lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other





Profanation du Coran : le retour aux âges sombres




Écouter le podcast en entier :


Deux fois de suite, les 21 et 24 janvier, dans deux pays européens, la Suède et les Pays-Bas, des forcenés ont profané le Coran, sous la protection des forces de police.

La réaction des pays musulmans était évidente : la ferme condamnation d’actes barbares qui portent atteinte à la foi d’un milliard et demi de croyants.

Au-delà du choc que peuvent susciter de tels actes de provocations envers les Musulmans, il est des incohérences dans l’attitude de Stockholm et Amsterdam qu’il serait intéressant de souligner.

Rasmus Paludan, avocat suédo-danois leader du parti d’extrême droite danois « Stram Kurs » (Ligne dure), a été autorisé par les autorités suédoises à brûler une copie du Coran et ce devant l’ambassade de Turquie à Stockholm.

En conséquence de quoi, le président turc Erdogan, outre sa condamnation de l’autodafé du Coran, a déclaré que son pays refusait l’adhésion de la Suède à l’Otan.

C’est à se demander si Stockholm n’a pas sciemment suscité cette polémique pour se faire fermer par Ankara la porte d’entrée de l’Otan. L’unanimité des membres de cette organisation militaire est nécessaire pour en accepter un nouveau.

Pour rappel, Rasmus Paludan, multirécidiviste en matière de profanation du livre saint des Musulmans, est fiché « S » en France, d’où il a été reconduit à la frontière, en novembre 2020, et interdit d’entrée en Belgique.

Il a également provoqué des émeutes, en Suède, en avril 2022, qui ont fait 40 blessés. Il est difficile de croire que les autorités suédoises ne pouvaient pas prédire quel genre de réaction ce geste islamophobe allait susciter.

Il va sans dire que l’argument de la liberté d’expression, derrière lequel les responsables politiques européens aiment se réfugier dans ce genre de situation, est totalement fallacieux. La liberté des uns s’arrête là ou commence la dignité des autres.

Et alors que la colère du monde musulman était à son comble, suite à cet acte infâme, c’était au tour des autorités néerlandaises d’autoriser Edwin Wagensveld, leader de la section néerlandaise du parti islamophobe « Pegida », à déchirer le Coran, plutôt que de le brûler.

Sous la protection de la police, Edwin Wagensveld a, en fin de compte, fait les deux : il a déchiré le Coran et, ensuite, brûlé les pages.

Il y a 1,7 millions de Musulmans qui vivent aux Pyas-Bas, pays de 17,5 millions d’habitants. En Suède, dont la population est de 10,4 millions d’habitants, résident 640.000 Musulmans.

La haine du migrant musulman n’est pas un phénomène récent en Europe, mais c’est spécifiquement leur foi religieuse qui est visée par ces actes de provocation.

De toute évidence, les autorités suédoises et néerlandaises attisent, en toute conscience de cause, la colère des Musulmans, aussi bien sur leurs propres territoires qu’à travers le monde, sans qu’il soit possible d’en connaître les raisons objectives.
 
Les organisations islamistes intégristes vont faire de ces actes de provocation leurs choux gras, au moment ou ils sont en chute de popularité dans le monde arabo-musulman.

Autre bénéficiaire indirecte des autodafés du Coran en Europe occidentale : la Russie !

Il va sans dire que Ramdan Kazyrov, président de la république fédérée de Tchétchénie, dont les troupes se battent actuellement en Ukraine, ne vas pas manquer, non plus d’exploiter ces transgressions islamophobes autorisées.

Il considère, déjà, la guerre en Ukraine soutenue par les pays occidentaux, comme un « jihad ». Stockholm et Amsterdam viennent d’apporter de l’eau à son moulin.

Il est, d’ailleurs, intéressant de rappeler que le président russe, le chrétien orthodoxe Vladimir Poutine, a aussi parlé de « guerre sainte » et de lutte contre le « satanisme », à propos de l’affrontement militaire avec l’Ukraine.

La Russie laissera-t-elle échapper cette occasion d’attirer la sympathie et le soutien de l’opinion publique des pays musulmans dans sa confrontation avec l’Ukraine, proxy de l’Occident « impie » ?

Se mettre, sans bénéfice évident, un milliard et demi de Musulmans sur le dos est sûrement la preuve que l’élite occidentale a atteint un tel degré de rupture avec la réalité qu’elle ne sait plus même quelle bêtise ne pas commettre.

Après les sanctions contre la Russie, qui ont entraîné l’actuelle crise de l’énergie en Europe et sa cascade de faillite d’entreprises et de pauvres grelottant de froid, voilà le tour des provocations contre les Musulmans.

Des campagnes de boycott des produits en provenance des pays ou l’autodafé du Coran est non seulement autorisé, mais aussi protégé, sont fort probables.

Un retour au mode de vie des âges sombres en Europe, plus communément appelé le Moyen âge, avec l’islamophobie et des éoliennes en guise de chasse aux sorcières et de moulins à vent, semble de plus en plus séduisant sur le vieux continent.     





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mardi 24 Janvier 2023

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 19:24 Madrid plus proche que Paris

Samedi 4 Février 2023 - 08:52 By by Molière, Marhaban Cervantès

Billet



Magazine créé avec Madmagz.