L'ODJ Média



Paiements scripturaux : le virement en pole position


le Jeudi 9 Novembre 2023

Définis comme étant l’ensemble des instruments permettant de faire circuler la monnaie scripturale et ne constituant qu’un support, papier ou dématérialisé, dans les transactions de règlement (chèque, carte, virement, prélèvement, lettre de change…), les moyens de paiement scripturaux privilégient, depuis six années consécutives, le virement.
Qu’en est-il des autres instruments ?



La Banque Centrale répond à cette interrogation et livre des chiffres afférents à la structure des paiements scripturaux et son évolution le long de l'exercice 2022.
 
L’on retiendra à cet effet qu’au terme de l’année 2022, le nombre global de moyens de paiement scripturaux échangés a connu une hausse de 21 % par rapport à 2021, s’élevant à 418 millions d’opérations.

En valeur, les échanges ont représenté près de 4 516 milliards de dirhams, soit une hausse de 11 % par rapport à l’année 2021 contre 15 % entre 2020 et 2021.

La structure des paiements scripturaux, en nombre, est restée quasiment identique à celle de l’année précédente. Le virement a conservé sa première place (44,8 % des échanges en 2022 contre 45,2 % des échanges en 2021 et 46,5 % en 2020), devant la carte bancaire (32,1 % en 2022 contre 30,9 % des échanges en 2021 et 28 % en 2020).

Les prélèvements ont conservé leur troisième place dans l’ensemble des échanges en nombre (12,5 % des échanges en 2022 contre 13,5 % des échanges en 2021 et 14,5 % en 2020), devant les chèques dont la part s’est établie à 7,5 % en 2022 contre 8,9 % en 2021.

Le paiement mobile et les Lettres de change normalisées (LCN) arrivent en dernière position avec des parts respectives de 1,9 % et 1,2 % dans l’ensemble des échanges.

A ce niveau, Bank Al Maghrib estime que la baisse continue de la part des chèques (en nombre et en valeur), au profit des autres moyens de paiement  va de pair avec sa politique et ses orientations stratégiques allant dans le sens d’un développement des moyens de paiement électroniques. Comme ce fut le cas lors de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.
 
En termes de montants échangés, ces proportions sont nettement différentes et sont restées relativement stables par rapport à l’année précédente. En effet, la part des virements s’est maintenue à 57 %.
Les chèques, les LCN, les prélèvements et les transactions de paiement par cartes ont conservé le même rang, avec des parts respectives de 27,5 %, 7,9 %, 6,1 % et de 1,1 % de l’ensemble des opérations.

Avec cette précision que les cartes sont essentiellement utilisées pour les règlements de faibles montants.





Jeudi 9 Novembre 2023

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Mai 2024 - 06:33 Tourisme : le Maroc classé 82ème sur 119

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média