L'ODJ Média




Penser la Chine…


Le modèle chinois se veut une «nouvelle option pour les autres pays et les autres nations désireuses d’accélérer leur développement tout en préservant leur indépendance». Il ne veut pas projeter la même image que les États-Unis: tant s’en faut.



Écouter le podcast en entier :


Par Mustapha Sehimi

L’actualité internationale la plus chaude en témoigne: la Chine est bien une puissance mondiale. L’évolution du conflit Ukraine-Russie en est l’une des illustrations. Voilà en effet Pékin qui vient de proposer ces derniers jours un plan de paix baptisé «Résolution politique de la crise ukrainienne». C’est le responsable de la diplomatie de ce pays, Wang Yi, qui en a fait l’annonce publique. Ancien ministre des Affaires étrangères jusqu’à la fin décembre 2022, il est après le XXe congrès du PCC (Parti communiste chinois) directeur du Bureau des affaires internationales du comité central du parti.

Comment s’articule cette initiative? Autour de douze points. Ce qui est posé en premier c’est l’impératif du dialogue et de la négociation. À partir de ce prérequis, pourrait-on dire, la recherche d’une «solution pacifique» et le «respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale des pays». Suit la condamnation ferme de l’emploi de l’arme atomique et des «attaques armées contre les centrales nucléaires». L’accent est également mis sur «l’abandon de la mentalité de guerre froide».

Enfin, d’autres propositions: protection des civils et des prisonniers de guerre, préservation des échanges commerciaux, facilitation de l’exportation des échanges commerciaux céréales, promotion de la reconstruction, levée de toutes les sanctions et résolution de la crise humanitaire.

Ce cadre de travail est diversement accueilli: positivement par Poutine, avec une réserve modulable par les Etats-Unis et les pays européens, et moins favorablement par le président ukrainien Zelensky. Kiev défend un préalable avant toute discussion: le retrait des troupes russes. Faute de quoi, ce plan de Pékin ne serait qu’une tentative de «geler» le conflit en perpétuant l’occupation. Les Occidentaux considèrent de fait que «ce n’est pas un plan de paix: il n’avance pas de solution concrète pour mettre fin aux combats.

Ce n’est comme l’a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qu’une posture où la Chine réaffirme les positions exprimées depuis le début. Il considère que pour être «crédible», ce texte doit être «opérationnalisé», en particulier avec le concours de Kiev. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stolenberg, s’est montré plus sévère. À ses yeux, la Chine n’avait pas «beaucoup de crédibilité» concernant l’Ukraine –et de rappeler qu’elle «a signé quelques jours avant l’invasion un accord (...) sur un partenariat illimité avec la Russie».

Pour autant, la Chine est là, comme deuxième puissance économique mondiale avec un PIB de 20.000 milliards de dollars, derrière les États-Unis (25.400) et bien loin des suivants: Japon (5.000 milliards de dollars), Allemagne (4.300 milliards de dollars), Royaume-Uni (3.400 milliards de dollars), Inde (3.300 milliards de dollars), France (3.000 milliards de dollars). La Russie se classe, elle, au onzième rang avec 1.830 milliards de dollars.

La Chine exerce ainsi une influence économique de premier plan dans l’ordre international. Cela transparaît dans sa politique étrangère. Elle est à la fois un partenaire commercial et un rival stratégique des Etats-Unis et ce, sans chercher à supplanter Washington dans le rôle de police mondiale. Son armée grossit sans cesse.

La Chine dispose de toujours plus de moyens et elle investit dans la technologie et les applications militaires de l’intelligence artificielle. Le programme «Une ceinture, une route» est un plan exhaustif de construction d’infrastructures terrestres et maritimes. Il s’agit de placer le pays au cœur du commerce international.

Le réseau prévu englobera six corridors commerciaux avec des installations portuaires, des chemins de fer, des pipelines et des réseaux de fibre optique. Il faut y voir sans doute l’accès à de nouveaux marchés et le contrôle des infrastructurelles essentielles mais aussi une vision d’un nouvel ordre mondial, jugé injuste et biaisé à l’égard des puissances émergentes.

Le modèle chinois se veut une «nouvelle option pour les autres pays et les autres nations désireuses d’accélérer leur développement tout en préservant leur indépendance». Il ne veut pas projeter la même image que les États-Unis: tant s’en faut. La Chine entend en effet être une grande puissance beaucoup plus juste que ses prédécesseurs et ses compétiteurs.

Ne pas verser dans l’hégémonie ni dans l’impérialisme: tel est le crédo officiel. Faire mieux donc avec un régime communiste et une économie ouverte: un défi historique. Ce qui pose le problème de l’antagonisme entre la Chine et l’Occident avec cette particularité de principe: celle de l’idéologie.

L’économie chinoise est diversifiée. Sa structure économique permet aux entreprises privées de prospérer aux côtés d’un secteur public puissant. Une économie qui n’est pas isolée de l’Occident. Elle est de plus en plus intégrée à l’économie mondiale. Au surplus, le parti communiste chinois (PCC) s’est grandement éloigné de ses objectifs initiaux. Le communisme est remplacé par la prospérité commune, le marxisme par le nationalisme et le confucianisme. Le régime est fondé sur le monocratisme partisan mais il n’hésite pas à interagir avec d’autres régimes –dont des démocraties libérales. Une coexistence pacifique, parfois rugueuse...

En politique étrangère, le principal objectif du PCC doit être de neutraliser toute force qui pourrait menacer sa stabilité. Sa légitimité. Et sa longévité. Le discours officiel est de promouvoir la «démocratie socialiste», de mettre en relief les particularités culturelles de la Chine ou son «exceptionnalisme» et de critiquer la «démocratie occidentale», appelée aussi communément la «démocratie bourgeoise».

Sur un autre plan, la Chine défend activement le principe de «non-ingérence» dans les affaires intérieures des autres pays. Elle soutient que la souveraineté est intouchable, qu’elle ne saurait être remise en question au nom des droits de la personne ou même de la responsabilité de protéger et qu’il importe de se distancier des valeurs occidentales et des normes qui s’y attachent (droits de l’homme, libertés individuelles, respect de la vie privée…).

Depuis une dizaine d’années, la Chine déploie une stratégie offensive en la matière avec une forte dimension idéologique, insistant sur les échecs et les vicissitudes des démocraties libérales. Un modèle repris et assumé en Russie, en Turquie et dans des latitudes du Sud... Une altérité globale pouvant nourrir des formes diverses de conflictualité.

Rédigé par Mustapha Sehimi sur LE 360



Mardi 28 Février 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page