L'ODJ Média




Quand Bouteflika proposait le partage… du Sahara marocain


En 2002, sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie s’était dite «disposée à négocier une division du territoire comme solution politique au différend du Sahara occidental». L’option, soumise ensuite par James Baker, alors Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, a été catégoriquement rejetée par le Maroc, refusant «toute proposition visant à porter atteinte à son intégrité territoriale et à sa souveraineté sur ses provinces du Sud».



A lire ou à écouter en podcast :


Par Mustapha Sehimi

Le 2 novembre 2001, James Baker, alors Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, a eu des pourparlers à huis clos à Houston (Texas, États-Unis)) avec le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, sur la question du Sahara marocain. Il a eu droit à cette proposition de ce dernier: le partage territorial de l’ex-Sahara occidental entre son pays et le mouvement séparatiste. L’information avait fuité, ici et là, durant plusieurs semaines sans faire l’objet d’un démenti officiel d’Alger.

Elle sera dévoilée au grand jour à la communauté internationale, dans le rapport du Secrétaire général de l’ONU daté du 20 février 2002 et présenté au Conseil de sécurité (S/2002/178, 19 février 2002). En substance, il y est précisé que «l’Algérie et le Polisario seraient disposés à examiner ou à négocier une division du territoire comme solution politique au différend du Sahara occidental».

Quelques jours après, le Maroc a catégoriquement rejeté cette proposition dans une lettre au Président du Conseil de sécurité (S/2002/192), en soulignant son refus de «toute proposition visant à porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume et à sa souveraineté sur ses provinces du Sud».

Il vaut ici de rappeler le contexte qui prévalait à propos de cette question. La dernière version du Plan Baker -la cinquième- prévoyait, à l’issue d’une période de quatre à cinq ans maximum, la tenue d’un référendum sur le rattachement du Sahara au Royaume ou son indépendance. Dans cet intervalle, une autorité administrative -le chef de l’Exécutif et l’Assemblée seront élus- doit prendre en charge le territoire. Ce plan n’a pas été accepté par le Maroc et James Baker, nommé sept ans auparavant, a fini par présenter sa démission en juin 2004.

Cela dit, dans la perspective d’une réunion du Conseil de sécurité le 28 juillet 2002, Alger a adressé une lettre au Président du Conseil de sécurité en date du 22 juillet (S/2002/807), dans laquelle elle «rejette le projet de résolution» portant sur le Plan Baker. Elle annonce également de nouveau que «l’Algérie demeure disposée à examiner la proposition de M. Baker concernant une possible partition du territoire du Sahara occidental entre le peuple sahraoui et le Royaume du Maroc».

Il faut noter ici la référence au Maroc dans l’option d’une partition, alors que dans son rapport au Conseil de sécurité, cinq mois plus tôt, seuls l’Algérie et le «Polisario» étaient expressément mentionnés. Ces deux parties étaient bien identifiées…

 

Il faut aussi ajouter que ce plan de partage n’est pas une proposition de James Baker, mais qu’elle a été formulée par l’ancien Chef d’État algérien à Houston. Un recyclage grossier qui n’a trompé personne. Enfin, et c’est sans aucun doute le plus aggravant pour Alger, où est le principe d’autodétermination qu’elle n’a cessé d’invoquer depuis près d’un demi-siècle et qu’elle s’obstine encore aujourd’hui à mettre en avant?

L’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, ne manque pas dans ses interventions d’interpeller le représentant de l’Algérie sur l’inconséquence et l’incohérence de la position de son pays: comment peut-il continuer à réclamer un référendum d’autodétermination, alors qu’il a proposé le partage du territoire avec le mouvement séparatiste? De quoi mettre à nu une diplomatie qui n’a d’autre visée que la mainmise sur une entité fantoche qui serait alors vassalisée.

Depuis près d’un demi-siècle, la question nationale a connu bien des séquences. Le Plan de règlement élaboré par James Baker au cours des années 2000 n’a pas pu être retenu, faute de résultats lors des rencontres entre les parties de juin 1997 à septembre 2000 (Lisbonne, Londres, Berlin). D’autres rendez-vous ont suivi à Manhasset I (2007), II (2007) III (2008) et IV (2010). Ils n’ont pas non plus enregistré de progrès notables. Une autre phase a commencé en 2010 avec Christopher Ross, nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, sans conduire à de réelles avancées.

Aujourd’hui, quel est l’état de ce dossier? La dernière résolution 2703 du Conseil de sécurité, en date du 30 octobre dernier, est la référence: réactivation du processus de règlement, reprise du format des tables rondes avec les quatre parties (Maroc, Algérie, Mauritanie, «Polisario»), recensement des réfugiés dans les camps de Tindouf et prééminence du projet marocain d’autonomie déposé le 11 avril 2007 et consacré depuis seize ans comme «sérieux, crédible et réaliste» pour un compromis politique.

Depuis novembre 2020, le mouvement séparatiste ne respecte plus le cessez-le-feu décidé en septembre à 1991 et rejette le format et les paramètres de négociation décidés par le Conseil de sécurité. Dans cette même ligne, l’Algérie refuse la formule des tables rondes, auxquelles ses ministres des Affaires étrangères avaient pourtant participé en décembre 2018 et mars 2019, près de Genève, en Suisse. Quant au référendum, réclamé par l’Algérie, il est proprement enterré depuis une bonne vingtaine d’années et, d’ailleurs, les résolutions du Conseil de sécurité n’y font plus la moindre référence.

Rédigé par Mustapha Sehimi sur Le 360 



Mardi 28 Novembre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 4 Mars 2024 - 14:52 A quoi sert le chef du gouvernement ?

Mercredi 28 Février 2024 - 14:44 France/Maroc, un atterrissage par vents contraires

Chroniqueurs invités | Experts invités | Coup de cœur




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Publicité




















Revue de presse










Menu collant à droite de la page