L'ODJ Média




Retour de Guelmim


Ma chronique cette semaine serai plutôt un partage d'une expérience, une découverte de nos provinces du Sud. La conférence organisée par Maroc Diplomatique du 21 au 23 octobre dernier à Guelmim, dans les provinces du Sud, a été à aucune autre pareille.



Écouter le podcast en entier :


Par Gabriel Banon

Retour de Guelmim
Sous le Haut Patronage de sa Majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu le protège, le thème retenu avait attiré nombre de personnalités, d’experts et acteurs dans le domaine des énergies renouvelables, un sujet ô combien d’actualité.
 
Mais au-delà des entretiens prévus, l’occasion m’a été donné de découvrir le nouveau « Western » marocain, accueillant, en plein développement, où le dynamisme économique des femmes sahraouies, surprend agréablement. Nous avions deux programmes, celui établi par Maroc Diplomatique et un deuxième organisé par le Wali de la région.

C’est ainsi que nous avons participé à l’inauguration du festival des dattes, mais oui, des dattes. Pendant que tout le monde piétiner à marcher derrière le Walli et toutes les personnalités réunies par Souad Mekkaoui, je m’installais dans un siège offert par les tenantes d’un stand. Grand ’ma, la mère et ses deux filles, animaient ce stand. Elles me firent gouter une datte noire, une marron etc., Bref toute une palette de couleurs que j’ignorais jusque-là.

- Où sont les hommes, demandais-je à la grand’mère.

Accompagné d’un geste large qui indiquait partout et nulle part, elle me dit avec un sourire ironique : quelque part par-là, vacant à leurs occupations.

-      Comment vendez-vous vos dattes, produites par vous je présume.

-      La production, c’est la coopérative. Nous faisons tout ensemble. Pour la vente, on exporte.

-      Exporter ? Comment, avec quel réseau ?

-      Une des deux filles au demeurant belle et mince, la nouvelle génération, dans un français « sorbonien », brandissant son ordinateur portable qu’elle tenait à la main, me dit dans un éclat de rires : réseau ? Internet, on fait tout par internet : on exporte ainsi aux États-Unis, en Chine, en Allemagne et au Japon.

-      Les filles ! Elles font tout par téléphone me dit la mère. 

-      - C’est la génération d’aujourd’hui, renchéri la grand’mère.


Je constate ainsi que l’internet, l’exportation vers des pays lointains, n’ont aucun secret pour ces cheffes d’entreprises qui semblent avoir pris une longueur d’avance sur leur consorts du Nord.

Organisées en coopératives, elles unissent leurs efforts pour le bien de l’ensemble.

 Des fantasias nous ont rappelé, si besoin était, que les traditions marocaines sont toujours présentes.

Le programme mobilisateur de Maroc Diplomatique et une suite d’événements locaux, importants certes pour les activités de la Willaya de la région Guelmim-Oued Noun, nous ont éclairé sur les réalités de nos provinces du Sud. La construction bat son plein, mais on peut admirer déjà un aéroport aux normes internationales, un hôtel 4 étoiles qui n’a rien à envier aux hôtels des grandes villes du Royaume. Il semble toutefois qu’une priorité a été donné à l’enseignement. J’ai relevé trois lycées et collèges dans la ville prouvant l’importance donnée à l’éducation. 

Néanmoins, têtu comme un Breton que je ne suis pas, je tiens, ici, à ouvrir le débat qui aurait dû suivre le panel 1 du forum. Nous avons eu des exposés de haute tenue par des véritables experts de la chose. Des techniciens hautement qualifiés qui répondaient techniques devant la crise énergétique que le Monde traverse.

Pour ma part, je ne pense pas que cette crise appelle une réponse technique, car elle ne trouve pas son origine dans un quelconque problème de structures, de disponibilités ni de capacité de production pour répondre aux besoins grandissants du monde industriel et privé. L’origine de la crise est politique et doit trouver sa solution dans une réponse politique. Voilà le vrai débat que nous aurions dû ouvrir à Guelmim.

Provocateur comme savent l’être tous les lanceurs d’alerte, parfois cynique comme le sont souvent les géopoliticiens, je tiens à appeler un chat, un chat, et me refuse à être la victime d’une manipulation, fusse-t-elle venant de la plus grande puissance mondiale.

Le monde peut se sortir rapidement de cette crise qui frappe durement les économies fragiles, par une réelle analyse de la situation et des origines des tensions.   Analyse qui doit être suivie par l’inévitable dialogue. 

 Cette réaction à chaud, ne doit pas me dispenser, avant toute chose, de mettre en exergue l’attention soutenue que porte sa majesté aux problèmes de l’heure et de féliciter chaudement Souad Mekkaoui, la cheville ouvrière de cet événement, qui sans son acharnement au travail, son obstination à bousculer les obstacles, n’aurait jamais vu le jour.   

Au-delà de la conférence, les participants ont, pour la majeure partie d’entre eux, découvert cette terre marocaine, aux sites éblouissants et une population qui vous fait faire la paix avec le genre humain. Oui, le Sahara marocain, nos provinces du Sud, sont bien une cause nationale.

Rédigé par Gabriel Banon sur Gabriel Banon 



Jeudi 3 Novembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Avril 2024 - 00:11 La panne d'imagination

Lundi 22 Avril 2024 - 17:07 La mystérieuse percée kabyle à l’ONU

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page