L'ODJ Média




Maroc : Entre rayonnement international et réalités nationales


Dans le concert des nations, le Maroc s’est illustré par une ascension remarquable, balisant sa trajectoire d’une diplomatie agile et d’une ouverture économique stratégique. De l’Union Africaine au partenariat avec l’Union Européenne, en passant par une présence croissante sur la scène mondiale, le Royaume a su se forger une réputation de pôle de stabilité et de dynamisme économique.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Souad Mekkaoui

Pourtant, à l’ombre de ce tableau reluisant, se dessine une autre réalité, celle vécue au quotidien par une grande partie de la population marocaine, en particulier sa classe moyenne. En effet, l’analyse de la situation  révèle un contraste frappant entre les succès sur la scène internationale et les défis internes auxquels le pays est confronté.

D’une part, le Royaume a connu une croissance économique notable grâce à des réformes structurelles et un investissement dans des secteurs clés, tels que le tourisme, l’agriculture, et les énergies renouvelables, contribuant ainsi à renforcer son image sur la scène mondiale. D’autre part, cette croissance cache des disparités socio-économiques significatives, particulièrement ressenties par la classe moyenne.

Une économie en expansion, des inégalités persistantes

Cette évolution, saluée par de nombreux partenaires internationaux, cache néanmoins des disparités socio-économiques profondes. La classe moyenne marocaine, malgré les avancées économiques, peine à récolter les fruits de cette croissance. De fait, la situation actuelle reflète un paradoxe entre les aspirations politiques exprimées par le gouvernement et la réalité vécue par une grande partie de la population.

Pourtant Sa Majesté le Roi, dans ses discours, met régulièrement l’accent sur l’importance de cette classe, soulignant l’urgence de répondre à ses besoins et de la placer au cœur des politiques de développement du pays. Cette déclaration d’intention est cruciale car cette classe est considérée comme le moteur de l’économie et un indicateur de la stabilité sociale et économique d’une nation.

Cependant, dans la pratique, la classe moyenne marocaine fait face à des défis de taille. La hausse des coûts de la vie est un problème majeur, impactant le pouvoir d’achat et la qualité de vie. De plus, le chômage, en particulier chez les jeunes, reste un défi persistant, malgré les efforts déployés pour stimuler l’emploi. Ces problèmes sont exacerbés par un système de santé et d’éducation qui subit des pressions croissantes, illustrées notamment par des infrastructures insuffisantes et un manque de ressources.

Cette situation met en évidence le fossé entre les politiques annoncées au niveau national et leur mise en œuvre effective sur le terrain. Il devient ainsi impératif pour le gouvernement de prendre des mesures concrètes pour trouver des solutions à ces problématiques.

Cela peut impliquer des réformes en profondeur dans les secteurs clés comme l’éducation et la santé, une meilleure régulation de l’économie pour contrôler l’inflation, et la création d’opportunités d’emploi, en particulier pour les jeunes. D’autant plus que la réussite de ces initiatives est cruciale non seulement pour la prospérité de la classe moyenne, mais aussi pour la stabilité et le développement durable du Maroc dans son ensemble.

Par ailleurs, la gouvernance doit s’orienter vers des réformes sociales inclusives et une participation plus active des citoyens. Dans cet esprit, Sa Majesté le Roi a toujours souligné l’importance de mettre le citoyen au centre des priorités et de garantir une vie digne à tous les Marocains.

Un rayonnement diplomatique et des frustrations internes

Faut-il dire que la situation illustre une dichotomie entre les ambitions internationales et les réalités internes, en particulier en ce qui concerne la gouvernance et les services publics ? D’une part, une série de grands projets est lancée, notamment l’organisation de plusieurs événements internationaux majeurs d’ici 2030. Parmi ceux-ci, la co-organisation avec l’Espagne et le Portugal de l’un des plus grands événements mondiaux de football.

Cette entreprise mondiale nécessite d’importants investissements, en particulier dans les ressources humaines, exigeant ainsi un investissement matériel, financier et logistique conséquent dans des secteurs clés, tels que l’éducation et la santé. Ces préparatifs mettent en lumière la capacité du Maroc à jouer un rôle significatif sur la scène internationale.

