L'ODJ Média




Salé, cette sœur aînée

Un poème mis en musique : Jazz et swing


​Entre les murs anciens de Salé,
Une histoire que le temps n'a jamais effacée,
Les rues murmurent des secrets,
Chaque coin raconte une épopée.

Oh Salé, où le passé et le présent se rencontrent,
Une ville au cœur battant, où les rêves se racontent,
Des rives du Bouregreg à l'horizon sans fin,
Salé, ton charme est un refrain divin.



Par Adnane Benchakroun

Les marchés résonnent de vies partagées,
Les sourires des enfants illuminent la journée,
Des traditions qui dansent dans l'air,
Une culture riche, un patrimoine à préserver.

Au-delà du pont, Rabat nous observe,
Deux cœurs qui battent, un lien qu'on conserve,
Des histoires qui s'entrelacent, des destins croisés,
Salé et Rabat, un duo bien aimé.

Des marabouts gardiens de la foi,
Veillent sur la ville avec des regards de soie,
Leurs histoires résonnent dans les prières,
Des âmes en quête de lumière.

Le Festival des Bougies illumine nos nuits,
Des flammes dansantes, un spectacle sans bruit,
Une tradition qui éclaire nos cœurs,
Chaque bougie raconte des heures de bonheur.

Le Malhoun résonne dans les ruelles,
Des poèmes chantés sous la lune nouvelle,
Des notes qui racontent des histoires,
Une musique qui traverse les mémoires.

Il y a des histoires que l'on murmure la nuit, 
Des légendes de folie qui planent comme un cri, 
Les hânnes de Salé gardent des secrets enfouis, 
Des esprits errants que le temps a bénis.

Je refuse d’être une ville dortoir, 
J'ai le plus beau théâtre, la plus haute tour pour y croire, 
Une vie vibrante sous chaque étoile, 
Salé brille de mille feux, jamais banale.

La femme salaouie, humble et discrète,
Garde la famille au cœur, un amour sans faiblesse,
Elle tisse des liens avec une tendresse sacrée,
Un pilier de sagesse, dans chaque foyer.

Rabat, Salé hier un mariage catholique,
Aujourd'hui des ponts, le tramway, un aéroport magnifique,
Unir nos vies et nos cœurs, un voyage partagé,
Vous êtes tous invités à célébrer notre fierté.

Le poème en chanson célèbre la ville de Salé, mettant en lumière son riche patrimoine historique et culturel.

Il décrit les rues animées, les traditions et les marchés, ainsi que les gardiens de la foi, les marabouts. Le Festival des Bougies et la musique Malhoun illustrent l'héritage festif et musical de la ville.

Le poème refuse de voir Salé comme une simple ville dortoir, en soulignant son théâtre et sa tour emblématique. Il rend hommage aux femmes salaouies, discrètes et dévouées à la famille, et évoque les légendes mystérieuses de la ville.

Il décrit aussi l'évolution moderne de la relation entre Rabat et Salé, aujourd'hui unies par des ponts, le tramway, et un aéroport, tout en invitant les gens à célébrer cette nouvelle ère.

En somme, ce poème est une ode à Salé, une ville vibrante et pleine de vie, fière de son passé et tournée vers l'avenir.

Écoutons ce poème en musique




Jeudi 27 Juin 2024


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2024 - 11:43 Je suis un menteur bienveillant

Samedi 13 Juillet 2024 - 14:21 Adieu, mon cher croissant

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor | Chronique : À charge et à décharge



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse