Menu

Lutte contre les changements climatiques : le Maroc vraiment champion !?


Non le Maroc n'est pas encore un champion en matière de lutte contre les changements climatiques !
Contrairement à ce que voudraient faire nous faire croire certains , le Maroc est encore très loin d'être un champion en la matière. On vous explique comment et surtout pourquoi !



Lutte contre les changements climatiques : le Maroc vraiment champion !?
Tout d'abord , il n'est plus approprié de parler aujourd'hui de lutte contre les changements climatiques car ces derniers sont désormais inéluctables et il est tout juste question à présent et dorénavant de s'adapter de la meilleure façon à leurs effets!
Le plan solaire marocain est certes très ambitieux à travers les méga-projets que tout le monde sait , mais ce plan demeure très insuffisant car nos villes sont très peu pourvues en énergie renouvelable propre et nos campagnes encore plus.
Nos seulement le milieu rural a très peu accès à l'énergie en général mais,  ce déficit créé des disparités sociales du fait de la pauvreté et des fractures qui conduisent fatalement à des déséquilibres   chez les milieux naturels en raison des besoins accrus en bois de chauffage !
Ces zones rurales ont besoin d'urgence de plans solaires pour l'approvisionnement  en énergie propre .les douars, écoles et autres 
Chaque hiver ,  lorsque les zones de montagne enclavées sont isolées   du reste du pays du fait de la neige et du froid glacial , on constate comme chaque année à la même période avec amertume et résignation l'énorme fracture qui nous sépare de ces marocains qui survivent sans énergie.
Et comme d'habitude,  on s'en remettra à Sa Majesté pour que les premiers secours et les aides arrivent à destination !

Un pays qui a l'ambition d'être champion de la lutte contre les changements climatiques ne sacrifie pas ses forêts en les condamnant à la disparition à court terme !

On ne peut s'empêcher de penser que le Maroc ne protège pas vraiment ses forêts puisque avec près de quarante mille hectares qui disparaissent chaque année , ces dernières sont franchement en danger.
Et lorsqu'on sait que les forêts sont essentielles en tant que puits de carbone , on peut affirmer que ce danger ne peut que s'accroître du fait justement des changements climatiques et de la désertification.
Car pendant ce temps,  nos hammams et nos fours engloutissent chaque mois des milliers de tonnes de bois sans oublier le bois de chauffe utilisé en milieu rural.
Concernant les ressources en eau , là non plus le Maroc protège très mal son eau potable et le gaspillage est devenu un vrai problème.
Non seulement le stockage des eaux usées n'est pas systématique pour protéger  l'environnement , et surtout réutiliser ces eaux usées dans l'arrosage des espaces verts , mais dans les villes l'on continue de sacrifier d'énormes quantités d'eau potable  produites très cher  pour arroser le gazon des espaces verts alors que dans certaines régions les populations en manquent terriblement.
Même constat concernant la gestion des déchets  solides puisque malheureusement , en général ils ne sont pas encore traités et transformés en énergie. Ce qui constitue un grand manque à gagner sur les plans écologique et économique.
Sinon , comment être un champion de la lutte contre les effets du changement climatique lorsque dans presque toutes nos villes  en majorité nos bâtiments,  hôtels et établissements touristiques,  hôpitaux et les autres infrastructures ne sont pas desservies en énergie propre et renouvelable!?

Pire, on gaspille sans cesse des quantités énormes d'énergie pour les besoins de chauffage et de climatisation .

 


Une autre  révolution solaire. est encore possible !
 

On ne va pas répéter tout ce qui a déjà été dit à propos du plan solaire marocain , mais pour ne pas faire dans la pensée unique voyons voir de très près ce qui manque à ce plan.
En effet,  parvenir à 42 pour cent de production électrique à partir du solaire est une bien grosse ambition qui va contribuer à sortir de la dépendance énergétique de notre pays tout en faisant l'économie de millions de tonnes de CO2. 
Tout cela est bien beau mais nous sommes encore loin d'une véritable révolution solaire .
Effectivement,  il existe plusieurs applications des énergies renouvelables , tant dans le solaire que dans le Photovoltaique,  à explorer et à investir en milieu rural et surtout dans les régions montagneuses enclavées, ou dans les confins désertiques du sud et de l'est du royaume. 
Imaginons chaque foyer dans nos campagnes muni de plaques solaires , de fours solaire améliorés, chaque douar doté d'un hammam fonctionnant avec des chauffe-eaux solaires....
L'espoir est grand aussi de voir émerger des écoles solaires et des hôpitaux solaires car aujourd'hui , comme sa Majesté a vu   très grand pour notre pays,  il ne s'agit plus ni d'une utopie inaccessible et encore moins d'un rêve lointain..
Une nouvelle révolution solaire est encore possible , à condition de l'inventer dès aujourd'hui !

Sortir du sous-développement durable à travers des transitions énergétiques réussies .


L'énergie solaire deviendra ainsi un vecteur de développement social durable pour le milieu rural. 
Dans nos villes par contre , l'énergie solaire est encore trop peu présente. .
La majorité des citoyens ne trouvent pas encore d'intérêt particulier à se doter de plaques solaires et trop peu osent franchir le pas et s'équiper de chauffe-eaux solaires soit du fait d'une barrière culturelle omniprésente , soit tout simplement à cause du prix encore élevé  et prohibitif des équipements et des taxes qui vont avec..
Ceci pour vous dire que pour accomplir et réussir une  révolution solaire les conditions doivent être réunies et surtout , les citoyens doivent également mettre à contribution leur bonne volonté. 
D'un autre côté pour terminer,  la révolution solaire ne se fera pas sans des solutions durables pour les centaines de milliers de Hammams qui engloutissent chaque mois des centaines de milliers de tonnes de bois massacrant des hectares de forêt et accentuant la déforestation. 
Pour ce sujet , tout comme pour le bois de chauffage ou l'isolation thermique dans le bâtiment il va de soi que les traditions et les moeurs vont très souvent à l'encontre de l'avancée technologique.
Mais ce qui est certain c'est qu'on ne va pas accomplir une avancée spectaculaire avec ce plan solaire tout en laissant la maison brûler de l'autre  côté. .
Ce ne serait ni raisonnable ni rationnel et encore moins cohérent. 
Que dire de plus lorsqu'on a tout dit ou presque! ?
A bon entendeur salut!

Hafid Fassi Fihri






Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 27 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Septembre 2021 - 12:16 2 médailles d’or pour l'UM5 au Salon IWA 2021





Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html






L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site