Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








République fantoche




par Majd El Atouabi

République fantoche
republique_fantoche.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (2.34 Mo)

A tous ceux qui considéraient que les expressions «République fantoche, fantomatique ou chimérique» utilisées depuis des décennies dans la littérature officielle et officieuse marocaine pour désigner le mirage de la RASD, étaient de simples éléments de langage propagandistes, un “ministre” de ladite république vient d’opposer une réponse claire et cinglante à l’occasion d’un meeting organisé dans la commune de Mantes-la-Jolie, en banlieue parisienne.

Actuellement en charge du portefeuille supposé des non moins supposés «territoires occupés», le “ministre” en question s’appelle Mustapha Sidi El Bachir. Une qualité qu’il se renie à lui-même comme à ses homologues du gouvernement imaginaire de la RASD, ainsi qu’à son hypothétique président, le criminel Brahim Ghali, alias Ben Battouche, qui semble collectionner les noms d’emprunt, puisqu’il serait inscrit selon la même source sous le patronyme Ghali Sid El Mustapha sur les listes du HCR.

Se définissant plutôt comme un simple réfugié contraint de vivre en dehors de son pays par la force des manigances des généraux algériens qui avaient créé sur le papier cette entité fantomatique au milieu des années 1970 dans l’unique but de contrarier le processus de décolonisation et donc de développement du Maroc, notre “ministre” polisarien révèle à travers son «coming out» les ficelles d’une gigantesque supercherie qui a induit en erreur beaucoup de pays et de gouvernements, retenant au passage en situation d’otage d’un conflit imaginaire, l’ensemble de la région du Maghreb.

Si l’on imagine facilement l’embarras que cette sortie suscitera parmi les généraux algériens dont l’ire ne manquera pas de s’abattre sur le pauvre et sincère responsable polisarien, il importe de s’interroger sur ses suites au niveau international et surtout continental. Comment la vénérable Union Africaine pourrait-elle en effet continuer à justifier la présence parmi ses rangs d’une entité reconnue fantoche par ses propres dirigeants ? Que comptent faire les gouvernements, institutions et pays induits en erreur ou carrément corrompus par l’Algérie pour reconnaître cette pseudo république ?

En attendant des réponses et des positions claires, le Maroc, quoique conscient et convaincu depuis des lustres de l’illégitimité de la RASD et de ses dirigeants, continuera à tendre une main pacifiste à ses enfants égarés pour un retour à la raison et à la nation clémente et miséricordieuse, dans le cadre de sa proposition d’une large autonomie.


Rédigé par Majd EL Atouabi sur https://lopinion.ma



Vendredi 24 Décembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Lundi 16 Mai 2022 - 00:27 Sahara, la lame de fond

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.