Parallèlement, l’organisation de tels événements ne requiert pas seulement une mobilisation des ressources matérielles, mais aussi, et surtout, des ressources humaines. La Coupe du Monde n’est pas seulement une question de routes, d’hôtels, de stades, d’espaces et de lieux de rencontre. Il est également indispensable de disposer des ressources humaines nécessaires à la construction, à la fourniture et à l’entretien de toutes ces infrastructures matérielles et logistiques. Une fois ces événements passés, la véritable valeur réside dans le développement humain accompli.

Ceci nécessite de placer l’éducation nationale en tête de nos priorités. Cependant, alors que nous élevons nos ambitions nationales pour répondre à ces grands enjeux internationaux, l’école publique traverse actuellement l’une de ses pires périodes, marquée par des grèves incessantes, particulièrement intenses ces dernières années et atteignant un sommet cette année scolaire.

En outre, beaucoup de Marocains semblent se sentir négligés par les politiques gouvernementales, au point de se désintéresser de la politique et de la chose publique, et de s’adresser directement à Sa Majesté le Roi, perçu comme plus à même de comprendre et d’agir sur leurs problèmes quotidiens.

Ce contexte met en évidence la nécessité pour le gouvernement marocain de réconcilier ses ambitions internationales avec les besoins et les attentes de sa population. Il est essentiel donc de renforcer la gouvernance et d’améliorer les services publics pour répondre aux aspirations de la population.

Cette démarche est cruciale pour maintenir la stabilité sociale et économique du pays et pour assurer que les bénéfices de son rayonnement international se reflètent également dans la vie quotidienne de ses citoyens.

 

La quête d’un équilibre durable

L’analyse de la situation actuelle au Maroc met en lumière la nécessité d’un investissement stratégique dans les ressources humaines, en particulier dans le domaine de l’éducation. De facto, les enseignants jouent un rôle central dans la formation des générations futures, et leur bien-être professionnel est étroitement lié à la qualité de l’éducation.

Améliorer leurs conditions de travail, garantir leur sécurité professionnelle et respecter leurs droits syndicaux est essentiel pour élever le niveau de l’éducation au Maroc, ce qui, à son tour, est fondamental pour le développement du pays.

Ceci dit, le Maroc a réussi à établir sa présence sur la scène internationale grâce à des succès diplomatiques et économiques. Cependant, il est temps de compléter ces réussites par des réformes sociales inclusives. La gouvernance doit devenir plus participative et transparente, pour répondre aux attentes de la population.

Le Souverain a, d’ailleurs, souligné à plusieurs reprises l’importance de placer les citoyens, en particulier la classe moyenne, au centre des préoccupations nationales. Cette approche est essentielle pour garantir une vie digne à tous les Marocains. C’est pourquoi le pays doit trouver l’équilibre entre ses succès à l’étranger et les besoins internes de sa population. L’intégration harmonieuse de ces deux dimensions est indispensable pour assurer la prospérité et la stabilité à long terme.

En conclusion, l’avenir du Maroc repose sur sa capacité à relever ces défis de manière équilibrée et inclusive. L’investissement dans l’éducation et l’amélioration des conditions de travail des enseignants sont des priorités.

De plus, une gouvernance plus participative et transparente est nécessaire pour répondre aux attentes de la population. In fine, le Maroc a tout le potentiel pour atteindre ses objectifs tout en maintenant son rayonnement international, à condition de placer les intérêts de ses citoyens au cœur de ses préoccupations nationales.

Rédigé par Souad Mekkaoui sur Maroc Diplomatique 



Mardi 28 Novembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2024 - 14:44 France/Maroc, un atterrissage par vents contraires

Mardi 27 Février 2024 - 09:13 Intelligence artificielle et justice

Chroniqueurs invités | Experts invités | Coup de cœur




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Publicité




















Revue de presse










Menu collant à droite de la page