Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les inégalités encore plus graves à la journée mondiale de la justice sociale


Le monde célèbre la Journée mondiale de la justice sociale le 20 février de chaque année, une journée approuvée par les Nations Unies depuis 2007. Entre 2007 et 2022, le monde a connu deux véritables tests du concept de justice sociale et de la mesure dans laquelle le concept était représenté de manière réaliste dans les pratiques du pouvoir à travers la capacité à mesurer l'impact des politiques publiques et la mise en œuvre du concept dans la pratique.



Adil Benhamza
Le premier test s’est révélé dans la crise financière de 2008 et le second dans la pandémie Covid-19 dont les effets se poursuivent encore aujourd'hui. Dans les deux crises, il s’est avéré que le monde manquait de justice sociale, car les disparités se sont approfondies et les opportunités se sont réduites, et le fossé entre les riches et les pauvres s'est creusé. Chez nous, l'État s'est précipité pour aider les institutions économiques et financières. En revanche, la chance des travailleurs et ceux du bas de la pyramide était faible, et c'est à ce niveau que le rôle de l'économie informelle s’est illustré.
 
Ce secteur a joué un rôle prépondérant pendant de nombreuses décennies dans la lutte contre la pauvreté et les soulèvements sociaux. Avec la pandémie Covid-19, et particulièrement avec les procédures de confinement, il se transforme en un danger égal à celui du virus lui-même.
 
Nous comprenons donc que les Nations Unies choisissent l'économie informelle comme sujet principal pour célébrer la Journée mondiale de la justice sociale pour l'année 2022, puisque plus de 60% de la population active dans le monde, soit deux milliards de personnes, vivent dans l'économie informelle, ce qui les place en dehors de tout système de protection sociale. La réalité est qu'ils n'ont aucun privilège par rapport à ceux qui travaillent dans l'économie formelle. Par conséquent, les Nations Unies considèrent que l'intégration des citoyens dans l'économie formelle est une garantie pour eux de ne pas tomber dans la pauvreté et l'inégalité, et que cela améliorerait le travail décent et augmenterait la productivité. Pour y parvenir, l'État doit assumer une grande part de la responsabilité.

La distance entre ce que les Nations Unies ont accumulé en littérature au sujet de la justice sociale et la réalité sur le terrain est grande de sorte qu’elle renforce la certitude que le monde est encore loin d'avoir gagné le pari de la justice sociale, et donc plusieurs aspects apparaissent dans les batailles électorales et les débats politiques, et à d'autres moments, ils apparaissent à travers des recherches et des études Objectif scientifique, à titre d'exemple, nous évoquons l'image de l'injustice sociale dans la société française telle que dépeinte dans un rassemblement électoral de l'éminent leader de gauche Jean-Luc Melenchon, candidat aux élections présidentielles françaises et l'un des rares visages politiques de la scène française qui tente encore de donner un contenu différent à la politique dans la scène actuelle.
 
Melenchon a évoqué l'ampleur des écarts de revenu, rappelant que les milliardaires français dans les 19 derniers mois , couvrant la période de la pandémie de Corona, ont gagné 236 milliards d'euros, soit 12 milliards par mois, 414 millions d'euros par jour, 17 millions d'euros par heure, 287 000 euros par minute et 4790 euros par seconde, alors qu'il existe 17 professions fixées par le ministère français du travail pour les employés de maison dont le salaire moyen n'excède pas 682 euros par mois pour les réparateurs et 766 euros un mois pour les caissiers et 859 euros par mois pour les jardiniers et ouvriers du secteur agricole, puis entre 787 euros par mois et 1 023 euros par mois pour les agents de sécurité.Les ouvriers qualifiés pour les travaux publics ne dépassent pas 1 400 euros par mois. Ces grandes différences dans l'un des modèles des pays capitalistes occidentaux ne représentent pas un cas particulier, mais plutôt la réalité connue de l'économie.

L'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan affirmait en 2004 que le monde n'avait pas connu d'équivalent pour l'ampleur de la pauvreté qui s'étend dans le monde depuis les quarante ans de l'ère de la mondialisation, et que la même période n'a enregistré aucun pays sortant du cycle de la pauvreté depuis les années soixante-dix du siècle dernier. Au contraire, il y a des pays qui ont glissé dans la pauvreté ou y sont proches, comme en témoigne l'expérience de l'Argentine, qui est revenue de justesse de l’abîme après son assujettissement complet aux institutions financières internationales.
 
Sur la c^te ouest de l'Atlantique, rien ne change par rapport à la scène dépeinte par Mélenchon en France, mais peut-être les manifestations de la brutalité du capitalisme apparaissent-elles davantage, comme l’explique l'économiste algéro-canadien Omar Aktouf, analysant le concept de mondialisation. Il présente des chiffres choquants qui mettent en évidence l'ampleur des différences flagrantes entre les revenus financiers des symboles de la mondialisation, par rapport non seulement au reste des acteurs économiques, où, par exemple, un travailleurs canadiens six perçoit un salaire équivalent au seuil de pauvreté.
 
Aux États-Unis, on trouve un travailleur sur quatre ou cinq qui perçoit un salaire équivalent au seuil de pauvreté, c'est-à-dire entre 40 et 60 millions d'Américains, mais avec le revenu moyen pendant des années dans un certain nombre de pays à travers le monde, y compris les États-Unis, où l'on constate que le salaire horaire moyen des gestionnaires, des présidents de conseils d'administration et des cadres supérieurs dans les grandes entreprises canadiennes oscille entre 6 000 dollars et 73 000 dollars de l'heure. Trois personnes, à savoir: Jack Welch, l'ancien PDG de General Electric, et Grassau, ancien président de la Commission anti-corruption à New York, puis le président et directeur général de Carrefour français, recevront une prime de fin de service qui équivaut à 20 000 ans de revenu moyen américain, 200 000 ans de revenu moyen algérien, 600 000 ans de revenu moyen pour le Benin et 1,2 million d'années de revenu moyen au Bangladesh.
 
A l'heure où 3 milliards de personnes vivent avec moins d'un dollar par jour, alors que chaque vache européenne et américaine reçoitt 3 dollars par jour de subvention pour enrichir les grands propriétaires qui sont déjà très riches. C'est le vrai visage des inégalités dans une économie mondiale embourbée dans la spéculation et loin de l'économie réelle, qui ne représente rien d'autre qu'un grand holocauste dont le principal carburant est les classes pauvres, y compris la classe moyenne, qui ont été érodées par les crises financières et la cupidité du capital.

Faut-il rappeler que Jean-Jacques Rousseau disait : « La justice sociale est la condition de la liberté » ?



Mardi 22 Février 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.