Menu


Pas de transformation durable sans leadership authentique


Le monde a changé, les modèles économiques ont évolué, les citoyens ont de nouvelles attentes et de nouvelles manières d’exprimer leurs colères. La tendance est aux discours populistes, devenus un cadre de référence pour servir les obscurantismes de tous bords.



Par Jamal Belahrach

©blogue.genium360.ca
©blogue.genium360.ca

La pandémie a eu un impact plus qu’économique. Elle a modifié les rapports sociaux et nos priorités. Naïvement, j’ai cru que les dirigeants allaient repenser leurs façons de penser et d’agir ; être plus à l’écoute de ce qu’ont vécu leurs collaborateurs. Que nenni. Le business a repris « as usual ».

Or, le besoin de se transformer, de se réinventer et la vitesse des changements que nous observons à travers le monde et au sein de notre propre pays nous commandent une révolution culturelle et un changement de paradigme imminents.

Pour ce faire, il faut à nos organisations - qu’elles soient publiques ou privées, partis politiques ou partenaires sociaux - un style de leadership authentique, avec du cœur, à la fois fort et stimulant, afin d’initier les transformations nécessaires et nous assurer un avenir dans ce monde incertain.

La motivation et l’engagement à changer viennent des personnes que l’on a envie de suivre. Une organisation est forte lorsque le « nous » l’emporte sur le « je », lorsque le regard se porte vers le futur plutôt vers que le passé.

Dans ce nouveau monde VUCA (de l’anglais Volatile, Uncertain, Complex & Ambiguous), il faut à notre pays des hommes et des femmes aptes à bien comprendre ces enjeux et à nous conduire vers ce monde inclusif ou chacun aura sa place. Ne pas craindre de bousculer les habitudes, de questionner l’histoire ainsi que le présent, pour mieux inventer le futur.

Un leader doit être cette boussole pour l’entreprise, pour l’administration, pour toutes les organisations. Il prend des risques et agit en véritable entrepreneur.

Car, faire la différence dans des marchés compétitifs, nécessite des talents dotés de la capacité de disrupter ces modèles économiques. C’est avec ce capital humain que l’on peut donner une impulsion de croissance réelle pour créer la richesse attendue.

 Ce leadership authentique, nous en avons besoin pour mener de véritables transformations qui combinent court terme et attentes de nos citoyens, de nos clients et de nos collaborateurs afin de voir loin, et surtout de voir juste. Ce leadership doit être inspirant, éclairant pour entraîner les personnes, stimuler leur créativité et les impliquer à tous les stades de l’évolution, quel que soit leur type d’organisation.

Si chaque organisation était portée par des hommes et des femmes en capacité de réinitialiser la confiance, d’agir en tant que missionnaire, de faire briller les yeux de leurs équipes, alors nous ferions ce saut de croissance à 6% dans la durée et dont notre pays a besoin.

Le défi de taille à relever alors, sera que les dirigeants actuels acceptent d’être challengés par cette nouvelle famille ou  genre d’hommes et de femmes qui vont inventer le Maroc de demain.

Nos écoles, nos universités, nos associations, nos entreprises, notre administration, nos partenaires sociaux et nos partis politiques doivent être la fabrique de cette nouvelle génération.

Les transformations nécessitent du courage car elles empruntent un chemin sans en connaître la destination finale.  Pour cela, il nous faut plus de dirigeants visionnaires, capables de défricher de nouveaux espaces, de développer la créativité des hommes et des femmes, de libérer leurs énergies. Des dirigeants capables de créer des espaces d’expression et d’épanouissement avec des valeurs fortes, pour créer une société commune moins individualiste et davantage tournée vers le partage.

Victor Hugo disait ainsi « Il n’y a pas de mauvaises herbes ou de mauvais hommes, il n’y a que de mauvais cultivateurs ».


Par Jamal Belahrach, Président de la Fondation Zakoura (Partenaire de la Fondation Tamkine) 
https://deoconseil.com/e-news-n4/edito-JamelBelharach.html

Mardi 22 Mars 2022



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2022 - 12:26 Peut-on lutter contre l’échec scolaire ?

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.