Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les contradictions d’Alger


Ce n'est pas la première fois que la question d'un recensement des habitants des camps de Rabouni est évoquée, et ce ne sera certainement pas la dernière, d'ailleurs le Maroc l'a déjà demandé formellement à plusieurs reprises. Le Conseil de sécurité de l'ONU avait précédemment appelé explicitement dans des résolutions antérieures à l'achèvement de ce recensement. Mais le gouvernement algérien, qui fortifie les camps de Rabouni sur des terres sous sa souveraineté, s'y oppose catégoriquement.

‎Abdallah Bekkali / Alalam.ma



Le recensement des résidents des camps donnera une image complète de la réalité du conflit artificiel, et c'est la clé pour résoudre ce problème, car il révélera le nombre réel d'habitants dans ces camps, car la question du nombre est entouré d'un grand désaccord entre ceux qui essaient d'exagérer le nombre, d'exagérer l'ampleur du conflit et d'augmenter la valeur de l'aide, et ceux qui affirment qu'elle a diminué d'un très grand pourcentage, et que les habitants de ces camps sont un petite minorité par rapport aux citoyens marocains qui vivent leur vie normale dans les provinces du sud du Maroc. De plus, le recensement révélera l'identité des personnes qui s'y trouvent, car de nombreuses sources ont parlé « d'inonder » ces camps de personnes de plusieurs nationalités africaines.

Le refus du gouvernement algérien de procéder à ce recensement ne laisse aucun doute sur la véracité et la certitude de ce qui est dit sur le nombre et l'envahissement des camps par des étrangers. Et que le gouvernement algérien voit dans la conduite de ce recensement un véritable dilemme qui va révéler bien des mystères.

Le gros problème est que l'enthousiasme du gouvernement algérien ne faiblit pas pour affirmer la nécessité d'une contribution positive au succès de la mission des Nations unies dans la recherche d'un règlement juste et durable de ce conflit, et qu'il n'y est pas partie prenante, mais parallèlement à tout cela, il refuse de procéder à un recensement de la population des camps situés sur des terres soumises à sa souveraineté, et s'abstient de mettre en œuvre une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Ainsi, il fait autre chose que ce qu'il dit, mais il ne manque pas une occasion de confirmer son implication dans ce conflit factice, et sa volonté de le le faire durer pour toujours.

Par conséquent, nous pensons que le Conseil de sécurité de l'ONU, qui doit débattre ce mois-ci du dossier du conflit au Sahara marocain, est tenu de prendre une décision qui impose un recensement de tous les citoyens concernés par ce conflit, notamment dans les camps de Tindouf en Algérie.



Samedi 9 Avril 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Septembre 2022 - 15:19 10 ans de PJD, Abdelilah Benkirane défend le bilan

Mercredi 28 Septembre 2022 - 15:09 Télévision et innovation

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.