Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les relations Maroc / Golfe à la lumière de la crise yéménite


Lors de la conférence de presse qui a suivi le sommet du Néguev, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a clairement exprimé la détermination du Maroc à affronter les mandataires de l'Iran dans la région. Ces dernières années, Rabat a révélé le lien de Téhéran et du "Hezbollah" avec l'Algérie et le Front séparatiste du Polisario, et qui vise l'intégrité territoriale du Maroc.

Adil Ben Hamza /alalam.ma



La rupture des relations diplomatiques entre Rabat et Téhéran, après quelques années d'une précédente rupture qui s'était faite sur fond d'ingérence iranienne dans les affaires intérieures de Bahreïn, dans un comportement diplomatique marocain qui montre la profondeur de ses relations avec les pays du Golfe, qui ont toujours été les relations bilatérales et collectives les plus fortes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Les relations du Maroc avec le Mashreq arabe n'étaient pas seulement de nature politique, mais ont toujours constitué un prolongement naturel des relations de sang, en particulier le lien spirituel avec les terres sacrés. La nature des régimes a toujours été un point important d’intersection dans les relations bilatérales et multilatérales, malgré les différentes voies politiques et démocratiques de chacun des pays. Les informations à propos du Golfe ont toujours été parmi les articles les plus importants suivis par les divers médias.

Dans la mesure où les visions et les positions des régimes politiques de la région coïncident avec les positions de l'État marocain sur un certain nombre de questions internationales, régionales et sub-régionales, au niveau populaire que ce soit ici au Maroc ou dans les pays du Golfe, il y a eu quelques divergence selon la nature des enjeux, mais en général, il y avait un sentiment général au Maroc proche de l'unanimité que les zones d'intersection entre le Maroc et les pays du Golfe sont très larges.

Ce sentiment s'étend même à la sécurité nationale, car la sécurité stratégique du Maroc commence dans les pays du Golfe et le Machrek arabe. C’est pour cela que le Royauùe a participé aux guerres les plus importantes dont la région a été témoin, à commencer par la participation à la guerre de 1973 sur le front du Golan syrien, en passant par le soutien politique à l'Irak dans sa guerre avec l'Iran, jusqu'à la participation à la libération du Koweït de l'occupation du régime de Saddam Hussein, et la guerre contre DAECH, et jusqu'au soutien à la légitimité du président Hadi au Yémen contre les Houthis et ce qui reste du régime de Saleh dans l'opération baptisée « Assifat Al Hazm ».

Dans toutes ces participations, les avis divergent au Maroc, mais la majorité absolue, des différents courants politiques, exprime constamment son plein soutien aux décisions royales qui sont prises au niveau de l'État. Même s'il y a une différence dans l'appréciation d'une position , son expression est limitée par la tradition et les coutumes toujours respectées, des forces politiques influentes sur la scène nationale.

La dernière participation militaire marocaine s'est faite à travers l'opération « Assifat Al Hazm » pour le Yémen dans sa première phase, bien qu'elle reste symbolique, puisque le nombre d'avions marocains n'a pas dépassé six chasseurs F-16, mais cela reste une participation à dimension stratégique, confirmant l'attachement permanent du Maroc aux multiples accords qui le lient avec les pays du Golfe, et réaffirme la continuité de la doctrine de sécurité stratégique pour le Maroc, qui jaillit inévitablement de l'Est, et la convergence des opinions quant aux menaces réelles posées par l'Iran et ses mandataires.

La participation marocaine à « Assifat Al Hazm », avant que le Maroc ne limite sa présence militaire en raison d’un contexte différent de celui du début de l'opération, est l'une des rares manifestations de cette présence en dehors de son territoire national, il y avait donc une différence dans les milieux marocains pour comprendre et expliquer l'importance du processus politique, militaire et humanitaire en cours au Yémen.

Certains considéraient que la décision d'entrer en guerre contre les Houthis et le président Ali Abdallah Saleh était à l'origine une décision pour remédier aux erreurs de gestion des transformations qu'a connues le Yémen depuis 2010, tandis que d'autres estiment que les pays du Golfe sont restés neutres avec ce qui se passe à l'intérieur du Yémen, et que le Royaume d'Arabie saoudite, par exemple, lorsqu'il a soutenu Saleh, était un engagement de sa part à soutenir la légitimité et une solution politique, et c'était avec le reste des pays du Golfe. Il a fait de même avec le président Mansour Hadi, donc cela reste cohérent avec son premier parti pris. C'est en fait l'ancien président et le groupe Houthi qui sont passés de l'inimitié à l'alliance d’intérêt, même au prix de la destruction complète d'un pays qui, sans guerre, est déjà au bas des rangs des pays à divers niveaux en tant qu'État fasciste pour lui.

Les Marocains considèrent aussi, et dans une sorte de critique constructive, que les pays du Golfe portent au moins une part de responsabilité morale, de la situation générale à laquelle le Yémen est parvenu, à commencer par l'exclusion du Yémen du système de l'alliance des États du Golfe, où ni l'histoire ni la géographie ne permettent d'isoler le Yémen et de le laisser vivre ses crises internes dont chacun savait qu'elles ne resteraient pas internes, notamment avec la présence d'un acteur régional de la taille de l'Iran cherchant à prendre pied dans le Golfe.

Le coût, et les défis sociaux et sécuritaires se développaient jour après jour devant le silence des pays du Golfe, il était donc naturel qu'ils tombent. Les décombres sont à proximité, car il était impossible de contourner un pays de la taille du Yémen.

Lorsque le Marché commun européen s'est élargi à la Grèce, à l'Espagne et au Portugal, pays qui venaient de sortir du giron de régimes militaires totalitaires et connaissaient des conditions économiques très difficiles, les pays européens ont mis en place un système de soutien à ces pays , afin de les élever aux niveaux de croissance et d'urbanisation que connaissaient le reste des pays du marché commun. L'Europe continue à ce jour cette politique d'intégration, et a même inclus d'autres pays, simplement parce qu'elle est considérée comme l'un des éléments de son champ vital et le premier mur de défense. Cela n'a pas été fait avec le Yémen, et le résultat est celui auquel nous assistons aujourd'hui comme menaces à la sécurité du Golfe, et à travers lui à la sécurité nationale arabe.

La table de négociation de Riyad entre les parties yéménites constitue-t-elle un changement dans la vision stratégique de la région dans son ensemble, notamment à la lumière des transformations géostratégiques que le monde connaît et connaîtra après la guerre russe contre l'Ukraine et le regain d'importance des sources d'énergie fossiles, ou n'est-ce qu'une expression temporaire imposée par les défis militaires sur le terrain ?

Les dirigeants du Golfe sont-ils conscients qu'une solution politique au Yémen ne peut aboutir sans admettre qu'il n'est pas possible d'isoler à nouveau le Yémen en marge de l'alliance des États du Golfe ?

 



Dimanche 10 Avril 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.