L'ODJ Média




N'est plus


On l’avait presque oublié, emporté par le tintamarre de la fast-music, à consommer rapidement ou à emporter dans un emballage.



Écouter le podcast en entier :


Par Naim Kamal

A l’heure d’un tacos vite fait mal fait, de la fibre optique, et inchallah bientôt au Maroc, de la 5G, à un instant où tout se mesure en giga et maintenant en ter, il faut croire qu’il n’y a plus de temps pour languir au crépuscule avec Rahila de Mohammed El Hyani ou savourer collé à son Jox box pendant une ou deux heures dans un bar malfamé les mélopées d’une Oum Kaltoum intarissable et inusable.

Rarement en mal d’inspiration   

Combien sommes-nous encore à entendre résonner dans nos oreilles les réminiscences des complaintes de Dar lihnak chantée par Abdelouahab Doukkali ou les refrains de Hada hali par Naima Samih qui ont fusionné si intensément avec leurs chansons que l’on n’a plus rien retenu de leur auteur ? On pourra épiloguer longtemps sur ce qui fait le succès d’une chanson, les paroles, la composition ou le chanteur pour conclure que c’est une alchimie des trois, mais je resterai convaincu qu’au début fut le mot, qui construit les paroles, et les circonstances qui le rendent possible, même lorsque l’on croit qu’un air les a précédés.

Rarement en mal d’inspiration, Samira Bensaid lui doit Faitli chaftak, et Latifa Raâfate, dernière des mohicans, sa mise en orbite avec Ana faârk ya imma, Achrat lahbab et Maghyara. Depuis l’aube qu’il est, ce N’est-plus n’a fait qu’écrire. Il a écrit pour Mohamed Mazgaldi, il a écrit pour Abdelhay Skalli, il a écrit pour Ismail Ahmed, il a écrit pour Mahmoud Idrissi et Lahbib homonyme, il a écrit pour… pour qui il n’a pas écrit ?

La chanson du siècle

16 octobre 1975. Sur le Maroc règne l’ambiance de l’attente angoissée dans un temps qui a suspendu son vol, quand l’image du Roi Hassan II, apparait sur les petits écrans et sa voix résonne jusqu’aux dernières chaumières du Royaume. Son air grave laisse comprendre que l’heure l’est tout autant. Après un long préambule sur les péripéties du dossier du Sahara dans les dédales du droit et de la Cour international de justice, le souverain lâche : Il est donc devenu pour nous impératif, inéluctable et même un devoir religieux […] d’honorer nos responsabilités et d’aller rejoindre notre peuple au Sahara [… et] ne nous reste, cher peuple, qu’à entreprendre une marche pacifique […] pour nous rendre au Sahara et renouer avec nos frères. » Ce sera la Marche Verte.

Trente millions de Marocains se lancent comme ‘’un seul homme’’, l’expression est de Hassan II, dans un branle-bas de marches qui frôle l’extase. Toutes les villes marocaines ne sont plus que meetings et manifestations. Des files interminables de volontaires pour la Grande Marche marocaine se forment devant les Arrondissements de quartier. Les Marocains du levée de jour sur l’indépendance n’ont pas vu ça depuis le retour d’exil de Mohammed V. L’effervescence populaire et la création artistique entrent dans une féconde relation de réciprocité rarement égalée.

Devant sa télévision, celui qu’on a presque oublié est tout aussi saisi par la solennité et la gravité de l’histoire en train d’entrer dans les annales. En un quart d’heure, racontera-t-il plus tard, il en a écrit les paroles, en une nuit Abdallah Issami la compose, les répétitions commencèrent le lendemain. Soupçonnaient-ils qu’ils mettaient au monde la Chanson de la Marche Verte ? La chanson du siècle ? Sans doute pas.

Ainsi naissent les chefs-d’œuvre, dans un instant rare et sublime d’inspiration. Nida’e Al Hassan (L’Appel de Hassan II) sera sur toutes les lèvres, chantée partout et à toute occasion, elle seule, avec Laayoune ainya de Jil Jilala, survivra à l’intense production inspirée par cette muse inégalable que peut être une épopée. Certains demanderont même qu’on la substitue à Manbita al-ahrar (Terre des Hommes Libres), l’hymne national. Elle seule, 31 ans après, sera entonnée au défilé militaire du cinquantenaire de l'Indépendance. Mais, fera remarquer un confrère, on avait omis de convier ses auteurs à la tribune des invités.

Samedi 3 septembre 2022, à trois ans près le cinquantenaire de Nida’e Al Hassan. Sous mes yeux une dépêche : Fathallah Lmghari n’est plus Point. Un prénom, un nom et trois mots. Quelques lignes compriment sa vie, compressent jusqu’à l’étouffement sa production en deux ou trois paragraphes. Ce N’est plus est effrayant et effroyable.

Pour quelqu’un de convaincu que rien ne se perd, qui croit que s’il n’y a pas le paradis et l’enfer, on reviendra fut- ce sous forme de nutriments pour nourrir le cycle de la vie, ce ‘’N’est plus’’ est anéantissant et attentatoire à la dignité de la nature. Du pouce et de l’index je le surligne et du même index je clique rageusement sur Supprimer. A son tour ce N’est plus rejoint le royaume des disparus. Je le remplace par ‘’ Fathallah Lmaghari nous a quittés’’. Pour où ? Allez savoir.

Rédigé par Naim Kamal sur Quid 



Mardi 27 Septembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse