L'ODJ Média




Maroc : Un statut d’«État-pivot»


Dans la reconfiguration continue qui s’opère dans le système international, le Maroc est arrivé durant un quart de siècle à se hisser à un rang particulier dans la région et le continent. Un statut d’«État-pivot».



A lire ou à écouter en podcast :


Par Mustapha Sehimi

ette notion d’État pivot appelle tout d’abord des précisions. Elle fait référence à des grands classiques de la géopolitique, tels Halford John Mackinder (1861-1947) dans ses ouvrages -surtout le dernier, «The Round World and the Winning of the Peace» (1943)- ou encore Nicolas Spykman (1893- 1943), son disciple, qui a complété la théorie du Heartland de son maître: la Terre est composée d’un coeur (Heartland) et d’un anneau de terre qui l’entoure, qu’il appelle Rimland.

S’il conserve les mêmes catégories spatiales que lui, il assure que le pays qui possède le Rimland peut contrôler le Heartland, et donc le monde… De ce point de vue, la zone-pivot est le Rimland, soit la région intermédiaire entre le Heartland et les mers riveraines, et c’est là que se jouerait le vrai rapport de forces entre la puissance continentale et la puissance maritime.

Le pivot réunit, en rendant dépendant ce qui ne l′était pas, et articule aussi en ce qu’il provoque un mouvement contrôlé. Et la contigüité des ensembles géopolitiques, aujourd’hui les États-Unis, la Russie et la Chine, impose «mécaniquement» une zone intermédiaire, des confins, des États tampon baptisés États-pivots. Il faut parler d’États tampons, parce qu’ils sont rarement uniques: c’est en effet un chapelet dont la granularité garantit la fonction d’intermédiaire contrôlable.

Qu’en est-il dans la région et dans le continent? L’approche américaine se concentre sur des États-pivots pour faire face à des risques d’influence et d’incohérence vis-à-vis du monde en développement. Elle priorise la stabilité, jugée comme étant primordiale pour la sécurité mondiale. Cette option stratégique découle directement de l’après-guerre du Golfe contre l’Irak, et prend en compte la nécessité de la sauvegarde des intérêts américains dans le monde.

Dans l’espace maghrébin et méditerranéen, Washington a conceptualisé en particulier l’intérêt géopolitique pour un pays comme l’Algérie. De larges secteurs de coopération se sont ainsi développés avec ce pays. Mais aujourd’hui, l’Algérie des généraux accuse une décote géostratégique et politique par suite de plusieurs facteurs cumulatifs (perte d’influence à l’international, déficit démocratique, absence de leadership du président Tebboune…), à telle enseigne que le rôle d’État-pivot de ce pays n’est plus bancable pour Washington.

Ailleurs, en Afrique du Nord, l′Égypte du maréchal Sissi arrive encore à conforter ce même statut d’État-pivot, partagé peu ou prou dans la région par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. En Amérique latine, il faut mentionner le Mexique, en Asie, l’Indonésie, le Pakistan et la Turquie, et en Afrique, outre le Maroc, le Nigeria et l’Afrique du Sud tiennent ce rôle.

Avec le Maroc, le processus d’éligibilité au statut d’«État-pivot» s’est déployé depuis une vingtaine d’années. C’est en 2003 que deux grandes inflexions bilatérales entre Washington et Rabat ont mis en place un socle devant conforter et consolider des relations déjà étroites. La première est celle de l’octroi, en 2004, du statut d’allié majeur non membre de l’OTAN.

Un rehaussement qui, dans la région, n’a été accordé qu’à la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie, Israël et tout récemment au Kenya. Il s’agit d’un renforcement de la coopération militaire, bien entendu, mais avec une mention particulière pour le Royaume. Référence est faite ici à l’exercice militaire «African Lion», qui vient de se dérouler, comme depuis vingt ans au Maroc, du 20 au 31 mai dernier. L’autre inflexion regarde l’accord de libre-échange avec les États-Unis, signé également en 2004 et entré en vigueur en 2006.

Assurément, voilà bien une vision partagée en termes géostratégiques globaux. Un schéma offrant des avantages économiques et commerciaux pour Rabat, dans le sens d’un accroissement de son potentiel de production et d’une diversification de ses débouchés. Dans cette même ligne, il faut noter qu’à ce jour, le Maroc totalise 54 accords de libre-échange couvrant une centaine de pays, avec un marché potentiel de plus d’un milliard de consommateurs.

Voilà qui représente un atout et de grandes opportunités, les États-Unis n’ayant conclu un accord de libre-échange similaire avec aucun autre pays, ni maghrébin, ni arabe ni continental. La préoccupation américaine a trait en même temps au souci de contrecarrer le projet européen avec le Maghreb. Elle prend acte de l’échec de l′initiative formulée quelques années auparavant: elle envisageait alors une intégration économique des trois pays du Maghreb central, avec la création d’une zone de libre-échange commune en 2004. C’est donc le Maroc qui a été priorisé comme partenaire stratégique et pôle principal dans la région. L’on passe ainsi d’un partenariat stratégique à un stade plus élevé: celui du Maroc comme État-pivot.

Intérêt géoéconomique pour Washington, intérêt géostratégique aussi. Le Royaume réunit bien des paramètres dans ces deux domaines: la stabilité politique et institutionnelle, son rôle dans la mobilisation contre le terrorisme, sa diplomatie proactive sur les grandes problématiques internationales (changement climatique, environnement, énergies renouvelables…), sans oublier le dialogue religieux, un Islam modéré et un projet de société adossé à un référentiel moderniste et démocratique. Une capitalisation engrangée depuis plus de deux décennies, menée et conduite par une vision royale et le leadership personnel, moral, politique et diplomatique du roi Mohammed VI. Le Maroc en 2024? Un État fiable, crédible, fidèle à ses engagements, attaché à la paix et à la sécurité internationale dans le droit fil des principes de la Charte des Nations unies.

Par Mustapha Sehimi sur fr.le360.ma/
 



Mardi 9 Juillet 2024


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Juillet 2024 - 09:38 Gaza, la banalisation du mal

Vendredi 19 Juillet 2024 - 11:07 La diplomatie hydrogène

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse