Menu

Merci Tebboune


Vous le saviez, vous, que la SAA et la CAAR, deux grandes compagnies d’assurances algériennes, utilisent un progiciel appelé ORASS, développé par une entreprise marocaine ? Pas moi.



Par NaÏm Kamal

Merci Tebboune
merci_tebboune.mp3 Merci Tebboune.mp3  (2.64 Mo)

Saviez-vous aussi que la Start-up marocaine basée à Rabat, Orsys Communication, qui a développé ce progiciel, est spécialisée dans la conception des logiciels modernisant la gestion des compagnies d’assurances ? Pas moi.
 

Saviez-vous encore que depuis 2020, pas moins de 50 compagnies d’assurances en Afrique utilisent ORASS pour gérer leurs systèmes informatiques internes de bout en bout ? Pas moi.
 

En avouant humblement mon ignorance, j’aimerai tout d’abord remercier le site Algérie Part qui a été chercher ces informations pour les publier, mais pas seulement Algérie part. J’aimerai aussi remercier le président algérien Abdelmadjid Tebboune et ses donneurs d’ordre qui, par l’étroitesse de leur esprit, ont fourni à la Start-up marocaine une publicité à laquelle elle n’aurait jamais songé même dans ses rêves les plus fous. 
 

Ces as de l’informatique, dont le seul tort est d’être marocains, ont donné l’urticaire au pouvoir en Algérie qui, sur « décision présidentielle », ordonne de les évacuer des entreprises algériennes.
 

Il y a moins de deux mois, les généraux algériens ont été débusqués à la frontière maroco-algérienne de pauvres paysans marocains qui cultivaient des dattes de grands-pères en petits-fils depuis des temps immémoriaux pour les déposséder et les expulser. Comme autrefois des dizaines de milliers de marocains, juste pour se venger de la Marche Verte.

Aujourd’hui, les voilà qui partent à la chasse de ce qui reste d’une coopération anémique pour en finir avec tout ce qui peut relier les Algériens au Maroc. 
 

La formulation est marocaine, mais je vous la livre en français : quand ils auront éradiqué jusqu’à l’odeur de ce qui ressemble à quelque chose de marocain en Algérie, que leur restera –t-il à faire ? Je laisse la réponse à l’appréciation de chacun. 
 

Que le pouvoir algérien s’agite sut tous les fronts, intérieurs comme extérieurs, avec ce que le quotidien Algérie Matin appelle une « mentalité d’assiégé », est une option d’acculé qui peut se comprendre, tant il a de soucis à se faire depuis qu’à cause ou grâce, c’est selon, au hirak il ne peut ni franchement réprimer ni ne veut, même partiellement, satisfaire. Jouer la montre, crier au complot extérieur, c’est tout ce qu’il lui semble approprié comme option politique. Le problème est partout, sauf en lui

Tout pouvoir un tant soit peu sensé, choisirait dans pareilles situations de se poser et de se revoir. L’algérien préfère la fuite en avant permanente. Jusqu’à quand, jusqu’à où ?

Par NaÏm Kamal
Source : https://quid.ma  






Vendredi 14 Mai 2021



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site