution.
 
Par conséquent, parler de la tenue d'un sommet arabe revient à émettre un reproche s'il est réalisé, sans beaucoup d'optimisme quant à son résultat. Les seuls bénéficiaires de tels sommets sont les caricaturistes et, bien sûr, de nombreux traiteurs...
 
Le Maroc a eu "de la chance" en réduisant sa représentation dans les conférences arabes au sommet car il ne parie désormais que sur les relations bilatérales et la relation avec le Conseil de coopération du Golfe.
 
Lorsque le Maroc s'est excusé d'accueillir la 27e session du Sommet arabe, il a justifié ce refus d'organiser le sommet simplement parce qu'il était inutile, et a estimé qu'il n'apportait rien de nouveau à son ordre du jour et n'avait pas à prendre de vraies décisions, mais au lieu de simplement endosser systématiquement des recommandations répétitives, après avoir écouté les discours traditionnels des dirigeants qui donnent une fausse impression d'unité et de solidarité entre les pays du monde arabe, selon un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères publié à l'époque, dans lequel il a également affirmé que le Maroc "attend avec impatience la tenue d'un sommet pour le réveil arabe et pour le renouvellement de l'action et de la solidarité arabes communes, comme seul moyen de redonner espoir aux peuples arabes".
 
La décision du Maroc a été effective et le sommet s'est tourné vers Nouakchott, et la réduction de la représentation du Maroc s'est poursuivie. En effet, la visite personnelle du monarque jordanien à Rabat, qui s'inscrivait dans la volonté de la Jordanie d'assister au plus grand nombre de rois et de chefs d'État, n'a pas changer cette décision, alors que tout le monde attendait le décollage de l'avion royal en direction d'Amman. Une fois de plus, la décision de prolonger la réduction de représentation est intervenue, ce qui est en fait conforme aux raisons et justifications présentées par le Maroc Lorsqu'il s'est excusé de ne pas avoir organisé la 27e session, les résultats du sommet d'Amman confirment tout ce qui est venu à l'époque dans le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères.
 
La question demeure, l'absence et la présence formelle peuvent-elles aider le sommet arabe, et derrière lui la Ligue arabe, à sortir de l'impasse et de la situation inutile devenue une conviction pour tous ? Ne vaut-il pas des initiatives concrètes et concrètes pour reconsidérer le cadre arabe dans son ensemble ?
 
 



Lundi 12 Septembre 2022

Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | L'ODJ i-Magazine | Stories | Chroniques Vidéo



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




















Revue de presse