L'ODJ Média




Secrétaire général de l'ONU : La question du Sahara occidental est antérieure à la création du Front Polisario




Dans une récente révélation, le Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, a souligné que le Front Polisario séparatiste est un nouveau venu dans le conflit du Sahara occidental puisqu'il n'existait pas avant 1975, soulignant qu'historiquement la discussion autour du statut de la région contestée ne concernait initialement que le Maroc et la Mauritanie.

Les racines du conflit remontent à l'époque où l'Espagne a renoncé au contrôle du territoire et a conclu un accord pour que le territoire soit partagé entre le Maroc et la Mauritanie, sans permettre aucune forme d'autodétermination, a déclaré M. Guterres vendredi.

"La situation au Sahara occidental a été créée lorsque l'Espagne a abandonné le territoire, et l'Espagne a conclu un accord pour que le territoire soit partagé entre le Maroc et la Mauritanie sans aucune forme d'autodétermination", a-t-il expliqué

Il a ajouté que "la Mauritanie a réalisé qu'il y avait des problèmes et s'est retirée", le Maroc maintenant sa revendication sur le Sahara occidental et étant la seule présence dans la région.

Cependant, les remarques de Guterres n'ont pas révélé le fait que l'accord tripartite du 14 novembre signé entre le Maroc, la Mauritanie et l'Espagne a été signé dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité 377 du 22 octobre, 379 de novembre 1975 et 380 du 6 novembre. 

Ces résolutions appelaient le Secrétaire général et les parties concernées et intéressées à parvenir à un règlement négocié du différend. Selon l'article 2 de l'accord, ce dernier a été conclu "conformément à la détermination susmentionnée et aux négociations préconisées par les Nations Unies avec les parties concernées". L'accord tripartite a été ratifié par le gouvernement espagnol le 19 novembre 1975 et déposé auprès des Nations Unies le 9 décembre de la même année.

En outre, la Mauritanie ne s'est retirée du territoire qu'à la suite d'un coup d'État militaire contre Moukhtar Ouel Daddah, le premier président du pays après l'indépendance, ce qui suggère que la Mauritanie a été contrainte de renoncer à ses revendications sur le Sahara car elle ne pouvait pas continuer à résister à la guérilla incessante à laquelle elle était soumise de la part du Front Polisario et du régime algérien.    

Avec le soutien militaire, financier et logistique de l'Algérie, le Polisario a rapidement pris de l'importance, devenant le principal groupe séparatiste réclamant l'indépendance du Sahara occidental. Au plus fort de la tension entre le Maroc et l'Espagne en octobre 1975, Madrid était toujours réticent à conclure un accord négocié avec Rabat, car le ministre espagnol des affaires étrangères, Pedro Cortina, cherchait à coordonner avec l'Algérie la création d'un État indépendant dans le territoire. 

Un mémo confidentiel de la CIA daté du 29 octobre 1975 soulignait qu'indépendamment de l'accord que l'Espagne pourrait conclure avec le Maroc, l'Algérie, qui tenait absolument à empêcher le Maroc de reprendre le contrôle du Sahara, était "la principale pierre d'achoppement à une résolution rapide du différend". 

Un autre mémo de la CIA, daté du 19 octobre 1978, soulignait le rôle primordial de l'Algérie dans la création et la prolongation du différend territorial, soulignant que "seules des négociations prolongées sont susceptibles de trouver une solution au conflit sur le Sahara occidental, qui fait partie d'une rivalité historique entre Alger et Rabat pour la prééminence dans le nord-ouest de l'Afrique".

Dans ses remarques de vendredi, Guterres a noté que le Maroc a établi un mur à l'intérieur du territoire, laissant une partie à l'ouest sans une présence marocaine effective.

Le Secrétaire général de l'ONU a fait ces remarques lors du Sommet mondial à Paris en réponse à la question d'un participant sur "pourquoi le sujet [du Sahara occidental] est toujours bloqué aux Nations Unies aujourd'hui ?" malgré les efforts du Maroc pour résoudre le différend et l'approbation internationale du Plan d'autonomie du Maroc.

M. Guterres a expliqué que le problème du Sahara occidental n'est pas bloqué à cause de l'ONU mais plutôt à cause de ceux qui entravent constamment son progrès, faisant référence à l'Algérie et son soutien au Front Polisario.

"Le problème n'est pas bloqué par les Nations Unies ... il est bloqué par ceux qui le bloquent", a-t-il souligné, portant un coup significatif à ceux qui s'opposent à l'intégrité territoriale du Maroc.

En outre, M. Guterres a mis en exergue les efforts de l'ONU pour maintenir la paix dans la région, notant les efforts de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental Staffan De Mistura, en particulier à la suite des événements de Guerguerat en 2019. 

Ces événements ont conduit à un contrôle ferme du Maroc sur le passage frontalier maroco-mauritanien après que des éléments séparatistes ont lancé des attaques dans la région, les milices du Polisario bloquant illégalement la zone tampon.

En réponse, les Forces Armées Royales (FAR) du Maroc ont pris des mesures pour sécuriser le poste frontière de Guerguerat et permettre la reprise du trafic. Le Maroc a reçu un large soutien international à la suite de l'éphémère affrontement de Guerguerat fin 2020, plusieurs pays et organisations internationales s'étant exprimés pour défendre l'action du royaume visant à repousser les provocations du Polisario et à préserver son intégrité territoriale. 

"Malheureusement, la situation s'est compliquée après l'incident de Guerguerat", a déclaré M. Guterres, mettant en lumière les défis posés par le Front Polisario et son impact sur la recherche d'une solution pacifique dans la région.

"La situation est dangereuse parce qu'il y a un conflit de faible intensité, mais dans tous les cas, un conflit qui persiste", a averti M. Guterres.

Il a rappelé que l'ONU a déployé la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) pour prévenir toute confrontation directe. Cependant, des incidents récents, menés par le Polisario, ont compliqué les opérations de la MINURSO et entravé l'accomplissement de son mandat.

Ces dernières années, le Maroc a bénéficié d'un soutien international croissant pour son intégrité territoriale, plusieurs pays, dont les États-Unis, l'Espagne et la Suisse, ayant salué les efforts du Maroc pour mettre fin à un différend de plusieurs décennies et instaurer la paix dans la région.

En outre, de nombreux pays d'Afrique et d'autres parties du monde ont ouvert des représentations diplomatiques dans les régions méridionales du Maroc, exprimant ainsi leur soutien à la souveraineté du pays sur le Sahara.

Source : moroccoworldnews.com/
Traduction L'ODJ Média avec autorisation de la publication 



Lundi 26 Juin 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page