L'ODJ Média




Mawazine 2024 : contre la sinistrose, la musique


Compositeur et producteur de musique, le célèbre DJ britannique Calvin Harris a clôturé samedi soir à Rabat, la 19ème édition du festival Mawazine-rythmes du monde sur la scène OLM-Souissi. Dans l’apothéose ! Un succès franc, malgré toutes les conjonctures qui incitent à la déprime et en dépit du doute, le dernier soir, sur le maintien des concerts suite au décès ce même samedi de la mère du Roi Mohammed VI.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Naim Kamal

Toutes les scènes ont d’ailleurs affiché complet, à l’exception de celle de Chellah, qui commençait en milieu d’après-midi et qui a pâti du flottement créé par l’annonce du décès. 

 

Ceux qui ne connaissaient pas les traditions ancestrales du Makhzen et le fonctionnement moderne de l’Etat marocain sont maintenant édifiés. Ceux qui ont essayé, et qui le font depuis le début de Mawazine dans sa version actuelle, de l’anéantir, aussi. Même si l’on sait que l’année prochaine ils récidiveront sous d’autres motifs tout aussi fallacieux que celui de cette année, jetant toujours avec une morgue égale l’anathème sur tous ceux, les plus nombreux, qui ignorent superbement leurs appels à l’enfermement dans la sinistrose.

 

Au grand dam d’ailleurs de Abdalilah Benkirane, secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD). Devant les cadres de son parti, l’ancien chef du gouvernement, visiblement démoralisé, en était réduit à constater la faiblesse de la mobilisation de rue en faveur de la cause palestinienne et à déplorer dans les termes qu’on lui connait l’organisation cette année de Mawazine, lui qui avait tablé sur l’action de la résistance palestinienne conduite par le Hamas le 7 octobre 2023 et les carnages israéliens à Gaza pour voir se revigorer dans le monde arabo-musulman l’islamisme déclinant. 

 


Est-ce à dire que les Marocains sont indifférents au drame qui dure depuis plus de soixante-quinze ans à Gaza et ailleurs dans les territoires occupés ? Rien n’est moins sûr, ou, plutôt, rien n’est plus faux !


Mais l’intelligence collective nationale a compris depuis un certain temps déjà le peu d’effets et d’efficacité de cette mobilisation, elle qui n’a jamais été avare de sa solidarité, et de l’inutilité des actions neurasthéni-ante qui appellent à détourner le cours de la vie de son lit normal. 
 

Les Marocains, comme bien d’autres peuples arabo-musulmans, ont surtout compris que pour éviter d’autres Palestine dans notre sphère géoculturelle il y a mieux à faire que de manifester ou de céder à la déprime générale. Et vive la musique !

Rédigé par Naim Kamal sur Quid 




Mardi 2 Juillet 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse