Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Quel rôle économique pour l’État ?


Les crises successives dans le monde, qu'elles soient environnementales, politiques, sanitaires ou sécuritaires, posent des défis et de grands fardeaux économiques sont supportés par les États, et plus les crises s'aggravent, plus le secteur privé décline et le besoin de l'État émerge non seulement pour répondre à la demande sociale croissante, mais comme base pour assumer la responsabilité politique et rendre des comptes. Le secteur privé n'assiste souvent que dans les moments de prospérité à la distribution des profits devant la duplicité des positions devant l’ingérence de l’Etat dans les affaires économiques ?
Adil Benhamza



Cette question nous ramène à l'expérience de l'État capitaliste et des crises que son système a connues depuis la Grande Dépression (1896-1870) passant par la crise de 1929, celle des tigres asiatiques à la fin des années 90 et encore celle vécue par l'Argentine au début du nouveau millénaire.

Ce que l'on connaît de l'économie de marché, qui a fait revenir l'État progressivement au premier plan de l'économie, non seulement de sa position d'arbitrage et de contrôle, mais d'une position plus audacieuse et particulièrement dans les pays en développement.

La crise financière et économique que le monde a clairement connue depuis 2008, dont les effets se poursuivent encore aujourd'hui, ont confirmé une fois de plus que l'État a un rôle central dans l'économie globale. Le modèle américain est l'exemple le plus frappant de l'échec du marché seul pour atteindre son équilibre, comme les États-Unis, qui sont le centre de l'économie de marché, l’approche « idéale » des politiques de nationalisation pour sauver les institutions financières et les usines de la faillite, et la forme de préservation des emplois et de slogans les plus en vue qui se tenaient derrière les nouvelles pratiques économiques.

Se basant sur le modèle des États-Unis, de nombreux pays se sont empressés de consacrer une forte intervention de l'État dans l'économie afin d'atténuer les répercussions de la crise et de discuter des meilleurs moyens de relancer l'économie. La contribution du secteur public au produit intérieur brut (PIB) des pays industrialisés s'est remarquablement développée puisqu'elle est passée de 12 % en 1913 à 45 % en 1995. Malgré cela, la question de l’intervention économique dans l’économie n’est pas acceptée par de nombreux économistes.

L'opposition entre le marché et l'État est au centre de discussions et de points de vue qui reflètent des affrontements idéologiques, politiques et académiques.La bourgeoisie montante à la fin du XVIIIe siècle avec la révolution industrielle représentée par les classiques et les néoclassiques, est parmi les plus enthousiastes. sur le rôle du marché et sa capacité à traiter ses insuffisances indépendamment de l'État et dans leurs différents écrits depuis Adam Smith, cette école fonde son rejet de l'intervention gouvernementale sur les fondements et postulats suivants :

. Une économie de marché sans ingérence est la plus efficace dans le processus d'allocation des ressources, et la liberté et la concurrence économiques sont la garantie d'atteindre les objectifs de la société.

. Les mécanismes du marché libre sont ceux qui réalisent ensemble l'intérêt de l'individu et du groupe, car la production s'effectue à un rythme maximum et au moindre coût, selon l'hypothèse que le marché est autonome.

. Le flux et la disponibilité de l'information dans un environnement avec un degré élevé de transparence et de clarté.
 
. Harmonie entre l'intérêt de l'individu et l'intérêt public.

Cette proposition ne devait pas tenir longtemps, surtout après les transformations qu'a connues l'économie elle-même, et en général, les partisans de l'intervention de l'État considèrent que la transformation qu'a connue l'économie, notamment les effets externes, limite la possibilité de donner au marché les moyens signaux de prix, ce qui se traduit par une faible capacité à estimer le coût de production et les ressources utilisées. Ainsi, les prix deviennent incapables de refléter le coût réel, ce qui affecte négativement la consommation et par conséquent l'emploi.

L'intervention de l'État répond au manque d'information dans marché, garantit à l'économie la dimension sociale et humaine, et limite le pouvoir du profit comme seul guide de l'investissement, surtout avec l'émergence du capitalisme financier et de l'économie bâtie.
 
L'économie réelle, c'est que malgré ces interventions, l'État n'a pas pu atteindre l'objectif du plein emploi, mais le chômage est devenu une conséquence naturelle de l'échec des politiques économiques et des transformations connues des mécanismes de production avec l'entrée des robots et l'intelligence artificielle, l'une des préoccupations les plus importantes de l'État pour des raisons sociales, sécuritaires et économiques.

La communauté internationale a pris l'initiative d'établir des mécanismes et des institutions pour revitaliser le marché du travail à travers les accords de l'OIT, afin de remédier aux défauts du marché du travail, mais dans la plupart d'entre eux aujourd'hui, ils sont devenus contournés et n'apportent pas de réponses à l'accélération des transformations structurelles connues du marché du travail, qui consacre la responsabilité de l'État.

Quant à la continuité de cette responsabilité face à la demande sociale croissante de travail, la question demeure entière : comment cette réalité complexe peut-elle face au déclin continu du rôle économique de l'État, avec les risques que cela fait peser sur la stabilité ?



Dimanche 27 Février 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.