Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Liberté de presse, précarité des entreprises et absence d’assurance aux journalistes


La liberté de la presse est un sujet immense, et en parler est passionnant. La plupart d'entre nous, parlant de liberté de la presse, allons à deux dimensions.


Abdelaziz Gougas

Source : Al Alam hébdomadaire (print)



L’une liée à la loi réglementant la presse car c'est le domaine qui réglemente la profession et à travers elle, nous surveillons le niveau qu'un pays a atteint en accordant la liberté à la presse et l'atmosphère générale dans laquelle s'effectue la circulation des informations, puis nous passons directement au test de la dimension associée à la nature de la relation entre la presse et le pouvoir... Là nous avons des critères vers lesquels nous nous tournons pour parler de l'état de la liberté de la presse au Maroc, qui est fixé par des institutions internationales intéressées par le domaine en mettant le Royaume à des rangs bas par rapport aux pays voisins, la Tunisie par exemple, mais sans s'y limiter, la nature de l'ouverture ou des clauses strictes dans les textes juridiques quiportent désormais le nom de « code de l'édition ».

Il est vrai que beaucoup d'éléments orientés « Pénales » ont été omis de la loi de la presse, mais toujours est-il que des journalistes sont jugés dans l'exercice de leur profession avec des chapitres amenés du droit pénal.. c'est-à-dire que nous n'avons pas autant apprécié la liberté de la presse tant que l'épée de Damoclès du Pénal a résisté..
 
Un autre problème est que l'expansion du domaine de l'édition au numérique a connu l’entrée des « non-journalistes » sous la coupe de la loi de l’édition pour avoir publier du contenu ou exprimer une opinion sur les réseaux sociaux. Ce qui a influencé les médias et leur impact sur les genres journalistiques et le comment des autres formes de travail..

Toute démocratie sans liberté de la presse restera handicapée..donc si nous ne nions pas ce qui a été réalisé, alors nous sommes considérés en dessous de ce qui est requis, et nous avons de grandes attentes sur ce point.

Mais dans la liberté de la presse, on oublie d'autres éléments ou dimensions structurante pour la presse et sa liberté, incluant principalement le développement de la situation du journaliste dans la société et dansle métier qu'il exerce, et son droit à l'accès à l'information, car il n'y a pas de liberté sans information et sans accessibilité.

Il y a en outre, le niveau de protection dont bénéficie un journaliste dans l'exercice de sa profession, puis la situation de vulnérabilité économique des sociétés de presse qui rendent difficile le simple fait de parler de la liberté de la presse... et c'est ce sur quoi je vais me concentrer ici, parce que le reste des éléments susmentionnés ont été suffisamment sujets à la recherche l'étude..et il existe des organisations par lesquelles des rapports juridiques et professionnels annuels sont publiés.

Si la presse doit diffuser les nouvelles et fournir les gens en informations, il n'y a pas de liberté pour la presse en l'absence d'information. Ce qui n'est pas un privilège journalistique, car tous les citoyens ont le droit à l'accès à l'information, la prérogative du journaliste est que la matière première sur laquelle il travaille dans son métier est l'information, et ici, je veux soulever une ambiguité dans laquelle souvent même les journalistes tombent : quand on dit que le métier de journaliste est de diffuser l'information.. Non pas du tout. En fait, le travail d'un journaliste est de fournir des « nouvelles ».
 
Les informations, le journaliste les reçoit des créateurs d'événements de divers acteurs dans divers domaines politiques, économiques, culturels et sportifs et artistique... mais il ne les publie pas tel qu'il les a reçu, car il n'est pas une boîte aux lettres. Comme l'information n'est qu'une matière première, le journaliste doit y mettre son métier journalistique, c'est-à-dire les cours théoriques qu'il a reçus et ce dont il a bénéficié dans son expérience personnelle et ses expériences accumulées par le journalisme à l'échelle mondiale, comme (la réponse aux six questions, la confidentialité éditoriale de la presse, l'objectivité,l’équilibre, la pyramide inversée, les composantes des sources journalistiques et leur diversification et autre recoupement, détermination de l'angle d’attaque…).
 
Je compare toujours la différence subtile entre l'information et l'actualité, avec la vache qui broute dans les champs et pâturages toutes sortes plantes, mais après un long processus de digestion, elles produisent du lait pour nous, Le reste est jeté dans les déchets, donc le « lait » ici est l'actualité que le journaliste publie, mais l'information est ce qu'il trouve ou qui lui est donné par divers agents, elle est comme les plantes qui ne cessent de les nourrir..
 
Je me souviens d'un sage dicton qui m'a fait perdre la tête à propos de son propriétaire, que le journaliste se réveille tous les jours ignorant, mais il dort sage, car il connaît beaucoup d'informations grâce à ses sources diverses.
 
Je voulais dire par là que le moteur de la presse doit fonctionner avec du carburant qui est l'information. Il est vrai aujourd'hui que les marocains partagent l'information de manière plus élargie par rapport au passé, mais le volume d'informations existantes aujourd'hui n'a plus rien à voir avec ce qui circulait jusqu'à la fin des années 80, contrairement à l'évolution quantitative du volume d'informations produites, il reste la part d’information fournie aux Marocains à travers la presse est très réduit.
 
De là vient la plainte concernant la similitude des titres et des sujets de journaux. Il semble même que les journaux augmentent et l'information diminue, où est la liberté si l'information n'est pas disponible ou est confinés des lois du secret professionnelles au traitement tronqué pour les informations du domaine public.
 
