Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les « Big Four » : une déclaration de « guerre des axes » au sein de l'Union Africaine ?


Immédiatement après le sommet de Bruxelles qui a réuni l'Union Européenne et l'Union Africaine, l'Afrique du Sud, le Nigeria, l'Algérie et l'Éthiopie ont annoncé la formation d'un bloc quadrilatéral au sein du continent africain, se faisant appeler les "Big Four". L'objectif déclaré de ce bloc est de faire face aux crises du continent, qui paradoxalement, sont les mêmes raisons pour lesquelles l'Union Africaine a été créée et acceptée par l'Organisation de l'unité africaine.



Par Adil Ben Hamza / alalam.ma

Par conséquent, au-delà de ce qu'ont annoncé les quatre capitales, les raisons de cette démarche ne peuvent s’éloigner de l'une des deux possibilités suivantes : la première est que l'Union Africaine et ses organes et institutions sont impuissants et incapables de résoudre les crises du continent, qui sont contenues dans une organisation internationale de la taille de cette union continentale, avec toutes les crises complexes auxquelles l'Afrique est confrontée, cependant, pour faire face à cette situation, il faut logiquement une action collective pour développer l'Union et ses institutions.

Une autre possibilité est que les pays qui composent le nouveau bloc, qui se classent parmi les "big Four" du continent, soient mécontents de la situation au sein de l'Union Africaine, et qu'ils commencent à perdre la faveur dont ils jouissaient au sein de l'Union et ses organes, et que l'égalité de souveraineté entre les pays membres ne sert plus ses intérêts, ce qui nécessite un cadre de coordination extérieur à l'Union elle-même, dont le but ultime est la recherche de reconquête d'une capacité d'influence sur organes de l’Union, en en faisant à nouveau de simples bureaux d’ordre pour ce qui se décide dans les capitales des « Big Four ».

Mais quoi de neuf au sein de l'Union Africaine, qui a sommé les quatre pays de risquer de constituer un bloc hors des institutions de l'Union et n'incluant pas des pays clés comme le Maroc, l'Egypte, le Kenya et le Sénégal ?

Certains des récents incidents et transformations que l'Union Africaine a connus peuvent être des clés pour comprendre les véritables motivations du Groupe des Quatre. La première de ces transformations est le grand retour du Maroc dans l'Union. Un retour qui était l’exigence d'un grand nombre de pays africains qui ont des liens économiques, culturels et politiques profonds avec Rabat.

Ce retour s'est soldé par la victoire du candidat du Royaume du Maroc au poste de premier directeur général de l'Union dans l'histoire de la Commission de l'Union africaine en la personne de Fathallah Al-Sijlmassi, qui fut le secrétaire général de l'Union Méditerranéenne, qui est le plus haut poste non électif de la hiérarchie de l'Union Africaine.
 
Le retour du Maroc dans l'Union a également été marqué par son élection à deux reprises au Conseil de paix et de sécurité, qui était une arrière-cour pour l'Algérie et Johannesburg. La polémique sur l'octroi du statut d'observateur à Israël a constitué un bras de fer qui a montré la présence en son sein de deux tendances : l'une sélective et capricieuse, l'autre ne considérant les décisions de l'Union que comme un écho de ses choix et intérêts, et que ses décisions sont acceptables et justes quand elles correspondent à son humeur, et l'autre est objective, qui considère la formulation des décisions et des positions soumises à des règles claire, et peut ne pas être tout à fait juste en soi, mais lui nuire en fonction d'une humeur politique particulière et des intérêts nationaux étroits, ne contribue pas au développement de la gouvernance au sein des institutions de l'Union. Par conséquent, la modification des règles d'élaboration des décisions n'est pas liée aux questions abordées par ces décisions, mais plutôt à la méthodologie des décisions elles-mêmes.

Cette approche a soulevé une polémique autour de la modification des procédures sur l'adhésion d'Israël et de ne pas s'appuyer sur des positions politiques qui peuvent changer selon les situations et les circonstances.

 Les «Big Four » compte l'Éthiopie parmi eux, ces antécédents et motivations ne peuvent être lus en dehors du grand conflit qui oppose Addis-Abeba au Caire et à Khartoum au sujet du barrage de la Renaissance, car l'absence de l'Égypte de la coalition ne peut s'expliquer que comme une réponse à un veto éthiopien, qui signifie finalement que le bloc des quatre n'a pas pu surmonter les polarités présentes sur le continent en fonction des crises connues et des différends entre ses membres, comme on trouve, par exemple, l'axe Algérie-Johannesburg contre Rabat et l'axe Addis-Abeba contre le Caire et Khartoum.

Par ailleurs, la présidence de l'Union Africaine est aujourd'hui entre les mains du Sénégal, l'un des alliés les plus en vue de Rabat sur le continent… Ainsi, le continent africain enlisé dans les crises, qui se trouve à la croisée des intérêts des grandes puissances qui ont déclenché une nouvelle guerre froide sur fond de guerre contre l'Ukraine, apparaît dans une position plus fragile qu'à tout autre moment, car l'entrée des pays de l'Union dans un nouveau jeu d'axes signifiera, à terme, la transformer en une coquille vide qui ne peut répondre aux crises du continent, mais affaiblit plutôt sa capacité d'indépendance et de résistance face aux grandes puissances, et les victimes restent, en fin de compte, les peuples africains.



Vendredi 11 Mars 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.