Menu

Rancinan, le grand retour d’un maitre de la photographie

Chez Natacha Dassault Art Gallery, du 14 janvier au 4 mars


​Un grand retour parisien que celui de Gérard Rancinan, l’un des maîtres de la photographie avec une exposition de 30 nouveaux tableaux photographiques. Un récit, plutôt une narration . Une scénographie étudiée à laquelle a été associée Caroline Gaudiault, journaliste au long cours, qui publie un livre « Voyage immobile ».



Caroline Gaudiault, Natacha Dassault, Sophia Sehimi et Gérard Rancinan
Caroline Gaudiault, Natacha Dassault, Sophia Sehimi et Gérard Rancinan
Gérard Rancinan ?  Un parcours, un vie – des vies mêmes. Il a couvert, durant des décennies, tant d’évènements mondiaux. Il s’est aussi distingué par des dizaines de portraits de stars de la mode, du cinéma, du sport et d’artistes contemporains. Après une dizaine d’années à la prestigieuse agence de photographie Sigma, pour redevenir indépendant. Ses portraits font la couverture de magazines comme Paris Macth, Life Magazine, Stern, Times Magazine, etc…

Des personnalités de premier plan – Fidel Castro, le Pape Jean Paul II, François Mitterrand, Tiger Woods, Monica Belluci, Bill Gates, Yasser Arafat, pour ne citer que celles-ci.

La photographie  comme art : voilà le marqueur. Son œuvre est exposée dans des musées internationaux. Il est une référence. C’est qu’il un photographie d’exception, hors norme, avec une sorte de grammaire aidant à mieux cerner la vie contemporaine, une société  bousculée par les changements pas toujours maîtrisées  et nourrissant bien des interrogations et de lourdes incertitudes.

Il se veut seulement témoin d’une époque , mais il y a autre chose : un certain regard sur un monde en plaine métamorphose où les repères sont moins évidents qu’il n’y paraît. S’il n’ignore pas que le monde est pratiquement à bout de souffle, il ne cède pas pour autant au déclinisme  aujourd’hui : tant s’en faut.

Son art photographique s’emploie à rendre compte de cette situation et de sa complexité, mais il veille aussi à y instiller autre chose : l’espoir et partant la lumière.

Avec cette exposition baptisée « Et tout recommencera.. », Natacha Dassault Art Gallery (NAG) offre une deuxième manifestation dans son nouvel espace inauguré voici quelques mois. Un lieu ouvert, hors des modes, visant la libre expression des artistes. Une pause gratifiante tous ceux pour qui, sans doute, « au commencement était l’art ». Un humanisme culturel…

Sophia SEHIMI
 
 
Jeudi 21 Janvier 2021

Rédigé par La rédaction le Jeudi 21 Janvier 2021


Dans la même rubrique :
< >



Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté