Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les questions de l’errance à la croisée des chemins


Le monde s'obstine dans sa quête pour revenir à une vie normale, et les premiers signes d'entêtement dans le sens d'une reprise progressive des aspects de la vie deviennent clairs dans de nombreux aspects des activités humaines, et certains des concepts qui ont enchaîné la vie humaine ont commencé à se retirer, comme la distanciation sociale et le reste des mesures de précaution qui limitaient la liberté des individus et des groupes de se déplacer et de se rassembler.



Ceci arrive grâce à un grand nombre d’efforts fournis par les milieux scientifiques et économique durant plus d’un an et demi, et particulièrement ce qui concerne la généralisation de la vaccination, surtout dans les pays développés.

Cela ne veut en rien dire que les nombreuses questions brulantes posées par la maudite pandémie, à tous les niveaux, ont pris le contrôle de la formulation de réponses convaincantes. Au contraire, le temps a augmenté la sévérité de ces questions, qui ont atteint le niveau des doutes sur ce qui s'est passé. De nombreuses voix se sont élevées, confirmant l'exposition du monde à une conspiration majeure qui a atteint certains objectifs.

Ceux qui partagent cette opinion croient que c'est toujours avec des soubassements économiques, car des sociétés commerciales géantes ont réalisé d'énormes bénéfices financiers et démographiques sans précédent en disant que l'objectif, le vrai, était et est toujours dans la volonté de se débarrasser de larges catégories de la population mondiale, en particulier les personnes âgées, les malades chroniques, et ceux qui sont embourbés dans la fragilité sanitaire et sociale, face à la montée de la valeur et du coût de la protection sociale pour ces personnes qui sont devenus énormes, étant donné qu'il soit lié à des groupes improductifs représentant un fardeau insurmontable pour les systèmes de production et le système économique mondial.

Ceux qui soutiennent ce point de vue vont à l'extrême dans ce contexte lorsqu'ils rappellent les nombreuses tentatives qui ont été faites dans le passé pour imposer un état d'urgence sanitaire dans le monde, et ils invoquent à cet égard les crises fabriquées qui ont pris de nombreux titres, comme la grippe aviaire et porcine, Ebola, la vache folle et autres, ce qui permet de dire qu'à leur avis, il s'agissait de (répétitions expérimentales) qui a fini par créer une grave crise sanitaire mondiale représentée par la pandémie du Covid-19.

Aujourd'hui, ils se demandent ce qui se disait à l'époque sur les dangers réels menaçant toute l'humanité du fait des maladies qui étaient alors répandues, et ce n'est pas un hasard si la plupart d'entre eux appartiennent à la même espèce de l'actuel Covid (SRAS ).
 
Désormais, il est clair que de nombreuses mesures d'isolement, de fermeture et d'imposition de l'état d'urgence n'étaient ni nécessaires ni incontournables. Il aurait été possible de faire face à la crise sanitaire avec une méthodologie sage et calme qui protège les droits, les intérêts et la vie des humains, comme c’est le cas actuellement. Vivre avec la propagation du virus est devenu normal dans un contexte où la vie humaine est exposée aux différentes formes de troubles et de crises, ainsi que les différents aspects de l’état d’urgence.
 
En revanche, les questions liées à la sécurité de la vie humaine se compliquent de plus en plus, car l'épidémie continue de se propager, faisant des milliers de morts à chaque instant. Les services de soins intensifs sont toujours bondés de cas graves entre la vie et la mort. Il n’est d’ailleurs pas facile de convaincre les millions d’êtres humains ayant miraculeusement échappé à ce virus mortel, les millions d’autres qui ont perdu un proche ( Certaines familles ont même vu disparaître plusieurs de leurs membres) qu'il ne s'agit que d'un complot orchestré par « grands » pour servir certains intérêts économiques et financiers, et que l'épidémie n'existe pas en premier lieu, et qu'elle n'est qu'une maladie parmi d’autres  produite par les énormes développements qui se produisent dans la pratique des activités humaines. Il est difficile pour les victimes, qui ont payé le prix fort, de croire à un tel discours, qu'elles considèrent confiné dans la superficialité et le populisme.
 
C'est un fait qu'il soit difficile de résoudre ce différend profond et confus dans les circonstances actuelles, et avec les données et les faits disponibles, et tout ce que l'on peut affirmer  consiste à parier sur le facteur temps qui seul peut lever le voile sur la réalité. Ce qui est certain jusqu'à présent, c'est également que la pandémie a fait des millions de morts et a engendré un coût financier et économique énorme, en même temps qu'elle a permis des gains faramineux à certains cercles économiques.
 
Elle a également provoqué, jusqu'à aujourd'hui, le début d'un changement dans les caractéristiques de l'ordre mondial qui prévalait pour des considérations politiques, géostratégiques et économiques, et donc la pandémie a commencé à éliminer les raisons qui ont permis à l'ordre mondial actuel de dominer.

 Ce virus qu'on ne peut pas voir à l'œil nu a révélé d’énormes faiblesses dans l'ordre mondial actuel et dans les détails des relations internationales qui étaient, et sont toujours, basées sur des intérêts, et non pas sur des valeurs et des idéaux.

 Il est clair aujourd'hui que les pays dominants, qui  contrôlent désormais la vie humaine sur Terre, sont en manque de l'esprit et des caractéristiques d'un leadership efficace du monde, parce qu'ils ont échoué, jusqu'à présent au moins, ce qui est évident pour tous les peuples du monde, en affrontant un petit virus malgré les grandes capacités et moyens qu'ils possèdent, et que le vrai leadership ne se limite pas à posséder le pouvoir réel de contrôler la structure des relations internationales pour leur permettre de réaliser leurs intérêts économiques, mais plutôt exiger et imposer la protection du monde contre les crises sociales d'urgence, surtout lorsque ces crises passent aux niveaux de pandémies, et non, comme cela s'est produit, dans de nombreux grands pays qui se sont retrouvés obligés de choisir qui meurt en premier parmi ses citoyens qui ont contracté le virus.

Le virus a révélé que le leadership qui se base sur la possession d’armes de destruction massive, de centrales nucléaires, de places financières et d’entreprises géantes, n’est pas réaliste tant que la notion de leadership humain et collectif reste absente.
 
C'est une étape délicate de l'histoire de toute l'humanité, et nous n'avons pas les outils pour l'analyser très précisément, ni les moyens de révéler tous les faits qui lui sont associés en raison des conditions et des circonstances dissimulation des faits tels qu'ils se sont produits, donc notre vision de la scène est limitée à un angle étroit, celui qui permet à peine de suivre une petite partie de l'image et très peu de ce qui se passe réellement sur la scène mondiale.


Abdellah Bekkali
 



Lundi 11 Octobre 2021

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.