L'ODJ Média




Si Dieu n’existait pas alors tout serait permis


Sans Dieu, nos âmes errent, dans l'ombre des abîmes,
Des cœurs en quête de sens, sans lumière divine.
Les étoiles s'éteignent, dans un ciel sans rime,
Le bien et le mal se fondent, dans la nuit qui domine.

Dans ce monde sans repères, où la foi s'estompe,
Les voix s'élèvent, cherchent l'éclat d'un prompt.
Les cœurs s'accrochent, à des rêves qui pompent,
Espérant une lueur, dans ce chaos prompt.



Par Adnane Benchakroun

Si Dieu n'existait pas, où serait la lumière,
Pour guider nos pas dans la sombre poussière ?
Sans son regard divin, que serait l'univers ?
Des âmes errantes, des cœurs plongés dans l'enfer.

Sans le firmament sacré, qui dicte la voie,
L'homme serait perdu, sans repère ni foi.
Quel fondement pour l'âme, sans la divine loi ?
Un monde en déclin, une morale sans voix.

Sans l'étoile du berger, qui mène nos vies,
Le bien et le mal n'auraient plus d'assises.
Chacun, maître de soi, errerait sans devis,
La folie des passions serait notre devise.

Les valeurs humaines, si nobles en essence,
Peuvent-elles suffire, sans divine présence ?
L'équité, la compassion, la juste bienveillance,
Peuvent-elles subsister sans sainte prévenance ?

L'humanisme noble, par la raison guidé,
Prône une éthique pure, de l'amour imbibée.
Mais sans le souffle sacré, qui peut s'assurer,
Que l'homme tiendra bon, sans jamais dériver ?

Oh, douce illusion que l'homme se croit sage,
Sans le joug divin, il n'est qu'un mirage.
Ses jugements errants, sans ancrage et sans page,
Pourraient bien engendrer chaos et carnage.

La morale sans Dieu, fragile fondement,
Ne peut se prévaloir d'un juste testament.
Elle vacille et chute, au gré des sentiments,
Ne trouvant dans l'ombre aucun apaisement.

Quelle est cette clarté qui nous rend vertueux,
Si ce n'est le regard d'un père amoureux ?
Sans lui, le cœur humain devient malicieux,
Et les lois se brisent, sous des airs gracieux.

La diversité des hommes, leur pluralité,
Sans une force commune, une unité,
Serait une mosaïque de futilités,
Sans jamais atteindre la sérénité.

Alors, qui dictera la voie à nos esprits,
Si ce n'est la sagesse de l'éternel écrit ?
Un monde sans repères, en déclin, en sursis,
Sans l'ordre divin, tout serait permis.

Oh, contemplons la foi, ce phare éclatant,
Qui dans les nuits sombres guide nos enfants.
Sans Dieu, l'humanité, un navire sans vent,
Dériverait sans fin, vers un néant troublant.

Ainsi, dans cette quête, cherchons la vérité,
Que le divin éclaire notre humanité.
Car sans lui, toute chose serait permise, en vérité,
Et nos cœurs perdus sombreraient dans l'obscurité.

Ce poème parle de Dieu, moralité, humanisme, éthique, lumière, chaos, foi, valeurs, compassion, univers




Mardi 11 Juin 2024


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Juin 2024 - 12:58 Le Déshonneur de l’Humanité

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse