Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Transition démocratique... la quête de sens


Le politologue français, Guy Hermet considère la transition démocratique comme quelque chose de simple et de complexe à la fois, puisqu'elle s'est déroulée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle sans prendre conscience de la finalité des transformations qu'ont connues les sociétés occidentales. De nos jours, la transition démocratique se passe en toute conscience et avec un volontarisme décidé qui a plus à voir avec le temps de cette transition qu'avec ce qu'elle veut dire réellement.

Adil Ben Hamza



Par Adil Ben Hamza / alalam.ma

Ceci est un peu ambigu, il représente la période de temps trouble qui s'écoule entre la chute d'un régime et le moment où le système qui le remplace devient complètement maître du pouvoir, qui est en fait le système démocratique. C'est-à-dire qu’un processus de transition prend fin lorsque cette démocratie se constitue en institutions légitimes et constitutionnelles, et que les dirigeants démocratiquement élus reçoivent la reconnaissance de leur contrôle par les militaires ou les institutions, rendant possible une transition de pouvoir.

Cela est évident dans plus d'un pays en transition démocratique, où les règles juridiques et les garanties constitutionnelles sont présentes. Cependant, certains praticiens de la pensée politique contemporaine voient que la démocratie ne se limite pas à un ensemble de garanties constitutionnelles, c'est-à-dire à la liberté négative, c'est une lutte menée par des sujets actifs, dans sa culture et sa liberté, contre la logique de l'hégémonie des systèmes. C'est une « politique de l’être », car le système démocratique est souvent confondu avec l'État de droit.
 
L'introduction et l'adoption de textes de loi ne suffisent pas pour que le système devienne démocratique. Parce qu'un régime tyrannique peut exercer sa tyrannie sur la base des textes de loi et selon leurs exigences, sans s'en écarter, mais il reste un régime tyrannique. De là, il devient clair que la démocratie est un processus historique, une accumulation d'idées, d'attitudes, ouverture d'esprit, une volonté infinie de sacrifice et un travail sérieux et continu pour construire l'humain/citoyen. Cependant, ce n'est pas une baguette magique. L'accession à la démocratie ne dépend pas seulement de l'expression du désir ou de la volonté d'une partie ou l'autre, mais plutôt sur la disposition pratique, matérielle, de ce désir ou de cette volonté. Nous sommes devant un phénomène difficile à modéliser ou à en tirer des mécanismes généraux et des règles.
 
En termes de durée supposée que doit prendre le processus de transition, il n’existe pas de période de temps fixe. En France, par exemple, le processus de transition a nécessité plus de deux siècles, c'est-à-dire depuis la Révolution française jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, où les femmes ont pu voter pour la première fois, comme la Belgique, tandis que l'expérience espagnole, qui a commencé en 1975, a été plus rapide, et que l'expérience de la démocratie n'est pas un enjeu définitif, mais plutôt menacée à chaque instant.
 
De régression en régression, la démocratie continue avec ses partisans et ses adversaires, les transitions apparaissant comme des situations historiques où divers acteurs s'affrontent sur la nature des règles politiques, ce qui en fait des séries ouvertes à trois possibilités : soit la rechute et le retour à l'autoritarisme de l’État, et nous sommes donc face à une transition avortée ou qui se poursuit dans une préservation fictive et fragile des institutions démocratiques, soit l'imposition de la consolidation de la démocratie, qui indique la transition achevée. La démocratie se transforme, à travers l'incertitude de la transition, en un processus d’institutionnalisation de l'incertitude, selon le chercheur marocain Aterkin.
 
- Il n'y a pas un seul facteur suffisant pour expliquer la croissance de la démocratie dans tous les pays ou dans un pays donné.

- La croissance de la démocratie dans tous les pays ne nécessite pas un facteur particulier.

- La transition démocratique dans chaque pays est le résultat d'un certain nombre de raisons.

- L'ensemble des raisons conduisant à la démocratie varie d'un pays à l'autre.

- L'ensemble des raisons responsables de l'émergence d'une vague de transformation démocratique diffère de l'ensemble des raisons responsables des autres vagues.

- Les raisons des changements initiaux du système au pouvoir à la lumière d'une vague de transformation démocratique peuvent différer des raisons des changements ultérieurs qui se produisent dans le système au cours de cette vague.



Vendredi 18 Mars 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.