Sans parler des irrégularités dans le texte légal réglementant ce droit, il n'y a pas de liberté de publication. Si le journaliste a la liberté de choisir parmi une abondance d'informations ce qu'il présente, c’est pour que ses lecteurs qualitatifs le distinguent des autres. C'est ce que j'appelle vaguement le métier de journaliste au Maroc, quel est donc son rôle ?
 
Le deuxième aspect qui fragilise la situation de la liberté de la presse. Le rôle du journaliste n’est pas défini dans la société marocaine clairement, même dans le texte organisateur du "journaliste professionnel", parce qu'il en appelle à l'abandon de tout l'aspect économique ou financier pour déterminer qui est journaliste étant donné que sa source de subsistance est la presse. C'est une définition floue du métier dans la société qui est rassurée par cette ambiguïté, parce qu'elle soulage nombre de migraines.
 
Cela le touchera dans les dispositions générales pour déterminer le travail de la presse, les Marocains croient qu’un journaliste qui ne va pas en prison n'est pas journaliste, et quand il est condamné à la prison, les jugements commencent : « Il est parti loin." " il l’a cherché."
Et ils laissent le journaliste emprisonné seul face à son sort qui est devenu individuel même si la presse est une affaire collective. Les journalistes eux-mêmes se complaisent dans le flou de leur travail dans la société, car ils le considèrent comme un privilège pour le métier de journaliste et un statut juridique.
 
La liberté est un cadre général dans lequel il y a beaucoup de détails où se cache Satan, si une partie est perturbée, elle affecte la structure de l'ensemble, d’où une forme endommagée du type et la valeur de la liberté de la presse en raison de l'ambiguïté du métier de journaliste dans la société.
Nous voyons dans le dernier rapport de RSF que les Marocains font confiance à la presse indépendante, mais quand cette presse est touchée économiquement ou politiquement, la société vient-elle à son aide pour la sortir de ses difficultés ?
 
Je vais donner un exemple dans « L’événement du jeudi » français, arrivé au bord de la faillite, son éditeur a annoncé la vérité aux lecteurs et contribution des lecteurs suggérés au capital de la société émettrice Ainsi, le concept du "médiateur" a commencé dans la presse, c'est-à-dire que les lecteurs eux-mêmes évaluent la qualité du produit journalistique.
Nous fermons nos grands journaux, et les citoyens ne sont pas apathiques, un journaliste est injustement emprisonné et les marocains s'en fichent.. comme si ous sommes sur une île isolée, ce qui signifie que le métier de journaliste n'a pas d’assurance, je me souviens de ce qu'Alyoussoufi a dit de la politique au moment de la transition consensuelle, sur les mêmes erreurs, disons-nous, il n'y a pas d'assurance presse au Maroc.
 
Alors la grande calamité, c'est la situation de fragilité dont souffrent les entreprises de presse, vous avez vu des déclarations du Président du conseil Nationale de la Presse Marocaine, Abdallah
Al-Bekkali, qui a révélé les nouvelles les plus choquantes sur les sociétés de presse. Au Maroc, il existe environ 260 journaux électroniques composés de 3 personnes, sur tous les journaux électroniques au Maroc, soit 367 journaux, dont 168 constitués d'une seule personne
549 sites Web formés par deux personnes et 38 entreprises par moins de 3 personnes, c'est des chiffres énormes qui confirment la fragilité des firmes de presse, que dire de votre réticence à lire ?
 
C'est dû à la pandémie, et nous avons suivi ce qui a été déclaré par le ministre du budget Lakajaâ
qui a fait des histoires même si c'est ce que nous disons, où il a souligné que le soutien n'a pas conduit à la production d'une entreprise journalistique forte.
La subvention est assimilée à du Sérum » qui ne guérit pas la lésion, mais plutôt soulage la douleur de façon temporaire... nous sommes donc devant les riches et les pauvres de « soutien »parmi les journalistes.
 
Cela a un impact sérieux sur le statut juridique du journaliste. J’ai suivi des groupes de jeunes journalistes sur WhatsApp en raison du retard de l'État dans le paiement des salaires des journalistes ce mois-ci qui a coïncidé avec la fin de l'Aïd et a été envoyé mercredi et jeudi, d'après les banques, j'avais honte et me sentais pauvre beaucoup de journalistes souffrent, je ne parle pas des riches
de la presse, les journalistes demandent : "est-ce que le salaire est passé ?" l'un d'eux promet : "Le salaire passera aujourd'hui pour ceux qui ont un compte à la Banque Populaire », et un autre a commenté sarcastiquement une fois : « Le passage des gens honorables ». Une métaphore de sa médiocrité...
 
Que signifie la liberté de la presse si le journaliste est esclave de la nourriture ? La lutte quotidienne avec la vie, le logement, le transport et l'exposition sans oublier la retraite et les futures assurances ? Il n'y a pas de liberté pour les affamés mais si l'on considère le droit à la misère et à la vulnérabilité comme un droit humain.
 
Il est clair dans le champ intellectuel général, que la liberté fait partie des principes fondamentaux pour l'être humain, qui ne peut satisfaire ses besoins de base de l'existence, la liberté, la justice et la démocratie lui paraîtront abstraction et luxe bourgeois est superflu, voire des facteurs qui entravent la liberté. De plus, l’étendu de l’analphabétisme car les marocains ne lisent pas, et donc les journalistes n’ont pas d’impact sur le champ social ou politique. En comparaison avec la situation d’il y a tout juste une décénnie, des transformations dangereuse touchent le statut du journaliste dans la société.

 



Lundi 23 Mai 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.